Association microarchives

Les archives personnelles, la petite histoire dans la grande

Association microarchives

Pour cet article, je suis obligée de vous raconter un peu ma vie.
Récemment, pour une petite transaction sur un objet d’occasion, j’ai été mise en relation via Facebook avec une personne que je ne connaissais pas.

J’ai vu sur son profil qu’elle communiquait beaucoup au sujet d’une association sur les archives personnelles. C’est un sujet qui m’intéresse.

J’ai adoré le livre d’Isabelle Monnin, Les gens dans l’enveloppe, idem pour #MadeleineProject par Clara Beaudoux.

J’ai donc cherché à en savoir plus sur l’association microarchives.

 

Association microarchives

Sélection bibliographique par l’association microarchives

Ce qu’en dit Harmonie :

« Tout est parti du projet d’Hélène Ampère, notre présidente, archiviste dans le secteur privé en région parisienne. Elle est très attachée à l’histoire familiale et la vie des « gens ordinaires » et s’est rendu compte que peu d’actions sont entreprises pour les valoriser. Elle a donc eu l’idée associative et a lancé un appel sur le forum de l’Association des archivistes français.

Nous avons donc été plusieurs à lui répondre, toutes archivistes, dans différents secteurs et aux quatre coins de la France ! C’est un véritable challenge car nous souhaitons que l’association ait une portée nationale. Notre objectif est simplement de collecter, conserver et valoriser les archives des particuliers, de toute personne qui le souhaite. Tous types de documents peuvent ainsi être accueillis, des simples photos de familles à la correspondance en passant par des livres de comptes…Nous voulons mettre en lumière les anonymes, toutes ces personnes qui, au quotidien, construisent l’histoire à leur niveau…

L’association a une existence légale depuis novembre 2017, nous en sommes très heureuses, nous sommes présents sur les réseaux sociaux, et notre site internet est tout neuf : http://microarchives.org/

Nous espérons développer des partenariats avec des collectivités, d’autres associations, bref le travail est immense pour nous faire connaître et faire comprendre nos objectifs. Sans aucune prétention, nous souhaitons contribuer à l’histoire des individus. »

Les coordonnées de l’association, pour l’encourager ou pour faire un don d’archives :

http://microarchives.org/

https://www.facebook.com/microarchives/

Quelques sources sur ce sujet

Isabelle Monnin, Les gens dans l'enveloppeLes gens dans l’enveloppe d’Isabelle Monnin (avec Alex Beaupain)

Roman et enquête écrits par Isabelle Monnin
Chansons d’Alex Beaupain

« En juin 2012, j’ai acheté sur Internet un lot de 250 photographies d’une famille dont je ne savais rien. Les photos me sont arrivées dans une grosse enveloppe blanche quelques jours plus tard. Dans l’enveloppe, il y avait des gens à la banalité familière, bouleversante. Je n’imaginais alors pas l’aventure qu’elle me ferait vivre.

J’allais inventer la vie de ces gens puis je partirais à leur recherche. Un soir, j’ai montré l’enveloppe à mon meilleur ami, Alex Beaupain. Il a dit : « On pourrait aussi en faire des chansons. » L’idée semblait folle.

Le livre contient un roman, un album photo, le journal de bord de mon enquête et un disque, interprété par Alex, Camelia Jordana, Clotilde Hesme et Françoise Fabian. Les gens de l’enveloppe ont prêté leur voix à deux reprises de chansons qui ont marqué leur vie.

Les gens dans l’enveloppe est ainsi un objet littéraire moderne et singulier. Faisant œuvre de vies ordinaires, il interroge le rapport entre le romancier et ses personnages. Il est surtout l’histoire d’une rencontre, entre eux et moi. »

http://www.editions-jclattes.fr/les-gens-dans-lenveloppe-livre-cd-9782709649834

Bon je sais, je ne suis pas objective sur Alex Beaupain, mais avant même son adaptation musicale, cette histoire de récit inventé à partir d’un lot de photos anciennes acheté sur internet puis d’enquête digne d’un détective professionnel, m’a profondément bouleversée.

 Clara Beaudoux, Madeleine Project, Le Livre de poche#MadeleineProject par Clara Beaudoux

«  Elle s’appelait Madeleine, elle aurait eu 100 ans en 2015. Je m’appelle Clara, j’ai 31 ans. Nous ne nous sommes jamais connues pourtant nous partageons le même appartement, ou du moins l’avons-nous partagé à différentes époques. Madeleine y avait vécu vingt ans. Elle est morte un an avant que je ne m’y installe, l’appartement avait été entre-temps refait à neuf. Interstice préservé de l’oubli, la cave avait été abandonnée en l’état. J’y ai découvert, après en avoir scié le verrou, rangée, empaquetée dans des cartons, la vie de Madeleine, objets, photographies, lettres. Je m’y suis plongée.  »
Clara décide alors de mener l’enquête et de la partager sur Twitter. Qui était Madeleine  ? Comment a-t-elle vécu  ? Qui a-t-elle aimé  ? Roman du réel, reportage photo, ce livre 2.0 réunit les quatre saisons du Madeleine project.

http://www.livredepoche.com/madeleine-project-clara-beaudoux-9782253091493

A peu près à la même période (rentrée 2015), il y a eu #MadeleineProject par Clara Beaudoux. Là aussi, j’ai trouvé le concept fascinant tout comme le mode de diffusion sous forme de messages Twitter.

Dans la saison 5 de #MadeleineProject, à la fin de la saison, la journaliste Clara Beaudoux évoque la possibilité de déposer aux archives une partie du fonds documentaire de la cave.
Elle a été contactée par des associations d’archives. Une partie sera restituée aux familles et amis. Une exposition est envisagée.

Les 4 saisons Twitter viennent de sortir en format Livre de Poche. Si vous avez l’occasion de rencontrer l’auteure ou d’offrir le livre, n’hésitez pas car l’ensemble est un projet mutli-média transgénérationnel qui rencontre un énorme succès auprès d’un public varié. En dehors de la question des archives personnelles et de leur transmission, ce tweet-documentaire aborde de nombreux points comme par exemple notre rapport aux objets. Passionnant à bien des égards !

Dédicace de Clara Beaudoux à la librairie Delamin Paris le 28 novembre 2017

Clara Beaudoux, dédicace Madeleine Project

Clara Beaudoux, Madeleine Project

La très jolie vitrine de la librairie Delamin, Paris 1

http://madeleineproject.fr/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Madeleine_Project : « ce tweet-documentaire soulève, entre autres, un débat sur les frontières de la littérature de même que sur la gestion post mortem des archives personnelles. »

Blogs sur l’histoire familiale, la généalogie

Elise Lenoble et Hélène Soula donnent sur leurs blogs respectifs de nombreux conseils pour écrire son histoire familiale.

Elise Lenoble : https://www.aupresdenosracines.com/

Hélène Soula : http://www.helenesoula.fr/

Crédit photos : Association Microarchives + mes photos de la dédicace de #MadeleineProject

Atelier Visual Mapping, oct. 2017

Retour sur ma formation Visual mapping

Atelier Visual Mapping, oct. 2017

Les 30 et 31 octobre 2017 j’ai suivi une formation de deux jours sur le visual mapping (on parle aussi de pensée visuelle). Ce type de formation est encore assez peu connu il me semble alors qu’elle présente un intérêt à la fois à titre personnel mais aussi pour toutes les professions.

La formation aborde plusieurs techniques de pensée visuelle comme le webbing, le mind mapping, le sketchnoting, le storytelling visuel, le graphic jam, la carte d’empathie, les canevas visuels ou posters métaphore. « Ces techniques dites de pensée visuelle permettent de représenter les idées abstraites, de développer sa créativité et d’améliorer la communication entre des interlocuteurs venant d’univers différents, sans passer par les détours de l’écrit, des concepts ou du jargon professionnel » (Magalie Le Gall, La pensée visuelle, I2D, 2017, n° 1, pp. 44-45).

Dans tous les cas cette formation répond aux besoins croissants de synthèse et de simplicité de l’information.

Une sorte de remède contre l’infobésité où le visuel sert à créer une vision d’ensemble de l’information et favorise une meilleure assimilation.

Atelier Visual Mapping, oct. 2017

La difficulté tient sans doute que la plupart d’entre nous ont une vision linéaire de l’information (du fait de notre apprentissage) alors que l’ère digitale nous conduit de plus en plus vers une navigation non linéaire.

Les ateliers sont riches d’échanges entre participants, d’exercices individuels et collectifs. Le formateur propose un large panel de méthodes complémentaires constamment mis à jour. Pour chaque méthode des sources papier et électroniques sont recommandées. Philippe Boukobza dispense également ses formations directement en entreprise.

Mon groupe incluait plusieurs bibliothécaires du secteur public, des psychologues, coachs, formateurs, informaticiens tournés vers la transition digitale, des responsables communication.
Je tiens à préciser qu’à aucun moment il n’a été question de legaldesign (pensée visuelle dans le milieu juridique) puisqu’il s’agissait d’une formation pour tous secteurs d’activité. Chacun trouvera par la suite comment adapter les connaissances acquises à son domaine d’intervention.

Ci-dessous quelques applications que j’ai pu envisager pour le milieu juridique

Pour les avocats, les juristes, notaires

  • Préparation d’un dossier, d’une plaidoirie
  • Négociation, prise de décision
  • Préparation d’un rendez-vous client
  • Restitution à un client dans le cas d’un dossier complexe (sous réserve de s’assurer de son ouverture d’esprit)
  • Comptes rendus de conférence, de séminaire, de formation
  • Enseignement du droit

Voir notamment le modèle de sketchnote d’audience par David Sparks dans l’ouvrage de Mike Rohde : Le guide avancé du sketchnote, Eyrolles, 2017.

Le guide avancé du sketchnote de Mike Rohde, Eyrolles, 2017

Pour les documentalistes

  • Comptes rendus de réunion
  • Présentation de consignes, de process, pour une meilleure interaction avec les utilisateurs
    Exemples de documents que l’on pourrait modifier selon ces techniques : livret d’accueil, modes d’emploi de bases de données juridiques, consignes affichées en bibliothèque, signalétique, plan de classement, supports de formation.
  • Choix entre plusieurs produits, négociation
  • Gestion de projets et d’équipe
  • Cahier des charges pour base de données documentaire

Story board autour de la publication d’un ouvrage

Pour les communicants

  • Préparation d’une interview, d’un pitch
  • Mise en place d’une stratégie de communication
  • Création ou refonte d’un site internet, cahier des charges
Carnet de sketchnotes de Philippe Boukobza

Carnet de sketchnotes de Philippe Boukobza

Pour soi

  • Développement personnel
  • Gestion de projets
  • Evolution de carrière
  • Créativité
  • Efficacité personnelle
  • Organisation d’un hobby lié à la gestion de l’information : écriture, blogging, généalogie, lecture, carnets de voyage…

Attention la formation commentée dans cet article n’est pas artistique.

Le formateur

Philippe Boukobza est co-auteur de deux ouvrages sur le sketchnoting notamment Travailler avec le sketchnoting, comment gagner en efficacité et en sérénité grâce à la pensée visuelle (Eyrolles, 2017). Il partage ses découvertes sur les blogs heuristiquement.com et visual-mapping.fr

En savoir plus sur les ateliers : https://visual-mapping.fr/les-ateliers/

Atelier Visual Mapping, oct. 2017

Voir aussi l’article de Magali Le Gall. C’est grâce à Magalie Le Gall que j’ai connu cette formation. Je la remercie.

Le Gall, Magalie. « La pensée visuelle », I2D – Information, données & documents, vol. volume 54, no. 1, 2017, pp. 44-45.

https://www.cairn.info/revue-i2d-information-donnees-et-documents-2017-1-page-44.htm

Pensée visuelle par Magalie Le Gall

Pensée visuelle par Magalie Le Gall

La doc juridique expliquée à ma mère

Lors d’une soirée festive, il m’est apparu que la profession de documentaliste juridique est mal connue. Parfois nos proches ne savent pas en quoi consiste notre activité quotidienne.

Un petit article pour dresser rapidement le portrait d’une profession qui mérite d’être connue et reconnue !

OU ?

On trouve des documentalistes juridiques dans les (gros) cabinets d’avocats, dans les directions juridiques de grosses entreprises, chez les notaires, dans les bibliothèques universitaires, dans la fonction publique, dans les administrations.

En QUOI consiste ce travail ?

Une des tâches historiques est celle de gestion de la bibliothèque. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, cette tâche n’a pas disparu avec internet. Les juristes restent des individus attachés au papier. Entre les commandes, la mise à disposition d’ouvrages via l’emprunt, la reliure des collections et la mise à jour des encyclopédies à feuillets mobiles, gérer une bibliothèque physique constitue encore une part importante du travail des documentalistes.

Bien sûr le numérique est désormais incontournable. Il s’agit pour le documentaliste d’être un SUPER utilisateur de toutes les bases de données juridiques en ligne qu’elles soient publiques ou privées afin d’en tirer le meilleur parti et de pouvoir former les utilisateurs.

Pour ces utilisateurs nous effectuons des recherches sur tous supports, principalement des recherches complexes.
Quelques exemples de recherches : jurisprudence, doctrine, textes législatifs, conventions collectives, modèles d’actes, rapports, données chiffrées (informations financières), marques/brevets, information économique, information sur les sociétés et leurs dirigeants, informations prospectives de type intelligence économique, références bibliographiques, etc…

La veille juridique occupe également une grande partie de notre temps. Il s’agit de suivre en quoi les nouvelles dispositions législatives ou les évolutions de la jurisprudence vont impacter le cours des dossiers. Dans le milieu du droit des affaires, on pratique de nombreuses veilles : la veille client, la veille économique, politique, financière (car le monde du droit des affaires est imbriqué dans tout ce tissus), la veille métier (pour suivre le métier d’avocat et les innovations du secteur juridique qui sont nombreuses) et une veille concurrentielle. Ce qui nous fait pas mal de choses à surveiller !

Les résultats de nos recherches, sont délivrés sous forme de produits documentaires (on parle aussi de livrables) : notes, synthèses, panoramas de presse, impressions ou téléchargements variés depuis nos bases de données, bulletins de nouvelles acquisitions. Parfois on parle de Diffusion Sélective de l’Information (DSI), lorsqu’une information ciblée est envoyé à un avocat/juriste ou un groupe de personnes déterminé. Notre principal fléau reste l’Infobésité (trop d’info tue l’info !). Un documentaliste doit savoir trier, filtrer et restituer la bonne information à la bonne personne.

Certaines documentalistes assurent d’autres taches comme l’archivage (on parle alors de record manager), la communication interne et externe de la structure qui les embauche, la gestion des sites (intranet documentaire, site intranet général, site internet) de la structure (on parle alors de webmaster) ou la participation à des projets informatiques divers et variés. Etre multi-casquettes est parfois une évidence si l’on est sensible à l’évolution mondiale des métiers. Dans la presse, on parle souvent d’ « ubérisation » des professions. Cette « ubérisation » touche aussi la sphère juridique. Voir mon article sur l’évolution du métier de documentaliste vers d’autres fonctions.

Pour QUI ?

Qui sont nos utilisateurs ? Des avocats, des juristes mais surtout des stagiaires. Notre métier consiste à leur donner de bons réflexes, des trucs et astuces de recherche tout un ménageant un juste équilibre entre le tout numérique et les méthodes plus traditionnelles de recherche. Voir mon article portant sur l’enseignement de la doc juridique au digital natives.

Nos interlocuteurs sont aussi des fournisseurs (libraires), principalement des éditeurs juridiques ou des éditeurs de solutions informatiques avec qui nous devons négocier un budget de plus en plus serré où coûts du papier et des bases de données en ligne se cumulent.

Dans le milieu de la documentation juridique, il n’est pas étonnant de constater une bonne interactions entre documentalistes, y compris de cabinets concurrents, éditeurs, juristes, membres du milieu institutionnel ou universitaires. Cette coopération s’établie le plus souvent autour d’associations (comme l’association Juriconnexion) dont l’objectif est d’étudier le fonctionnement des bases de données juridiques et de faciliter leur adéquation au marché.

COMMENT?

A l’heure du numérique et de la recherche immédiate de résultat, les principaux outils du documentalistes juridiques sont les bases des données en ligne.
Parmi ces bases, on distingue celles des institutions publiques (gratuites), celles des éditeurs privés (payantes) ainsi que les bases de données internes, constituées soit à l’aide de logiciels documentaires dédiés, soit à l’aide de de logiciels bureautiques ou spécialisés servant à la Gestion Electronique des Documents (GED). Les bases de données internes reflètent la politique de gestion documentaire qui va du simple catalogue de bibliothèque jusqu’au portail documentaire complexe incluant parfois une gestion des connaissances que l’on appelle aussi KM pour Knowledge Management.

MAIS ENCORE ?

Cette vision du métier est forcément incomplète. Le poste de documentaliste juridique varie considérablement d’une structure à l’autre en fonction du domaine de spécialité de la structure, de la hiérarchie, de la taille de l’équipe, du type de structure (privée ou publique), de l’importance accordée à la fonction.

Dans les cabinets d’avocats, le documentaliste fait partie des fonctions support. Cette classification « modeste » du métier me convient bien. On peut éprouver beaucoup de satisfaction à participer à l’élaboration de stratégies juridiques au service des clients.

Fonction Support

Dessin offert par Yves Barros

Une autre particularité du métier de documentaliste juridique est d’être en constante évolution.

Le droit évolue tous les jours et se complexifie souvent du fait de l’accumulation des réformes pourtant à visée de simplification.

La technique a beaucoup évolué par ailleurs depuis les bases de données sur MINITEL, en passant par les bases de données client-serveur, la recherche sur internet avec toutes les évolutions du web, l’utilisation des réseaux sociaux pour la veille jusqu’à l’intelligence artificielle et la justice prédictive pour ne citer que deux innovations récentes.

Le temps du bibliothécaire colle-papier-ciseaux est révolu depuis longtemps même si c’est malheureusement encore l’image qui perdure parfois chez nos interlocuteurs ignorants du métier.

Une bonne raison pour diffuser cet article autour de vous !

J’espère que cet article servira à renseigner celles et ceux qui envisagent de se tourner vers cette branche de la documentation ou celles et ceux qui côtoient un ou une documentaliste juridique sans trop savoir en quoi consiste son métier. Si vous venez de rencontrer un(e) documentaliste juridique lors d’une soirée, vous voilà, je l’espère, mieux renseigné(e). Vous pouvez aussi le transférer à votre maman comme je vais le faire moi-même !

L’article pourra être complété par des commentaires.

Note du 29/11/2017 : pour une version américaine un peu plus piquante mais dans le même esprit que cet article, vous pouvez lire : The magical law library staff.

Pour l’enseignement de la documentation juridique dès l’université pour les digitales natives

Cours Doc Juridique, venez nombreux

Pour un digital native « tout ce qui ne figure pas sur internet n’existe pas ». Heureusement au contact de documentalistes, qui ont connu la recherche juridique avant internet, ils arrivent parfois à changer d’avis mais la route est longue.
Avec mes consœurs et confrères documentalistes d’autres cabinets d’avocats, nous constatons souvent les lacunes de la formation en recherche juridique des stagiaires. Ce n’est pas tout à fait leur faute puisqu’à ma connaissance (presque) aucune faculté de droit ne dispense de cours de recherche juridique et/ou veille juridique.

Réformer l'enseignement du droit en France à la lumière des systèmes étrangersAvec le récent rapport de Mustapha Mekki Réformer l’enseignement du droit en France à la lumière des systèmes étrangers (LexisNexis, 2017), je m’attendais justement à trouver mention de cette piste pour améliorer le cursus universitaires des étudiants. Le point est abordé rapidement, il faut lire entre les lignes.

Au paragraphe 50 du rapport l’auteur évoque les dangers du numérique sur la formation des étudiants.

« Même si les étudiants font partie de la génération du numérique ils ne savent pas toujours utiliser pleinement les sources numériques du droit. Une formation s’impose sur l’utilisation des bases de données et sur les différents sites de recherches. L’effet pervers réside également dans la création d’une génération d’étudiants qui ne savent plus écrire, argumenter, synthétiser, car Internet mâche le travail (…). Il faut apprendre aux étudiants à lire des textes longs dont ils doivent faire ressortir l’essence. Ils doivent apprendre à sélectionner les informations et ne pas être dépendants d’un Internet qui prétend le faire à leur place. » (p. 34).

Alain Levasseur insiste sur le risque technologique en Amérique du Nord : « Malheureusement, une conséquence néfaste de cette automatisation extrême de la pratique du droit est que le lawyer perd le contrôle de ses facultés cognitives comme il perd aussi le sens des relations humaines ainsi que le besoin de rapport sociaux (p. 59). »

Le rapport Mekki donne 22 pistes pour une université du XXI siècle. La piste 8 semble être la piste qui se rapproche le plus de mes préoccupations.

8 – Réduire la quantité des enseignements pour privilégier une formation axée sur la méthode (identifier le problème juridique, chercher l’information, sélection en distinguant l’essentiel de l’accessoire, travailler la capacité à synthétiser, à hiérarchiser les informations et les arguments avec un esprit critique et constructif). (p. 40)

Voici quelques unes de mes idées pour développer ce point.

1. La recherche sur internet

Touche Droit, crédit photo EFL

Même si tous les éditeurs juridiques tendent à inciter l’utilisateur de leur base de données à faire « une recherche à la Google », ne pas s’en contenter. Apprendre à utiliser d’emblée la recherche avancée ou recherche experte de chaque base de données. Elle donne de meilleurs résultats. Parfois elle est même indispensable pour accéder à certains types d’information.

De même, il est indispensable de bien connaître le fonds documentaire et les spécificités de chaque éditeur juridique. Parfois le problème de recherche réside dans une méconnaissance de la richesse ou de la spécificité d’un éditeur plus que dans l’utilisation des fonctions de recherche.
La recherche d’information juridique sur internet via un moteur de recherche (Google) n’est pas à exclure. Elle se fera plus aisément si l’élève maîtrise les bases de la logique booléenne ainsi que quelques commandes professionnelles qui permettent de tirer le meilleur partie de ce type de recherche.
Sur ce sujet, voir l’article très complet et à jour d’Emmanuel Barthe Utiliser Google pour des recherches juridiques.

2. Tout ce qui n’est pas sur internet n’existe pas !

Et bien si !

Réintroduire auprès des digital natives les vieux réflexes comme :

  • la recherche dans les sources papier (la recherche dans les archives des revues, la recherche via la table des matières des traités ou encyclopédies),
  • la commande par courrier aux greffes,
  • la recherche d’information par téléphone,
  • la recherche via des experts que l’on trouvera dans les réseaux sociaux professionnels ou dans son carnet d’adresses,
  • le déplacement à l’extérieur dans des bibliothèques publiques ou des centres de documentation privés.

Dans ce cas, il faut accepter que le résultat de la recherche ne soit pas immédiat mais prenne quelques heures, quelques jours, quelques semaines, une contrainte bien difficile à faire admettre de nos jours.

3. L’autoformation

Saisir toutes les opportunités de formation à la recherche et à la veille juridique en s’inscrivant aux formations dispensées par les bibliothèques universitaires, en assistant à des présentations organisées par les éditeurs, en consultant les fiches détaillées du Jurisguide.

Pour mémoire :

Jurisguide LogoJurisguide est destiné aux étudiants en sciences juridiques et aux formateurs aux méthodologies de  recherche d’information juridique.

Ce site propose un panorama des ressources documentaires disponibles dans le domaine du droit, des guides pour pratiquer une recherche d’informations efficace, des outils et des supports de formation pour accompagner la réalisation de cours.

Les ressources proposées sur le Jurisguide sont réparties en deux ensembles :

  • ressources documentaires : 141 fiches descriptives de revues, encyclopédies, dictionnaires, banques de données
  • ressources pédagogiques : 84 guides et supports pédagogiques

D’une manière générale, le site de la bibliothèque Cujas, bien que très dense, est une mine d’information sur les outils et techniques de recherche juridique.
Voir également le blog de mon confrère Emmanuel Barthe, precisement.org, un blog pour l’information juridique.

4. Dans son interaction avec un documentaliste : faire un usage modéré de la phrase COMMANDER EN URGENCE

Ça sent le vécu !

On ne commande pas en urgence un traité de droit épuisé, une thèse non éditée (voir mon article Rechercher une thèse de droit d’après ses références), une jurisprudence de première instance des années 80 inédite et non publiée. Il faut accepter que certaines données soient plus difficiles à obtenir et en tenir compte pour le calendrier du dossier.

5. Introduire la pensée visuelle dans le cursus de droit

La pensée visuelle est particulièrement efficace pour synthétiser, extraire des mots-clés, hiérarchiser l’information. Je pense donc qu’elle pourrait aussi aider à améliorer bon nombre de problèmes soulevés dans le point 8 du rapport (voir ci-dessus). En droit on parle de legal design.

Pour conclure

Il semble presque absurde que de jeunes juristes qui vont passer la plus grande partie de leur début de carrière à faire des recherches juridiques soient si peu préparés aux techniques de recherche et de veille juridique. Introduire cet enseignement dès les premières années de la faculté de droit semble logique et profitable.
L’enseignement de cette matière devra s’adapter aux digital natives en communiquant avec eux avec des références qui leur sont familières. Toutefois, il faudra aussi les inciter à envisager, dans certains, cas de se tourner vers les modes traditionnels de recherche.

En savoir plus :

Crédit photos : LexisNexis/Club des juristes, EFL, Jurisguide + petite créa personnelle