Articles

Portrait Anne-Fraçoise Bidault

Interview d’Anne-Françoise Bidault, Responsable documentation LexisNexis

Portrait Anne-Fraçoise Bidault

Ce fut une rencontre rare, une de celle qui pour longtemps vous marque. Comme beaucoup, nous avions régulièrement des contacts professionnels par téléphone avec Anne-Françoise Bidault, la documentaliste des éditions LexisNexis et nous nous doutions que derrière la voix toujours accueillante et le service parfait se cachait une personnalité exceptionnelle. Nous n’avons pas été déçus.

En souhaitant la rencontrer pour faire son portrait avant son départ à la retraite nous voulions aussi mettre en avant une fonction pour nous capitale, mais qui malheureusement disparaît, celle de bibliothécaire / documentaliste chez un éditeur juridique

L’interview a été réalisée sous la forme d’une longue discussion à bâtons rompus avec une foule d’anecdotes pas facile à retranscrire d’autant plus que nous n’avons pas enregistré nos échanges.

Pas facile non plus de résumer presque 30 ans de métier, nous en savons quelque chose nous-mêmes qui exerçons ce métier depuis pas mal d’années également !

Ci-dessous notre tentative de retranscription qui nous l’espérons vous permettra d’en savoir plus sur la fonction de documentaliste juridique chez un éditeur et sur la personnalité de Mme Bidault.

Interview réalisée par Carole Guelfucci et Benoît Bréard.

Formation et parcours professionnel avant d’arriver chez Lexis, circonstances de l’entrée chez Lexis

Anne–Françoise, qui a une maîtrise de droit privé option notarial, se destinait à travailler dans le notariat. Après trois années d’expérience comme clerc de notaire en province, elle s’installe à Paris où elle devient correctrice à domicile pour l’éditeur Lamy.

En 1990, elle rejoint les Editions du Juris-classeur pour la « révision au fond » sur la base de six heures par jour, puis à plein temps. Il s’agit alors de vérifier que ce qu’a écrit l’auteur « tient la route » et de vérifier les références utilisées.

Peu de temps après, la bibliothécaire de l’époque, qui a 62 ans, prend sa retraite. L’éditeur propose à Anne-Françoise de prendre la relève. Elle accepte volontiers le poste de bibliothécaire juridique. Elle entre en fonction le 1er avril 1991.

Les locaux de l’éditeur se trouvaient à l’époque au 18 rue Séguier, à Paris dans le 6ème arrondissement entre le Palais de Justice et les deux universités Paris I et Paris II. L’entreprise occupe un hôtel particulier dont la bibliothèque se trouve tout au fond du jardin : « un endroit de rêve mais très mal foutu ! » où il lui est même arrivée de croiser le chemin d’une cane et de sa portée de canetons. Le fonds documentaire dans la bibliothèque même est alors assez réduit, quelques Recueil Dalloz, 50 livres mais le journal officiel « depuis toujours », là ; tous les autres livres et revues sont répartis sur 4 et 3 étages par matière dans deux immeubles indépendants sans ascenseur ! Les services commerciaux de l’éditeur ainsi que le notariat et Juris-Data se trouvent rue d’Alésia et d’autres services éditoriaux sont dispersés dans Paris. La bibliothèque est alors une sorte de point d’ancrage, notamment pour les auteurs, qui s’y donnent rendez-vous.

En 1992, Lexis est revendu à Reed-Elsevier.

En 1993, l’éditeur choisit de nouveaux locaux rue de Javel dans le 15ème arrondissement de Paris avec l’idée dans un premier temps de supprimer la bibliothèque.

Finalement, après intervention des directeurs scientifiques, J. Béguin, P. Catala et F. Terré,  le déménagement de la bibliothèque aura lieu à la Toussaint de l’année 1994, soit environ 1000 cartons de papier à déménager et à stocker à l’entresol qui a dû être renforcé pour les accueillir. Les différents services de l’éditeur sont enfin réunis sur un site unique.

Après avoir compté jusqu’à 3 personnes dans ce service (2 bibliothécaires et 1 secrétaire), Anne-Françoise exerce seule depuis le début des années 2000.

Bibliothèque de l'éditeur LexisNexis

Bibliothèque de l’éditeur LexisNexis

Panorama des activités

Voici quelques-unes des activités liées à la fonction de documentaliste d’un éditeur juridique. Il s’agit d’un très bref aperçu car la liste complète de ses tâches, non achevée au moment de l’entretien, nécessite un document de plus de trente pages:

  • accueil des auteurs et des éditeurs,
  • enregistrement et classement des ouvrages, base documentaire PMB installée en interne,
  • enregistrement des revues, scan des sommaires, diffusion à une liste de destinataires (auteurs et éditeurs),
  • mise à jour des collections maison et concurrence (l’agent classeur de la bibliothèque c’est elle !),
  • gestion du budget (environ 200 000 euros d’abonnements),
  • dépôt légal des livres, du numéro 1 des revues, des mises à jour papier et des supports numériques (initialement disquettes, puis DVD et cédéroms, aujourd’hui clés USB). Le contenu de la collection des Juris-classeur se trouve ainsi sauvegardé sur 4 clés USB par an (2 exemplaires de chaque produit sont envoyés à la BNF dans le cadre du dépôt légal, avec un imprimé détaillé). Dépôt légal global où il faut fournir un récapitulatif annuel de toutes les parutions pour chaque revue et chaque collection sur feuillets mobiles avec un imprimé détaillé à remplir.
  • dotations internes pour les éditeurs qui font une sélection d’ouvrages maison,
  • recherches pour les auteurs, les éditeurs, les clients; les recherches des clients portent souvent sur des références fausses ou introuvables comme par exemple de la jurisprudence juris-data antérieure à 1980,
  • préparation de dossiers documentaires ponctuels pour des auteurs,
  • reliure des revues de l’éditeur (Relieur Houdart Paris),
  • archivage en province dans des entrepôts.

L’anonymisation des décisions de justice est externalisée.

Le service documentation n’a pas accès aux bases de données des autres éditeurs en dehors de Lamyline qui représente 25% du montant annuel des abonnements mais compense ce montant en proposant le papier avec 70 % de réduction !

Evolution du métier

Pour Anne-Françoise, et ce n’est pas une surprise, l’évolution majeure du métier c’est son informatisation.

La collaboration avec les éditeurs, les auteurs, les clients

D’après Anne-Françoise : « une bibliothécaire qui travaille dans son coin ne fait pas son boulot ! »

La bibliothèque accueille les auteurs maison, les professeurs, les magistrats, les doctorants, les agrégatifs. Les utilisateurs apprécient de venir y travailler. C’est aussi un lieu de rencontre entre auteurs avec une savoureuse tradition, celle du gâteau fait maison apporté par Anne-Françoise le lundi matin. Les auteurs sont chouchoutés !

Anne-Françoise définit son métier comme un métier de service, d’aide et de rencontres. Un poste où il faut être très humble tout en sachant que la reconnaissance interne n’est pas forcément à la hauteur de l’investissement.

Quelques réalisations

Anne-Françoise nous a notamment parlé d’une classification maison des ouvrages adaptée d’après la classification DEWEY.

Les ouvrages ne sont pas en accès libre et ne font pas l’objet de prêt (« par expérience, un livre prêté est un livre perdu »). Il y a deux copieurs pour la bibliothèque.

La bibliothèque dispose d’une très belle collection de Mélanges.

Des anecdotes de recherches marquantes

Anne-Françoise nous a évoqué de nombreuses anecdotes, notamment de belles rencontres professionnelles et personnelles qu’elle a pu faire dans sa carrière avec certains auteurs ou professeurs de droit qui sont devenus comme des amis ou de la famille proches.

Le Professeur Jean-Philippe LÉVY, grand historien du droit entre autres, lui a, un jour de grande chaleur, fait cette charmante demande : « Puis-je ôter ma veste car il fait un peu chaud ? ».

Certains auteurs qui exercent encore leur métier à plus de 80 ans ne tiennent qu’avec la lecture de la documentation qu’elle leur fournit. S’ils arrêtent, ils meurent. On peut dire qu’ils sont sous « perfusion documentaire. »

Elle a longuement évoqué l’ouvrage publié à compte d’auteur de Philippe Durieux, le roman des Editions Techniques, qui, malheureusement, n’est pas disponible.

Voir l’hommage en accès libre sur internet à Philippe Durieux par Philippe Simler et François Terré. Cet hommage retrace très rapidement l’histoire de Lexis à travers la vie de Philippe Durieux, Président des Éditions Techniques – aujourd’hui LexisNexis France – de 1968 à 1992, décédé le 10 mars 2018.

La morale de l’histoire

D’un métier qu’elle a découvert à 35 ans par hasard, tout en sachant qu’elle ne se considérait pas comme étant particulièrement méthodique, elle a fait une passion alliant méthode, rigueur, professionnalisme et empathie.

Celle qui se voyait bien embrasser le métier d’infirmière, aura pendant toute sa carrière de documentaliste juridique tenu quelques auteurs sous « perfusion documentaire », donnant beaucoup d’importance à la relation humaine. Par son côté « maternel » et aux petits soins pour les auteurs, les éditeurs, les clients, elle ne s’est pas éloignée de sa vocation d’origine.

Son témoignage souligne une fois de plus que le métier de documentaliste juridique, qui est un métier de l’ombre, « au service de », reste un rouage essentiel de toute entreprise, que l’on parle de cabinet d’avocats ou d’éditeur juridique.

La question de son remplacement a bien sûr été posée par nous et Mme Bidault sera en principe remplacée, si la lettre est bien respectée qu’en sera-t-il de l’esprit. C’est une question à laquelle les nombreux utilisateurs de ses services aimeraient avoir une réponse. Comme tous les éditeurs Lexis communique beaucoup, alors pourquoi ne pas le faire à propos de ce changement majeur, cela montrerait aux yeux de tous l’importance qu’il attache à ce service que Mme Bidault a porté, pour le plus grand bénéfice de Lexis, à un si haut niveau d’excellence.

Portrait Faten Habachi

Les juristes veulent aussi une meilleure expérience utilisateur pour leurs recherches

J’ai recontré Faten Habachi lors d’un atelier d’observation des usages pour Wolters Kluwer (Lamyline). Lors de nos premiers échanges, Faten m’a confié qu’il est essentiel d’observer un utilisateur quelques minutes pour comprendre son fonctionnement et les points de frictions qu’il peut rencontrer.

J’ai beaucoup aimé être dans les coulisses du projet, dans l’élaboration d’un prototype, dans le test mais sans jugement de valeur. J’ai retrouvé lors de cet atelier quelques éléments étudiés pendant le MOOC architecture de l’information.

J’ai pensé qu’il était très futé pour un éditeur de convoquer à ces tests des documentalistes qui sont d’une part habitués à passer toute la journée d’une base de données à l’autre (avec une excellente connaissance de leurs forces et de leurs faiblesses) et d’autre part conscients des points de frictions rencontrés par les avocats et stagiaires car ils sont en charge de leur formation. Et encore plus futé de mette l’utilisateur au centre du projet avec des personnes qui pensent utilisateurs et non pas listes de fonctionnalités !

Les métiers de l’UX Design sont assez peu connus. Pourtant, du fait de la compétitivité sur les produits et services, leur rôle est de plus en plus important.

Portrait Faten Habachi

Dans cette interview de Faten Habachi, découvrez en quoi l’expérience utilisateur est essentielle lors d’un projet numérique.

Quelle est votre formation ?

Après avoir obtenu un DUT Techniques de commercialisation je me suis orientée vers le Multimédia en intégrant un Master Produits et services multimédia et nouvelles technologies. Et depuis je ne cesse de me former aux méthodes des approches Design, UX et Agile.

Dans quel cadre intervenez-vous ?

Je peux intervenir en phase amont d’un projet lorsqu’il faut définir les premières ébauches d’un produit et services numériques en passant par l’identification de la cible, des problématiques existantes et des objectifs à atteindre. Il m’arrive également d’intervenir pour faire un rapport d’étonnement sur les problèmes d’utilisabilité d’un produit numérique et en proposer les axes d’améliorations toujours avec une approche centrée utilisateurs.

Qui sont vos interlocuteurs ?

Mon rôle es transverse et nécessite donc de collaborer avec de multiples acteurs.

Ceux-ci restent différents en fonction de la nature du projet, l’utilisateur reste un interlocuteur phare lorsqu’on applique une démarche en mettant l’utilisateur/client au centre de la réflexion.

Les membres de l’équipe de développement, du Marketing, le Product Manager ou encore Product Owner et les acteurs définissant les contenus sont par exemple les interlocuteurs avec lesquels je co-créée en ce moment.

Quelles méthodes/outils, utilisez-vous ?

Mes méthodes sont issues des approches de Design Thinking et Méthodes de design UX (User eXperience). Les méthodes sont choisies en fonction du contexte et de l’objectif à atteindre, il en existe plusieurs, la difficulté est de mettre en application la plus pertinente avec les acteurs pertinents.

Les outils sont multiples, ils peuvent être orientés production de prototype avec des outils de type Axure, Adobe XD ou encore Sketch pour tester de premières interfaces en cours de conception.

Comment se déroule une cession d’observation ?

Une cession d’observation peut se dérouler de différentes manières en fonction de l’objectif à atteindre mais toute approche d’observation nécessite une écoute essentielle afin de récolter le maximum de données que ce soit sur ce que l’utilisateur dit, fait, pense ou ressent. Avant toute cession d’observation il est important pour un Designer d’instaurer un climat de confiance afin de laisser l’utilisateur libre de ses commentaires et de ses actions. Il faut réussir à faire comprendre que ce que nous évaluons c’est le produit et/ou le service et non les compétences de l’utilisateur.

Plus largement, comment se déroule un projet ?

Encore une fois tout dépend des objectifs du projet et des parties prenantes de celui-ci.

Dans l’idéal il y a une phase d’exploration et de compréhension du projet et des utilisateurs, une phase d’idéation et définition pour initier et définir les hypothèses à développer, une phase de prototypage pour tester les hypothèses. La phase de développement peut se faire en parallèle si celle-ci est dans une démarche agile ce qui nous permet de tester au fur et à mesure et d’être en itération continue entre designers, responsable produits, référents éditoriaux et développeurs.

Atelier WK

Exemple atelier co-création Wolters Kluwer

Le milieu de l’édition juridique présente-t-il des particularités ?

Comme tout milieu il y a effectivement des particularités et dans le milieu de l’édition juridique la particularité est de comprendre le langage juridique et les différentes logiques entres contenus juridiques. Sans une compréhension de ces logiques on ne peut présenter et organiser de façon pertinente la diversité des langages liés au droit sur une interface numérique.

En quoi la vision utilisateur est-elle essentielle lors de la refonte (ou de la construction) d’une plateforme ?

La vision utilisateur apporte les éléments essentiels pour construire le modèle mental qui nous permettra de comprendre ce que l’utilisateur essaie d’atteindre comme tâche en fonction de son contexte. Sans cette vision la conception ou la refonte d’un produit peut être un échec car elle risque de ne pas répondre à une réalité externe.

Avez-vous des sources d’information à recommander aux lecteurs de Sérendipidoc qui souhaiteraient en savoir plus sur les métiers de l’UX design ? (soit avec une idée de reconversion professionnelle, soit avec l’idée d’améliorer leurs projets numériques)

Il y a de plus en plus de sources disponibles dans les métiers de l’UX Design, notamment les ouvrages de Carinne Lallemand, pour les anglophones je conseille les articles de Nielsen Norman et Don Norman.

MERCI !

Faten Habachi, Responsable User eXperience, Wolters Kluwer

https://www.linkedin.com/in/fatenhabachi/

Twitter : @fatenh

Intervenante Ecole EEMI, ECV Digital

Membre active association Girls In Web

EFL

Visite des Editions Francis Lefebvre

Le 18 septembre 2018, les éditions Francis Lefebvre ont convié un certain nombre de documentalistes de cabinets d’avocats à une réunion en leurs locaux.

Cette réunion s’est articulée en plusieurs parties : une rapide cession sur l’évolution de notre métier de documentaliste, un panorama des bases de données du marché avec un feedback plus approfondi sur la base Navis, les nouveautés à venir concernant la base Navis, puis une visite des rédactions par petits groupes.

De cette réunion je relèverai quelques points qui m’ont semblé particulièrement importants.

EFL

La collection Mémentos

Toujours plus d’intelligence artificielle, notamment dans le moteur de recherche

Madame El Khomri s’est retrouvée involontairement à l’origine de la réflexion des Editions Francis Lefevbre sur une nouvelle version de leur moteur de recherche. En effet, l’orthographe de son nom de famille peut être source d’erreur dans les recherches.

Le nouveau moteur sera basé à la fois sur un travail de correction orthographique des fautes des utilisateurs et sur une étude des requêtes utilisateurs les plus performantes. Afin que la requête soit vraiment performante, il faut tenir compte du contexte de l’utilisateur via un filtre matière. Un utilisateur expert-comptable n’aura pas forcément les mêmes besoins qu’un avocat fiscaliste.

Enfin l’actualité juridique économique et financière entre en jeu dans la recherche (exemple : en 2018, le fait de taper le mot prélèvement suggère automatiquement l’expression « prélèvement à la source »). En parallèle, l’éditeur enrichit constamment le vocabulaire juridique, le vocabulaire métier et la liste des acronymes.

La nouveauté est que la machine est apprenante (on parle de machine learning) ce qui devrait donner des résultats encore meilleurs au fil du temps.

Le groupe Lefevbre Sarrut a également signé un partenariat exclusif avec Wuha, un moteur de recherche qui permet de faire ses recherches directement via Google en y connectant ses applications. La technologie du moteur Wuha est basée sur l’Intelligence Artificielle et le Machine Learning tout en respectant des standards de sécurité très élevés (comparables à ceux du secteur bancaire).

Avec néanmoins encore « beaucoup d’humains inside »

Un chat, basé sur l’intelligence humaine, et non sur celle d’un robot, permettra aux utilisateurs de poser leurs questions aux 50 juristes spécialisés, experts du fonds documentaire Francis Lefevbre. Ce chat concernera uniquement les problèmes d’aide à la recherche et non les problèmes de connexion (problèmes techniques).

Un gros travail des équipes au service des publications

Dans le cadre de cette matinée j’ai pu visiter la rédaction Affaires qui compte 23 personnes.

Editions Francis Lefebvre

Les titres de la rédaction affaires

De la visite de la rédaction, je retiendrai que chaque publication est un gros travail d’équipe. Avis aux candidats, pour intégrer la rédaction des EFL, il faut être à la fois bon juriste et bon rédacteur ! Chaque article fait l’objet de plusieurs relectures à l’intérieur de la rédaction sachant que l’éditeur possède encore (ce qui devient rare) un service de correcteurs professionnels. La rédaction peut également s’appuyer sur le service documentation, 9-10 personnes, qui fournit une veille législative et juridiques et s’occupe du produit « Travaux parlementaires ».

Pour la rédaction affaires, la ligne éditoriale est celle de l’entreprise et de son dirigeant.

Entre le fonds de concours des arrêts de la Cour de cassation (tous dépouillés), la sélection de certains arrêts des Cours d’Appel de Paris et de Versailles, le dépouillement d’environ 60 revues juridiques et une veille chez leurs concurrents, la rédaction a fort à faire. Dans la matière affaires, elle ne prétend pas être exhaustive à la différence de la rédaction fiscale.

EFL

Le texte de travail d’un mémento

Le mémento droit commercial compte à lui seul 25.000 décisions citées. Son écriture est une succession de textes et de balises qui permettent d’insérer des liens hypertextes. Dans le mémento droit commercial, le lien vers la doctrine commentée se fera de préférence sur la RJDA, revue à vocation pérenne plutôt que sur le BRDA, bulletin à vocation d’actualité.

En édition annuelle, le mémento est entièrement relu. On peut dire que l’impression d’un mémento papier n’est qu’un tiré à part à un « instant T » de sa vie.

En conclusion

Les fonctionnalités de la base de données NAVIS évoluent à grand renfort d’intelligence artificielle et de machine learning tout en conservant un aspect humain bien présent.

EFL

La galerie des fondateurs

En contemplant les portraits des fondateurs, on comprend à quel point le groupe Lefebvre Sarrut est une entreprise familiale, consciente de sa valeur et de son côté incontournable pour certaines matières mais qui ne souhaite pas s’endormir sur ses acquis.

Merci aux équipes EFL pour leur accueil et l’enrichissant brainstorming entre personnes concernées. L’intelligence humaine collective reste pour moi tout autant fascinante que l’intelligence artificielle appliquée au droit !

Comment améliorer l’accès aux thèses et mémoires ?

Ci-dessous un résumé de mon intervention lors de la table ronde de la Journée Juriconnexion du 7 décembre 2017 sur les thèses et mémoires universitaires.

Le témoignage

Journée Juriconnexion 7/12/2017

Diverses expériences nous montrent qu’il n’est pas simple pour un avocat qui travaille dans l’urgence mais néanmoins avec une volonté d’exhaustivité de comprendre la difficulté d’obtention d’une thèse mentionnée dans un document.

Les thèses ne sont pas disponibles pour plusieurs raisons :

  • Elles ne sont pas publiées,
  • Elles sont publiées mais épuisées,
  • Elles sont disponibles mais uniquement sous format papier (ou pire sous format microfiche),
  • Elles ne sont pas éligibles au prêt entre bibliothèques,
  • L’auteur s’est opposé à sa communication hors consultation sur place dans l’université de sa soutenance,
  • L’auteur fait état de sa thèse sur internet (blog) mais ne répond pas aux nombreuses sollicitations de communication (communication paradoxale !)

Voici pour quelques exemples.

Les axes d’amélioration

Côté doctorant

Inciter le dépôt en OPEN ACCESS ou à la publication ou les deux avec un embargo par exemple. Le minimum serait de pouvoir disposer de la table des matières en accès libre.

Inciter l’auteur à publier un article de synthèse qui signale l’intérêt de son travail et donne envie d’en savoir plus. Dans le même ordre d’idée, il est possible d’exposer sa thèse en 180 secondes http://mt180.fr/ (vidéo) :  un très bon exercice de communication.

Inciter au dépôt via le legal design

Cette forme de communication est très virale car elle est très partagée sur les réseaux sociaux, notamment sur Twitter. Elle peut plaire aux jeunes juristes et marquer les esprits.

Voir par exemple : OA | Mais au fait, je dépose quoi ?

 

Mais au fait, je dépose quoi ? par Magalie Le Gall

Mais au fait, je dépose quoi ? par Magalie Le Gall

Un bon exemple d’incitation au dépôt. Sketchnote de Magalie Le Gall, pour Couperin.

Communication juridique

Faire de sa thèse un argument central de sa propre communication et pourquoi pas construire un blog autour de sa thèse ?

On peut alors imaginer qu’un internaute s’inscrive via un formulaire de contact pour récupérer le texte intégral de la thèse comme nous avons coutume de le faire pour les livres blancs.

Côté juriste / Stagiaire / avocat

Il est du devoir des documentalistes, bibliothécaires de former les jeunes juristes sur ce type de source.

Parmi les axes de formation, on notera :

  • Leur apprendre l’existence des bases de recherches (Sudoc, Theses.fr, TEL)
  • Faire le distinguo entre publié, non publié, épuisé, disponible
  • Faire comprendre que « commander dans l’urgence », n’est pas une solution possible pour ce genre de document
  • Ce qui n’existe pas en version numérique peut exister en papier (et vice versa)
  • Leur apprendre les réflexes de recherche du papier : localisation, emprunt
  • Leur faire utiliser les réseaux : LinkedIn, internet pour entrer en contact avec l’auteur

Côté documentaliste / bibliothécaire

L’entraide entre personnels des bibliothèques, documentalistes, public / privé existe déjà. C’est un atout dans les recherches complexes. La journée Juriconnexion qui réunissait un grand nombre d’acteurs des secteurs publics et privés favorisera sans aucun doute de nouvelles collaborations.

Instaurer un prêt entre centre de documentation et bibliothèques universitaire ?

La disparition du service de copies de documents de la bibliothèque CUJAS en juin 2017 pose des problèmes d’accès (rapide) à l’information. Il était bien pratique d’obtenir par ce biais une photocopie du sommaire ou d’un extrait de thèse épuisée par exemple. Le retour d’un  service identique, même freelance, serait apprécié.

Côté éditeur

La réimpression de thèses majeures est une bonne chose.
Ainsi, cette année, j’ai pu commander la thèse Principes d’une réalisation méthodique du droit privé d’Henri Motulsky datée de 1947. Elle a été publiée une première fois en 1948 chez Sirey, puis à nouveau en 1991 chez Dalloz, puis à nouveau en 2002 chez Dalloz.

Elle est toujours disponible à la commande chez notre libraire habituel.

Cette remarque vaut aussi pour les traités de droit épuisés !

L’impression à la demande pourrait aussi apporter plus de souplesse dans la gestion des fonds documentaires de thèses.


Ressources numériques à rappeler

Faire sa thèse

Blog Precisement.org (Emmanuel Barthe)

http://www.precisement.org/blog/Faire-sa-these-ouvrages-et-sites-utiles.html

http://www.precisement.org/blog/Faire-sa-these-de-droit-methodologie-et-conseils.html

Rechercher une thèse sur internet

Méthodologie de recherche

Fiche pédagogique Jurisguide Thèses et travaux universitaires (Bibliothèque Cujas) http://jurisguide-cuj.univ-paris1.fr/fiches-pedagogiques/theses-et-travaux-universitaires-A-panorama/

Blog Precisement.org (Emmanuel Barthe)

http://www.precisement.org/blog/Theses-et-memoires-en-droit-disponibles-sur-Internet.html

Sur Sérendipidoc

https://www.serendipidoc.fr/rechercher-these-droit-dapres-references/

Rechercher une thèse par matière

Blog Precisement.org (Emmanuel Barthe)

http://www.precisement.org/blog/Les-meilleures-theses-de-droit-disponibles-en-open-access.html


Crédit illustrations : FXM, Magalie Le Gall (sketchnote), CGU

Thèse

Rechercher une thèse en droit d’après ses références

Thèse

Je m’aperçois que les stagiaires connaissent mal la procédure pour rechercher une thèse d’après son titre et son auteur.

Souvent ils s’adressent à moi en me demandant de commander la thèse au plus vite, « commander » étant le mot magique qui résout tous les problèmes d’accessibilité !

Voici ma façon de procéder.

La thèse est publiée chez un éditeur traditionnel

La publication est récente : c’est l’hypothèse la plus simple, dans ce cas il suffit de contacter un libraire juridique afin de procéder à son acquisition. C’est le seul cas où la commande (rapide) est véritablement possible !

La publication est ancienne, la thèse est épuisée

Pensez à regarder les sites de ventes d’ouvrages d’occasion (Amazon, Price Minister, Chapitre, Recylivre…).

Localisez la thèse dans une bibliothèque publique afin de l’emprunter (cf. catalogue SUDOC ci-dessous).

La thèse n’est pas publiée

Il sera toujours possible de consulter le catalogue SUDOC pour localiser la thèse et voir s’il est possible de la consulter dans une bibliothèque.

A noter, la mention « Non disponible pour le PEB », signifie que la thèse n’est pas disponible pour le prêt entre bibliothèques.

Consulter le site internet de la faculté où a été soutenue la thèse. Éventuellement envoyer un message à la bibliothèque de cette faculté.

Chercher à entrer en contact directement avec l’auteur en le recherchant sur un moteur de recherche ou sur un réseau social professionnel. Cette démarche est rarement envisagée par ceux qui cherchent une thèse non publiée or l’auteur peut être flatté que ses écrits intéressent des praticiens. Si la thèse est récente et disponible au format PDF, il lui sera facile de vous la communiquer par e-mail. Cette démarche présente néanmoins une part de risque, elle n’aboutit pas toujours. A noter, la nouvelle version de LinkedIn déployée en début d’année 2017 favorise encore plus la prise de contact avec des personnes extérieures à votre réseau.

Pensez aussi à visiter le site ANRT (voir ci-dessous).


Dans tous les cas, retenez qu’il convient de consulter les sites ci-dessous

SUDOC http://www.sudoc.abes.fr : ce catalogue vous permettra de rechercher la fiche bibliographique d’une thèse, de savoir si elle est publiée ou non, de savoir dans quelle bibliothèque elle peut être consultée.
A noter, le catalogue Sudoc, même s’il a pour mission de recenser l’ensemble des thèses produites en France est un catalogue documentaire beaucoup plus large puisqu’il qu’il comprend plus de 12 millions de notices bibliographiques qui décrivent tous les types de documents (livres, revues, ressources électroniques, documents audiovisuels, microformes, cartes, partitions, manuscrits et livres anciens…).

THESES.FR http://www.theses.fr : ce site vous permettra de rechercher la fiche bibliographique d’une thèse soutenue ou en préparation et d’accéder au texte intégral de celle-ci seulement si le docteur a accepté sa diffusion. Thèses.fr recense toutes les thèses soutenues en France depuis 1985 (équivalent du fonds documentaire du catalogue Sudoc). A noter, theses.fr n’héberge pas les thèses mais renvoie vers le site internet qui les héberge. N’hésitez pas à utiliser la fonction avancée du moteur de recherche. Elle est très simple et performante.

Voir aussi

ANRT http://www.diffusiontheses.fr/ : l’Atelier National de Reproduction des Thèses (ANRT) reproduit, sous différents supports (imprimés, microfichés et électroniques) les thèses soutenues en France dans toutes les disciplines, et assure leur diffusion tant institutionnelle que commerciale en France et à l’international.

Bonne recherche !


Commentaire de Jean Gasnault (publié sur LinkedIn le 20/04/2017)

J’ajoute une petite astuce : une bonne source pour trouver les thèses de droit en accès libre déposées dans HAL (le site officiel de dépôt des travaux de recherche) https://halshs.archives-ouvertes.fr/AO-DROIT/

La tendance est à la synthèse

Suite à l’AG de l’association Juriconnexion du 28 mars 2017 où Sandrine Esclangon a identifié une tendance à la synthèse chez les éditeurs juridiques, voici un retour d’expérience sur trois éditeurs qui proposent de l’information avec ce type de format.

Pour les besoins de l’article, j’ai choisi de rechercher une synthèse sur l’action de groupe.

Synthèses JurisClasseur dans Lexis360

Elles sont réservées aux abonnés du portail Lexis360.

Organisées par grand champ de droit, elles résument l’état du droit sur une matière. Elles permettent d’avoir une première approche d’une matière moins connue ou de faire un point rapide sur l’actualité.

C’est aussi une table d’orientation vers les encyclopédies JurisClasseur avec des liens directs vers les fascicules de commentaires qui vous permettent d’approfondir un point particulier.

Le moteur de recherche ratissant particulièrement large, passer par les contenus pratiques (fiches de synthèses et fiches pratiques) est parfois la seule solution pour accéder à l’information sans se noyer dans trop d’informations.

Nombre : 662 synthèses au 28/03/2017, 1292 fiches pratiques au 28/03/2017

Contenu Fiche pratique : éléments clés, textes, références bibliographiques pas uniquement dans le fonds documentaire Lexis, informations préalables, inventaire des solutions et éléments de décision, mise en œuvre, outils (check-list)

Contenu Synthèse : fiche de synthèse, textes, bibliographie pas uniquement dans le fonds documentaire Lexis, orientation (= points clés permettant de s’orienter à la fois dans la synthèse et dans les fascicules du juris-classeurs), actualité

Exemple choisi Action de groupe : Synthèse Institutions et litiges de consommation, 25 pages, mais le sujet est plus vaste que le mon exemple choisi. La partie sur l’action de groupe occupe environ 4 pages

Fiche pratique : Intenter une action de groupe, 11 pages

Avantages : date de fraîcheur et auteurs bien mis en valeur dès le début des fiches, sources bibliographiques variées y compris en dehors du fonds documentaire Lexis, la porte d’entrée du vaste fonds documentaire Lexis.

Inconvénients : pas vraiment synthétique sauf si l’on consulte en premier l’orientation qui est en fait la synthèse de la synthèse !

Fiches d’orientation Dalloz

Nombre : plus de 1200 fiches présentant les principales notions juridiques.
Elles sont disponibles depuis la fin de l’année 2016 sur le site open Dalloz. L’éditeur s’est fait remarquer en livrant en open access du contenu juridique de qualité (codes officiels non annotés, jurisprudence et fiches d’orientation).

http://www.open-dalloz.fr/

Contenu : Définition, références juridiques indispensables, actualité, fiche de synthèse, références bibliographiques dans le fonds documentaire Dalloz

Exemple choisi Action de groupe : Action de groupe (Droit de la consommation), 4 pages, mission bien remplie par Dalloz avec une fiche à la fois synthétique et gratuite !

Avantages : gratuit sur open-dalloz.fr ; également accessibles aux abonnés des sites dalloz.fr et dalloz-avocats

Inconvénients : la fiche n’est pas attribuée à un auteur, les références bibliographiques sont limitées à l’éditeur Dalloz.

Infographies Lexbase

L’éditeur Lexbase s’est distingué en étant le premier éditeur à proposer des infographies juridiques.

Nombre : 158 au 28/03/2017

Toute l’information tient sur une page avec une partie rédigée et une partie sous forme de tableau fléché de procédure.

Contenu : objectif, conditions, domaine, procédure

Exemple choisi Action de groupe : Régime spécifique de l’action de groupe en matière de consommation, 1 page

Avantages : outil pédagogique clarifié à l’extrême, contenu à la présentation innovante amené à devenir de plus en plus populaire auprès des utilisateurs, déjà très populaire sur les réseaux sociaux

Inconvénients : pas de possibilité d’approfondir le sujet dans les sources Lexbase ou sources externes, fiche non datée et sans auteur, legaldesign assez pauvre dans le cadre l’exemple choisi mais cela dépend peut-être du sujet ?

Conclusion

Le format synthèse peut être utile pour aborder une matière que l’on maîtrise mal, comme outil d’orientation pour accéder à un fonds documentaire plus dense, pour les étudiants et stagiaires dans le cadre de leurs études, pour le grand public, pour les journalistes.

Chez les éditeurs juridiques c’est aussi un outil marketing dans la mesure où les synthèses sont une sorte de produit d’appel pour mieux faire connaître la marque. Ceci est tout particulièrement vrai chez Dalloz qui propose ses fiches d’orientation gratuitement.

L’aspect synthétique et pratique est séduisant surtout pour le grand public et les étudiants, sans doute un peu moins pour les professionnels du droit.

Le legaldesign pourrait jouer à l’avenir un rôle encore plus important pour clarifier les procédures et aider à synthétiser les idées.

Soirée lancement Lamyline, septembre 2016

Pourquoi les éditeurs juridiques doivent absolument innover

Le cas de Lamyline et le lancement de leur nouvelle plateforme en septembre 2016

Le jeudi 29 novembre 2016, les clients de la base de de données Lamyline étaient conviés à une soirée de lancement de la nouvelle base.

Une soirée assez surprenante dans son organisation : salle high-tech façon boite de nuit, vision sur écrans à 360 degrés, démonstration live par Vincent Henderson revêtu d’un polo noir et d’un micro filaire pour renforcer « l’effet Steve Jobs », mise en scène très américaine de l’entrée des intervenants, incrustations des photos des clients sur les écrans pour accompagner le lancement du cocktail. Bref, nous étions très loin des dorures, de la moquette et des moulures des traditionnelles réunions dans les salons d’hôtels parisiens.

Soirée lancement Lamyline, septembre 2016

Présentation par Vincent Henderson

Cette manifestation tech, en droit augmenté comme l’indique le slogan de la marque, n’était peut-être pas qu’une question de mode mais bien une réalité de l’indispensable mutation des éditeurs juridiques.

Si l’on tient compte du poids de plus en plus important au niveau français comme européen de structures de type OPEN LAW qui ont pour but à la fois de diffuser gratuitement les données juridiques publiques et d’inciter les legal start-up à s’emparer du Big data pour innover en terme de produits documentaires et de services, on comprend facilement que les éditeurs juridiques doivent impérativement innover et augmenter leurs contenus d’une forte valeur ajoutée pour ne pas risquer de se faire « ubériser ».

Enrichir le contenu

Capitaliser sur les documents anciens, car la numérisation du droit est récente (années 90) donc tout ce qui est antérieur est très convoité. Ainsi, la possibilité de consulter les archives des ouvrages, des articles de doctrine et des fonds officiels est un atout.

Toujours plus de commentaires, d’abstracts et de contextualisation de l’information, de mises à jour en temps réel et aussi de relations entre les documents.

S’associer à d’autres éditeurs pour enrichir certains contenus qui seraient considérés comme  limités par l’éditeur. Chez Lamyline l’association se fait avec l’éditeur Lexbase qui propose des fonds en civil, pénal et public.

Soirée lancement Lamyline, septembre 2016

Proposer une veille réactive

avec une bonne visibilité et un bon référencement, y compris sur Google. Une partie du contenu des informations du site Actualités du Droit est ainsi disponible en version freemium ce qui permet à l’éditeur de se faire référencer et indexer par Google surtout sur des sujets très pointus. Cependant, les clients de la solution restent les seuls à bénéficier de l’intégralité et de l’exhaustivité du contenu Actualités du Droit.

Possibilité de paramétrer des alertes à partir d’une recherche ou sur des documents pour être prévenu lors de leur modification.

Proposer de nombreuses innovations techniques

Une recherche sémantique de plus en plus performante : l’utilisateur tape quelques mots dans la barre de recherche et l’outil lui propose des associations pertinentes. L’éditeur a été précurseur en ce qui concerne cette technologie = autocomplétion ou autosuggestion.

Proposer un suivi graphique de l’affaire ou chaînage des décisions de jurisprudence ce qui permet de gagner du temps dans la recherche. Si l’on ajoute à cela des recommandations de jurisprudences liées et des commentaires, on enrichit encore plus l’expérience utilisateur.

Proposer un versioning des textes législatifs afin de repérer visuellement et très rapidement les évolutions des dispositions législatives.

Prévoir un usage en mobilité, sur tous supports car c’est toujours la tendance actuelle.

L’ergonomie, la facilité d’utilisation et de connexion des utilisateurs sous toutes les configurations est aussi un élément clé de la prise en main de l’outil (ou à l’inverse de frustrations et d’abandon si la solution n’est pas assez facile à utiliser).

La relation client

Il faut souligner la volonté de l’éditeur Lamy d’être à l’écoute des clients. Cette volonté s’est clairement manifestée par :

  • une longue période de test du produit,
  • une étroite collaboration avec les membres de Juriconnexion (et tout particulièrement l’équipe Juriformation) qui sont documentalistes juridiques, au contact quotidien des avocats et stagiaires et utilisateurs des bases de données de juridiques concurrentes,
  • une forte réactivité dans les corrections des dysfonctionnements ou tout au moins la prise en compte des nouvelles demandes et la planification des améliorations,
  • un encadrement dynamique au moment du lancement avec nombreux e-mails de communication, plusieurs tutoriels vidéos en ligne, des webinars et d’autres solutions de formation plus classique, le tout capitalisé sur un site dédié.

Soirée lancement Lamyline, septembre 2016

Et enfin une soirée de lancement moderne, ambitieuse qui donne envie de tester les nouvelles fonctionnalités en espérant que le rapport qualité/prix de la nouvelle version de Lamyline restera acceptable pour les utilisateurs.

Site : www.toutsurlamyline.fr

E-mail : contact@lamyline.fr

Merci à Sandrine Esclangon (membre de Juriconnexion et Juriformation) pour son aimable relecture.
Crédit photos : compte Twitter @WoltersKluwerFr

 

Sang Froid n° 1

Sang Froid, lancement d’une revue judiciaire

 

Revue Maât

2015, le projet

Présentation de la future revue

Journaliste judiciaire depuis quatre ans au sein du mensuel lyonnais Mag2 Lyon, Stéphane Damian-Tissot quitte ce poste afin de créer une revue judiciaire qui s’appellera Maât. Cette revue trimestrielle mélangera des faits d’actualité (reportages, enquêtes, tribunes d’opinion) et des sujets plus historiques (portraits, affaires anciennes…) ainsi que des aspects du polar (nouvelle d’auteurs, critiques de livres et de films, interviews…). L’idée est de créer une revue qui rassemble le monde judiciaire (avocats, magistrats, policiers…) et le grand public, toujours plus passionné par cet univers et celui du polar.

Chaque trimestre, les 180 pages de cette revue vous plongeront au cœur de la justice, de la police mais aussi du “milieu“ grâce à des articles fouillés et à contre-courant.

Le polar sera aussi à l’honneur avec, dans chaque numéro, une nouvelle spécialement écrite par un auteur reconnu ainsi que des interviews et des portraits.

Grâce aux réseaux sociaux de la revue, vous pourrez suivre l’évolution de ce projet dont le premier numéro est prévu pour septembre 2015.

Pourquoi Maât ?

Réponse de Stéphane : C’est la déesse égyptienne de la justice. Elle symbolise l’ordre, la solidarité, l’équilibre du monde, l’équité de la paix, la vérité et la justice (rien que ça !).

Revue Maât

Si comme moi,

  • vous suivez de temps en temps en les émissions TV de type “Faites entrer l’accusé“ avec intérêt (et parfois un certain sentiment angoissant il faut l’avouer),
  • si vous êtes amateur de polars (pas mon cas mais un récent article de Télérama Les nouvelles gâchettes du polar français par Christine Ferniot publié le 10/03/2015 http://www.telerama.fr/livre/les-nouvelles-gachettes-du-polar-francais,123698.php m’a donnée envie d’en savoir plus sur ce genre littéraire),
  • si vous souhaitez participer à la naissance d’une revue,

J’ai lu le numéro zéro et croyez-moi entre le reportage d’actualité, l’immersion au cœur d’une enquête policière et les récits d’anciennes ou récentes affaires, c’est bien écrit, richement illustré, énergique, documenté, ça dépote sans être racoleur !

Une revue qui pourrait aussi intéresser, à titre personnel, notre public d’avocats d’affaires en mal d’enquêtes criminelles.

2016, changement de nom

Chers lecteurs, nous rentrons dans la dernière ligne droite avant la naissance de la revue et nous avons plusieurs annonces importantes à vous faire :

En concertation avec nos partenaires, nous avons décidé de changer le nom de la revue et de l’appeler SANG-FROID. Entre l’orthographe, la prononciation un peu compliquée et sa signification mystérieuse si l’on n’est pas mordu d’égyptologie, le nom de Maât n’était pas clair pour tout le monde. Nous avons donc préféré opter pour un nom plus grand public et facilement identifiable. Le changement sera effectif sur la page en début de semaine prochaine. Nous espérons que tous nos lecteurs l’apprécieront.

Nous avons également le plaisir de vous confirmer que notre revue sera bien disponible dès mars 2016 en librairie. Le premier numéro devrait être distribué dans nos quelques 500 points de ventes entre le 15 et le 31 mars. Pour toutes les personnes intéressées, il sera possible de commander ce premier numéro ou de s’abonner à la revue dès le mois de février.

2016, le numéro 1, sortie prévue le 24 mars 2016

Sang Froid n° 1

 

 

Facebook : https://www.facebook.com/revuemaat/

Site : 
http://www.revuesangfroid.fr/

Twitter : @RevueSangfroid

Espresso Book Machine

L’impression à la demande, l’avenir du livre ?

Lors d’un récent voyage à New-York, je cherchais à consulter l’ouvrage de la blogueuse mode Garance Doré déjà paru aux Etats-Unis alors qu’il n’est pas encore paru en France.

Je rentre donc par hasard dans cette librairie du quartier de Nolita qui n’est pas qu’une simple librairie.

McNally Jackson: A place where you can read books, buy books, write books, and talk about books. And now a place where you can make books, too

On peut imprimer chez McNally Jackson des ouvrages tombés dans le domaine public, épuisés, « blacklistés » ( ?) ou même son propre ouvrage.

Espresso Book Machine

Espresso Book Machine

Espresso Book Machine

Le temps d’impression (6 minutes) est celui d’un café, d’où le nom de la machine Espresso Book machine. Ça tombe bien d’ailleurs puisque la librairie dispose aussi d’un charmant café.

En live, la machine vous délivre un livre de type livre de poche souple avec couverture en couleurs comme une photomaton qui sortirait de la cabine après quelques minutes d’attente ! Impressionnant ! D’autant plus impressionnant à mon avis lorsqu’il s’agit de son propre livre.

Espresso Book Machine

Espresso Book Machine, livre en préparation

Quelques idées pour le milieu de l’édition (juridique) :

  • Impression à la demande des livres épuisés,
  • Impression à la demande de livres récents mais en rupture de stock car à petit tirage,
  • Impression à la demande de supports de MOOC, livrets de formation,
  • Autoédition de travaux universitaires qui n’auraient pas trouvé d’éditeur « classique »,
  • Autoédition de traités juridiques notamment pour les praticiens du droit,
  • Autoédition de Mélanges traditionnels ou même ponctuels pour célébrer un événement dans une petite communauté,
  • Autoédition d’ouvrages de type « doing business » pour les cabinets d’avocats qui veulent les offrir à leurs clients,
  • Autoédition d’une compilation de billets d’un blog (juridique), par thème, par période, etc…

« Pour les petits tirages de 1 à 300 exemplaires, le coût d’impression, à l’unité, devient indépendant du nombre d’exemplaires imprimés.
Avec l’impression à la demande, un titre est bien plus facilement rentable, car un livre produit est un livre vendu. L’incertitude sur la vente disparaît. Alors que près de 30 000 titres sont pilonnés chaque année, cette technologie apporte une solution environnementale responsable. De même, la gestion des stocks se trouve grandement simplifiée. » Extrait de Le livre à l’heure de l’impression express in Le Monde Economie du 19/03/2015 par Alain Beuve-Méry.

Côté environnement justement dans une petite corbeille au pied de la machine, non visible sur les photos, on pouvait se servir gratuitement en chutes de livres brochés qui font des petits carnets de sac très sympas !

Et sinon, je n’ai pas acheté l’ouvrage de Garance Doré car je vais finalement attendre sa version française pour mieux en savourer l’esprit mais j’ai trouvé la librairie de mes rêves !

Dommage qu’elle soit à New York mais ça viendra en France un jour je pense.

La machinehttp://www.ondemandbooks.com/

Espresso Book Machine

Espresso Book Machine, livre jaune délivré !

La librairie visitéehttp://www.mcnallyjackson.com/print-on-demand

Adresse : 52 Prince St, New York, NY 10012, États-Unis (Nolita).
Ouverte tous les jours de 10h00 à 22h00 sauf le dimanche de 10h00 à 21h00 (impressionnants les horaires d’ouverture !).

Mailbookmachine@mcnallyjackson.com

McNally Jackson, books printed, nov. 2015

McNally Jackson, books printed, nov. 2015

La machine Espresso Book est aussi visible à Paris, Lille, Lyon, Tours, à chaque fois dans des écoles d’art graphique (voir les localisations sur le site de la machine).

WK Inauguration Signalisation

WK : les clés pour visiter !

Le 7 septembre 2015, l’éditeur Wolters Kluwer Lamy invitait salariés et clients à une soirée d’inauguration de ses nouveaux locaux, 14 rue Fructidor à Paris dans le 17ème.

Accueil WK

WK : les clés pour visiter !

Après un cocktail d’accueil suivi des discours d’Hubert Chemla, PDG de Wolters Kluwer France et de Nancy McKinstry, CEO and Chairman of the Executive Board of Wolters Kluwer, l’assistance était divisée en petits groupes pour la visite des coulisses de l’élaboration des solutions WK.

Je vous propose dans cet article un reportage photos de cette visite.

Je remercie WK-Lamy pour son accueil et pour la parfaite organisation de la visite.
Il n’est pas fréquent de pouvoir découvrir l’environnement de travail d’un éditeur.
D’autre part, nous avons tendance à oublier que le groupe WK France regroupe bien plus d’activités que la seule activité d’éditeur juridique.

6 équipes avaient à charge de présenter un panorama des différents métiers du groupe.
Un accompagnateur nous guidait dans les locaux et un quiz permettait de maintenir l’attention des visiteurs.

Ascenseur WK

Top départ de la visite, à vos quiz !

Les 7 étapes de notre visite

L’édition
Sans doute l’activité la plus connue de notre groupe constitué de quelques documentalistes juridiques. La veille, la collecte d’informations, la gestion des contenus et leur intégration dans un CMS sont des tâches qui nous sont familières.

WK Rédaction Juridique

Le circuit de publication de la rédaction juridique

Rédaction Juridique WK

Jesus Diaz et Frédéric Chaval

Les annonces et formalités légales

Les premiers journaux d’annonces légales sont apparus en 1818.

Un métier en danger ? Oui et non.

OUI car nous allons vers plus d’autonomie dans les démarches et plus de gratuité, NON car la complexité des formalités et le besoin de sécurité juridique font que le département Annonces et Formalités légales a de beaux jours devant lui.

Annonces & Formalités Légales chez WK

Annonces & Formalités Légales

L’étape bonus
Visite du Service Commercial des éditions juridiques Lamy.

Frédéric Chaval, WK-Lamy

Frédéric Chaval, notre guide lors de la visite

Les logiciels avocats

Qu’ils soient ou non équipés du logiciel KLEOS, les avocats ont compris depuis longtemps l’importance d’investir dans un logiciel métier.

Logiciel métier avocat

Pourquoi investir dans un logiciel métier avocat

La presse

A la rédaction de l’Officiel des Transporteurs, j’ai retrouvé un peu de l’ambiance d’une salle de rédaction que j’avais connue lors d’un stage au service documentation du journal Les Echos.

L'Officiel des Transporteurs

L’ Officiel des Transporteurs

En 2015, le « chemin de fer », sorte de planning de la publication, ne se fait plus sur papier mais sur un logiciel collaboratif qui permet à l’équipe entière de savoir en temps réel où en sont les différents articles de l’hebdomadaire.

Redaction Chemin Fer

Le chemin de fer de l’Officiel des Transporteurs

L’accent a été mis lors de cette visite sur la richesse du fonds documentaire d’images bien indexé (ça parle aux documentalistes !) car désormais l’illustration occupe une place majeure dans toute publication.

Mac sur reliure

On a toujours besoin d’une bonne vielle reliure de 1860 pour caler son MAC !

L’évènementiel

Après la visite de la rédaction de l’Officiel des Transporteurs, une publication assez « exotique » pour des documentalistes juridiques, nous avons eu quelques informations sur le département évènementiel qui organise salons, conférences, remises de prix, tournois de golf et l’incontournable 24heures du Mans camions !

Département Événementiel chez WK

L’évènementiel et les publications WK

La formation

Fin de la visite avec l’équipe formation dont le petit film drôle et déjanté mettait bien dans l’ambiance pour la suite des festivités.

Cloison WK

Formation, un film pétillant comme les couleurs de la marque

Dance Floor Party

Dance Floor Party chez Lamy

Dance floor

Après la visite, clients et collaborateurs WK ont pu danser…jusqu’au bout de la nuit ? Fallait venir pour savoir !

Disco début de soirée

Disco début de soirée

#WKInog Sandrine et Jean

Doculights at #WKINOG

Disco fin de nuit

Jusqu’au bout de la nuit ? Top secret !

A noter : le titre de ce billet est inspiré du slogan de la marque Wolters Kluwer Les clés pour décider. Une clé USB a été remise à tous les participants de la visite pour leurs bonnes notes en réponse au quiz.