Articles

Village de la legaltech 2018

Ce compte-rendu d’une partie du 3ème village de la Legaltech est l’oeuvre d’Elsa Bartolucci, documentaliste juridique, geek et technophile, que je remercie pour sa synthèse touchant différents aspects de l’interactions des nouvelles technologies et du droit.

Conférence Inaugurale

Animée par Marie Bernard, membre d’ELTA (European Legal Technology Association)

Panel 1 :

Intervenants :

  • Sabrina Tantin
  • Sébastien Meunier

Il est proposé de faire une projection à 2030 pour faire évoluer les techniques et investir sur des outils et des objets connectés.

Dans cette optique, la rentabilité doit rester obligatoire : elle s’articule autour de la création de valeur et la création du besoin.

Un des point saillant repose sur la création de la smart data : la donnée doit s’interconnecter à des sources fiables d’information créant ainsi une chaîne de confiance.

Question posée au public 1 – En 2030, le big data juridique, c’est :

  • Des données publiques (10%)
  • Hub privés de données (10%)
  • Dépôt commun alimenté par les acteurs (80%)

Question posée au public 2 – En 2030, à l’interconnexion sera :

  • limitée à quelques acteurs/secteurs (point de différenciation) (40%)
  • généralisée (60%)

Panel 2 : Dynamique industrielle au service du droit ; un paradoxe ou une chance d’accélérer ?

Intervenants :

  • Nicolas Berha (Lexbase)
  • Vincent henderson (Wolters Kluwer)
  • Isabelle de la Gorce (PWC Avocats)
  • Jean Manuel Caparros (AXA Protection Juridique)

L’objectif est  d’embarquer les professionnels du droit dans une dynamique et leur permettre de jouer sur les données.

Il est recommandé de ne pas se limiter à l’utilisation d’un seul outil, mais d’inciter à utiliser dès aujourd’hui les différents outils pour avoir des rendus variés.

Par exemple, avec des outils de « contract training » et d’extraction de données : généralement ils sont pré-paramétrés par les éditeurs, puis paramétrés et alimentés par les clients augmentant ainsi la valeur ajoutée. En conséquence, les résultats sont totalement différents selon leur utilisation.

La mise en place d’une plateforme globale pourrait amener à la standardisation des protocoles et conduirait à l’émergence d’un nouveau business model.

L’industrialisation des services juridiques sous l’effet des prestataires de Legal tech conduit à une nouvelle méthode d’envisager la prestation juridique sous le prisme du besoin client, de l’ingénierie du service juridique et du marketing juridique.

Aujourd’hui la technologie au service du droit est très précieuse pour toutes les tâches automatisables et standardisables mais pas pour les activités à forte valeur ajoutée.

Le challenge repose sur la question de la compétence des acteurs et de leur capacité de comprendre les questions et enjeux technologiques.

Actuellement le marché des Legal tech entre dans une phase de maturité après une très forte progression ces 3 dernières années. Il convient à présent d’inventer les métiers de demain (exemple : legal designer qui est émergent).

Il existe une certaine forme d’obsolescence car certaines technologies vont être déployées et d’autres abandonnées. Mais à l’horizon 2030, on peut envisager une forte présence des data scientistes.

Il existe un challenge à relever pour déployer des standards d’interopérabilité des données notamment sémantiques en vue de faire communiquer les données.

On remarque actuellement l’émergence d’une demande d’avoir une plateforme unique, un « Amazon du droit » qui combinerait tous les services.

Question posée au public 3 – en 2030, ma structure

  • Aura autant de juristes que d’autres profils (data scientistes, marketing) (30%)
  • Fera certifier ses services et solutions
  • ….

Panel 3 : évolution des modes de développement de produits/solutions

Intervenants :

  • Christian Le Hire (Natixis)
  • Paul Bellavoine (ELS)

Jean-Marie Valentin (Legal Cluster)

L’Etat n’est pas au centre de la transformation mais il a son rôle à jouer, par exemple dans l’open data.

 Il y a plusieurs acteurs sur le marché : l’Etat et le privé, et tout le monde doit intervenir.

Sont particulièrement cruciaux, les enjeux de financement de la transformation digitale des cabinets d’avocats et des directions juridiques ainsi que les enjeux autour des ontologies.

En France, on constate un rôle très fort de la puissance publique, notamment pour l’ouverture des données.

Il est suggéré de s’appuyer sur la force de l’Europe, tout en respectant le principe fondamental de souveraineté. La vision doit s’étendre au-delà de la France sinon, il y a un risque que le droit continental disparaisse face au droit de la Common Law très consommateur de données et de leur analyse.

On constate un besoin de faire émerger une ontologie du droit pour qu’à l’avenir, le droit continental soit en mesure de concurrencer la Common law.

Question posée au public 4 – En 2030, la boite à outil de l‘innovation juridique sera

  • Une structure publique /privée type Open law qui portera un écosystème (50%)
  • Ne sera pas totalement aboutie, on sera encore en transition (25%)

Avant d’exploiter les data, il faut les créer. Comment créer des data dans les directions juridiques à partir des contrats, et aussi dans les cabinets d’avocats, dans les Barreaux, etc. ?

Il convient de faire émerger un écosystème grâce à des partenariats, entre directions juridiques, cabinet d’avocats… mais aussi avec d’autres acteurs : Microsoft, école 42…

Question posée au public 5 – en 2030, ma structure

  • Fera partie d’un réseau ouvert (>50%)
  • Aura rejoint un consortium, à finalité concurrentiel (16%)

Question posée au public 6 – Quelle est votre stratégie pour 2030

  • Etre un « early adopter » des technologies (40%)
  • Se focaliser sur quelques innovations majeures (20%)

Panel 4 : conclusion

Animateur : Benjamin Jean

Patrice Vidon Compagnie Nationale des Conseils en Propriété Industrielle

  • Il existe une forte anticipation du recours au numérique dans le domaine de la propriété industrielle avec, entre autre, la dématérialisation des dépôts et la gestion des systèmes d’information interne pour mettre en relation les systèmes de droit nationaux.
  • Il existe des outils digitaux pour partager : avec les offices, les cabinets et les autres acteurs de la propriété industrielle.
  • Il existe des outils digitaux pour produire de l’information.
  • Il existe des outils digitaux pour aider à la décision en aidant surtout les entreprises les plus frileuses quant aux dépôts de brevet, de marques…

Mais le besoin de sécurité et de transparence restent encore très fort actuellement.

Christiane Ferahl Schul, Présidente du Conseil National des Barreaux

  • Le site avocats.fr est la première legal tech de France.
  • Les acteurs réglementés et non réglementés coexistent au sein de la legal tech actuelle.
  • On recense quelques inquiétudes de la part des investisseurs car si on compare entre les fintech (qui ont levé 318 000 000 €) et legaltech (qui ont levé 12 000 000 €), la différence est importante
  • Il faut donc une offre plus innovante et mieux se positionner sur le marché
  • Il faut prioriser l’open data, notamment des données judiciaires, et garantir leur accès aux justiciables
  • On rappelle également le déploiement d’incubateur des CNB en vue d’accélérer l’offre

Notaire

  • Le notariat accroit sa pratique numérique progressivement.
  • On note l’édition d’une charte du développement éthique de la pratique du numérique dans le notariat.
  • La création d’un label est actuellement en cours.

Legal Design

LEXpériences – Elodie Teissèdre

Open Law s’investit dans le legal design depuis plus de 2 ans

1er axe d’amélioration : le recours à de l’empathie pour mettre en cohérence le style écrit et oral de l’avocat et remettre de l’humain dans le formalisme des documents.

Exemple : passer d’un document de 35 pages (anxiogène) à un document qui donne envie d’être lu (facilite les relations).

On poursuit deux objectifs :

  • Faire comprendre les enjeux et définir les moyens se protéger ;
  • A quel moment communiquer les informations, à savoir, comprendre à quel moment ces informations répondent à un besoin d’être informé ?

Quel est le parcours utilisateur ?

Legal Design

Quelles réactions la lecture provoque-t-elle ?

Les obligations constituent une suite d’injonctions qui permet à l’avocat de se prémunir de tout risque avec le client. Mais ne peut-on pas présenter les choses d’une façon plus empathique et sous l’angle de la collaboration ? Il est important d’expurger le contrat en ce sens.

Les deux personnages

On utilise deux personnages pour lever le voile et donner un maximum d’information pour être bien compris en expliquant les missions, la convention d’honoraires, les tarifs, etc… pour permettre une plus grande bienveillance, créer de la confiance et décourager certains comportements de défiance ou de mauvais payeurs…

Legal Design

La série d’e-book avec des personnages

Legal Design

On a recours à l’empathie pour faciliter l’appréhension d’un sujet, la projection et la mémorisation.

Ont été créés quelques petits e-book sur un sujet. Ici, c’est le cas d’un divorce : on explique à chaque moment ce qu’il se passe. La personnification permet de ramener l’humain et d’ancrer les informations dans le réel. L’émotion est utilisée pour interpeller et ajouter un autre niveau de compréhension / lecture

Itération – Marie Potel Alexandra Sabbe-Ferri (mesindemnités.com)

Signification d’itérer

  • En latin : cheminer
  • En langage courant : action de répéter un processus
  • En Design : processus cyclique et de prototypage, de tests, d’analyse et d’affinage d’un produit pour améliorer la qualité et la fonctionnalité d’un produit ou d’un service
  • En droit = RIEN

Objectif : créer une solution que les utilisateurs voudront utiliser, acheter, recommander

  • Le produit ou le service est-il utile ?
  • Le produit ou le service est-il utilisable ?
  • Le produit ou le service a-t-il de la valeur ?

Comment

  • Prototype à développer rapidement (rappel : c’est une solution imparfaite)
  • Test grâce à une évaluation autour d’un groupe d’utilisateur pour vérifier que la solution est conforme à leurs attentes

Les deux personnages

On utilise deux personnages pour lever le voile et donner un maximum d’information pour être bien compris en expliquant les missions, la convention d’honoraires, les tarifs, etc… pour permettre une plus grande bienveillance, créer de la confiance et décourager certains comportements de défiance ou de mauvais payeurs…

On a recours à l’empathie pour faciliter l’appréhension d’un sujet, la projection et la mémorisation.

Ont été créés quelques petits e-book sur un sujet. Ici, c’est le cas d’un divorce : on explique à chaque moment ce qu’il se passe. La personnification permet de ramener l’humain et d’ancrer les informations dans le réel. L’émotion est utilisée pour interpeller et ajouter un autre niveau de compréhension / lecture

Itération – Marie Potel Alexandra Sabbe-Ferri (mesindemnités.com)

Signification d’itérer

  • En latin : cheminer
  • En langage courant : action de répéter un processus
  • En Design : processus cyclique et de prototypage, de tests, d’analyse et d’affinage d’un produit pour améliorer la qualité et la fonctionnalité d’un produit ou d’un service
  • En droit = RIEN

Objectif : créer une solution que les utilisateurs voudront utiliser, acheter, recommander

  • Le produit ou le service est-il utile ?
  • Le produit ou le service est-il utilisable ?
  • Le produit ou le service a-t-il de la valeur ?

Comment

  • Prototype à développer rapidement (rappel : c’est une solution imparfaite)
  • Test grâce à une évaluation autour d’un groupe d’utilisateur pour vérifier que la solution est conforme à leurs attentes
  • Amélioration de la proposition en rédigeant une synthèse des avis et intégrant les modifications dans le prochain prototype

Retour du beta test assez négatif

  • Aide à la saisie : bulletin de salaire témoin avec surlignage d’informations clés
  • Explications lexicales
  • Nouvelle segmentation du formulaire avec ajout de pictogramme
  • Clarification du rapport final
  • Intégration des fondements juridiques (référence légale)

Collaboration au cœur du Legal Design – Marie Potel (Agence dot)

En introduction, présentation de son retour d’expérience en tant que directeur juridique de MAC (Cosmétique, maquillage)  ayant mise en place des ateliers pour reprendre 700 CGV par marque et pays. Elle reconnaît avoir eu besoin de faire du marketing, d’avoir un sponsor, des utilisateurs clés.

Points clés

  • Discipline collaborative entre juriste et designer
  • Co créer avec les utilisateurs
  • Appropriation du résultat par les acteurs

Cas d’étude : design d’un SLA (Service Level Agreement = convention de service) pour JURO (une plateforme d’automatisation de contrats)

  • Appel à participation sur les réseaux sociaux pour solliciter les juristes et les opérationnel => 5 répondants (Biig, Kesko, Lojas Renner, Reflex Solutions, ATOS)
  • Processus :
    • réunion kick-off : objectifs, parties prenantes, KPIs
    • ateliers avec les utilisateurs : profil, parcours utilisateur, attentes et « pain points »
    • idéation et design : recherche ethnographiques, analyses des informations clés, impact maximum atteignable
    • ateliers feed-back des utilisateurs : rédaction des participants d’un prototype, itération
    • finalisation : validation par JURO
  • Parcours utilisateur du SLA

Legal Design

Analyser et sélectionner l’information

  • Identifier les étapes les plus importantes et les éléments manquants
  • Sélection des 3 meilleurs pratiques
  • Partage des solutions

Utilisation du « Magic Wand » à savoir poser la question : si vous pouviez changez ce que vous désirez sans restriction de temps, budget… que feriez-vous ?

Elaboration d’un prototype

Pour en savoir plus http://www.margarethagan.com/ & http://www.openlawlab.com/

Approche centrage utilisateurs dans la façon de délivrer un conseil juridique

Outils suggérés et gratuits : easilly, unslash


Les innovations des directions juridiques

Les Directions juridiques viennent pitcher et montrer les technologies qu’elles utilisent !

1) Présentation du prix de l’innovation en management juridique – Christophe Albert, directeur du Village de la justice.

  • Retour sur la dernière édition : http://www.journeemanagementjuridique.com/Retour-sur-le-programme-de-la-8eme
  • Quelques constats :
    • La legal tech n’est plus au coeur d’un débat d’opposition, la question ne pose plus tellement. Tout le monde s’y met.
    • La formation est un enjeu fondamental : 4 formations universitaires, création de label et de certification « open badge »
    • L’équipe juridique de de demain est en fait une équipe de juristes, développeurs, marketeux, etc. En effet, on peut pas demander aux juristes de tout faire. Le juriste développera ses compétences relationnelles (soft skills) pour inspirer confiance et être le chef de projet.

2) Retours d’expériences – Isabelle de la Gorce PWC, avocate associée M&A, et responsable de la transformation

  • On arrive pas à dégager des grandes tendances par secteur mais par taille de directions juridiques
  • Le digital est un moyen et non un fin.
  • La DJ aujourd’hui a plusieurs défis à relever : digital, KM, compliance et regulatory (sapin, RGPD)
  • Recommandations
    • Souplesse de l’outil
    • Forte connaissance de ses besoins
    • Etudier les produits et services des legals techs pour être sûr de ce qu’ils vendent
    • En interne intervention de la DSI très en amont
    • Ne pas hésiter à faire régulièrement des POC (Proof Of Concept)
  • L’aspect humain n’est pas à négliger
    • Repérer les populations : les fans, les personnes ouvertes, et surtout les personnes réfractaires qui peuvent ralentir les projets

3) Présentation de 5 chantiers digitaux EDF – Julie Amiot, chargée de mission digitale EDF

Présentation de la DJ et des juristes

  • 180 juristes SA, 300 au sein du groupe
  • Aujourd’hui, le juriste est augmenté, certaines de ses tâches sont automatisées pour qu’il se consacre à des activités à plus forte valeur ajoutée.

Journée de réflexion de toute la DJ à l’issue de laquelle 5 projets ont été décidés

  • Le juriste virtuel [Intranet]
  • Réseau social de la DJ
  • Les formations digitales : création d’une page dédiée aux formations DJ dans le module Ecampus destinées à la fois pour les juristes et pour les opérationnels : e-learning, MOOC, entretiens filmés, vidéos PWP avec voix
  • Nouvelle identité visuelle pour communiquer de manière simple, moderne et audacieuse reposant sur 3 principes : Expertise, Innovation & Business Partner

Partage des données / gestion des connaissances : Chatbot

Pour chaque  projet : 1 pilote au sein de la DJ et 1 sponsor au sein du CODIR DJ

Pour conduire ces projets : recrutement de 45 volontaires

  • Equilibre entre les générations X (<1960) et Y (>1960)
  • Répartition Femme (60%) / Homme (40%)
  • Managers (10%) Support (5%) Assistantes (20) Juristes (65%)

Réseau social de la DJ

Intranet dédié avec des trames de contrats et des clauses partagés au sein de la filière juridique

ChatbotPrésentation du Chatbot

  • Création en 1 an
  • Développement POC avec un prestataire
  • Déploiement en test auprès d’une direction commerce (7000 utilisateurs) prochainement déploiement au sein d’EDF SA (72000 utilisateurs)
  • Initialement 200 connaissances juridiques dans une base de connaissances et actuellement 800. Travail très intense dans la base de connaissance.
  • Outil intelligent et convivial qui répond à des questions et propose des réponses juridiques trames de contrats. Les réponses du chatbot ont la même valeur qu’une réponse d’un juriste

Volonté managériale très forte pour tout la direction soit embarquée

Résultats

  • 300 utilisateurs / mois environ
  • 75% d’avis positifs
  • 800 réponses= plus de 800 questions comprises
  • Gain ½ journée de travail / mois

Pour un récapitulatif plus exhaustif des deux journées voir : Pourquoi il ne fallait pas rater le Village de la Legaltech. Le récap’ de l’édition 2018.


Crédit texte et photos : Elsa Bartolucci

Dot Legal chez Kwerk

Inauguration de l’agence Dot

La première exposition de legal design

Dans le cadre de la design week, le 13 septembre 2018 a eu lieu l’inauguration de l’agence française Dot.
A ma connaissance, il s’agit de la première agence de Legal Design en France (avec une équipe complète dédiée) bien que certaines personnes exercent déjà cette activité à titre individuel.

Dot Legal chez Kwerk

Dot Legal chez Kwerk, crédit photo @LegalTechStudio uniquement pour celle-ci

Dot Legal chez Kwerk

Dot Legal chez Kwerk

La communauté de Legal Design s’est retrouvée à cette occasion dans les locaux de Kwerk, où l’on pouvait visualiser les récentes missions de l’agence sous formes d’arbres illustrés (un arbre = une mission). Notons d’ailleurs la performance de Dot. car chacun sait qu’il n’est pas évident de représenter sous forme d’exposition une mission de conseil.

La diversité des projets

L’agence, basée à Helsinki, est composée de plusieurs personnes.

L'équipe DOT.

L’équipe Dot.

L’exposition donnait à voir toute la diversité de leurs projets.

Voilà à quoi peut servir le legal design :

  • Une procédure d’arbitrage simplifiée pour le Finnish Arbitration Institute (numérique)
  • Un contrat de partenariat numérique simplifié entre MAC Cosmetics et les influenceurs (notamment les influenceurs Instagram)
  • Une lettre annonçant le montant et les formalités de la pension de retraite d’une personne pour Varma Insurances (papier)
  • La page de confidentialité d’Estée Lauder, conforme au RGPD (numérique)
  • Un jeu de cartes qui rappelle les droits des femmes (papier)
  • Une politique de conformité (numérique)
Exposition legal design DOT

La page de confidentialité d’Estée Lauder, conforme au RGPD

Marie Potel-Saville, responsable du bureau parisien, fait le constat que les utilisateurs du droit sont les grands oubliés du marché du droit. Si un client ne comprend pas un contrat, il ne peut raisonnablement l’appliquer. Le contrat, censé protéger le client, peut être source de nombreuses incompréhensions.

Rendre le droit et les conseils juridiques accessibles, intelligibles et engageants, telle est la mission que s’est fixée l’agence Dot.

Quelques méthodes du legal design

Plusieurs propositions d’exercices permettaient de se rendre compte que le legal design n’est pas seulement un petit « crobard » sur un coin de table mais une véritable étude des besoins des utilisateurs.

Exposition legal design DOT

Parmi ces exercices, on notera : la définition d’utilisateurs types (user persona), les cartes d’empathie (toujours pour mieux comprendre les utilisateurs), le parcours de l’utilisateur et ses interactions avec la problématique qu’il doit résoudre (customer journey map), autant d’outils que l’on retrouve dans l’étude du design, ici appliqués aux interlocuteurs juridiques.

Exposition legal design DOT

Projet pension de retraite

Les futurs adeptes ?

Il aurait été intéressant de connaître la répartition par catégorie des visiteurs de l’exposition. J’ai noté pour ma part des personnes pratiquant déjà le Legal Design, des juristes s’intéressant à la matière, des personnes travaillant dans la communication des avocats. Je ne sais pas en revanche si beaucoup d’avocats étaient présents.

Je pense que le Legal Design intéressera dans un premier temps les directions juridiques de grands groupes. Elles sont habituées aux activités de brainstorming pour l’innovation, à faire appel à des facilitateurs graphiques pour les comptes rendus de réunions, à concevoir des supports de communication visuels à la fois pour la communication interne entre services et pour la communication externe envers leurs clients.

Les éditeurs s’intéressent aussi au Legal Design. Les initiatives commencent à fleurir : illustrations d’arrêts emblématiques, frises chronologiques, version simplifiées et visuelles de procédures complexes, etc…

Les avocats qui ont une clientèle de particulier ou de PME et de petites entreprises de type start-up pourraient aussi être les premiers à investir le domaine.
En revanche, les avocats des grands cabinets d’affaires me semblent encore ignorants de la matière pour la plupart d’entre eux ou réticents à vulgariser le droit. Analyse personnelle qui n’engage que moi. Vos commentaires et/ou démentis sont les bienvenus.

Exposition legal design DOT

Un jeu de cartes qui rappelle les droits des femmes


En savoir plus sur Marie Potel-Saville, voir l’interview accordée à la LJA

parue dans la LJA n° 1350, 14 mai 2018, consultée le 19 septembre 2018

Dot. : https://dot.legal/fr

Sur le site, on retrouve l’outil The design canvas pour identifier les points clés d’un projet de legal design.

 Le droit en mieux – enfin

Comment améliorer l’accès aux thèses et mémoires ?

Ci-dessous un résumé de mon intervention lors de la table ronde de la Journée Juriconnexion du 7 décembre 2017 sur les thèses et mémoires universitaires.

Le témoignage

Journée Juriconnexion 7/12/2017

Diverses expériences nous montrent qu’il n’est pas simple pour un avocat qui travaille dans l’urgence mais néanmoins avec une volonté d’exhaustivité de comprendre la difficulté d’obtention d’une thèse mentionnée dans un document.

Les thèses ne sont pas disponibles pour plusieurs raisons :

  • Elles ne sont pas publiées,
  • Elles sont publiées mais épuisées,
  • Elles sont disponibles mais uniquement sous format papier (ou pire sous format microfiche),
  • Elles ne sont pas éligibles au prêt entre bibliothèques,
  • L’auteur s’est opposé à sa communication hors consultation sur place dans l’université de sa soutenance,
  • L’auteur fait état de sa thèse sur internet (blog) mais ne répond pas aux nombreuses sollicitations de communication (communication paradoxale !)

Voici pour quelques exemples.

Les axes d’amélioration

Côté doctorant

Inciter le dépôt en OPEN ACCESS ou à la publication ou les deux avec un embargo par exemple. Le minimum serait de pouvoir disposer de la table des matières en accès libre.

Inciter l’auteur à publier un article de synthèse qui signale l’intérêt de son travail et donne envie d’en savoir plus. Dans le même ordre d’idée, il est possible d’exposer sa thèse en 180 secondes http://mt180.fr/ (vidéo) :  un très bon exercice de communication.

Inciter au dépôt via le legal design

Cette forme de communication est très virale car elle est très partagée sur les réseaux sociaux, notamment sur Twitter. Elle peut plaire aux jeunes juristes et marquer les esprits.

Voir par exemple : OA | Mais au fait, je dépose quoi ?

 

Mais au fait, je dépose quoi ? par Magalie Le Gall

Mais au fait, je dépose quoi ? par Magalie Le Gall

Un bon exemple d’incitation au dépôt. Sketchnote de Magalie Le Gall, pour Couperin.

Communication juridique

Faire de sa thèse un argument central de sa propre communication et pourquoi pas construire un blog autour de sa thèse ?

On peut alors imaginer qu’un internaute s’inscrive via un formulaire de contact pour récupérer le texte intégral de la thèse comme nous avons coutume de le faire pour les livres blancs.

Côté juriste / Stagiaire / avocat

Il est du devoir des documentalistes, bibliothécaires de former les jeunes juristes sur ce type de source.

Parmi les axes de formation, on notera :

  • Leur apprendre l’existence des bases de recherches (Sudoc, Theses.fr, TEL)
  • Faire le distinguo entre publié, non publié, épuisé, disponible
  • Faire comprendre que « commander dans l’urgence », n’est pas une solution possible pour ce genre de document
  • Ce qui n’existe pas en version numérique peut exister en papier (et vice versa)
  • Leur apprendre les réflexes de recherche du papier : localisation, emprunt
  • Leur faire utiliser les réseaux : LinkedIn, internet pour entrer en contact avec l’auteur

Côté documentaliste / bibliothécaire

L’entraide entre personnels des bibliothèques, documentalistes, public / privé existe déjà. C’est un atout dans les recherches complexes. La journée Juriconnexion qui réunissait un grand nombre d’acteurs des secteurs publics et privés favorisera sans aucun doute de nouvelles collaborations.

Instaurer un prêt entre centre de documentation et bibliothèques universitaire ?

La disparition du service de copies de documents de la bibliothèque CUJAS en juin 2017 pose des problèmes d’accès (rapide) à l’information. Il était bien pratique d’obtenir par ce biais une photocopie du sommaire ou d’un extrait de thèse épuisée par exemple. Le retour d’un  service identique, même freelance, serait apprécié.

Côté éditeur

La réimpression de thèses majeures est une bonne chose.
Ainsi, cette année, j’ai pu commander la thèse Principes d’une réalisation méthodique du droit privé d’Henri Motulsky datée de 1947. Elle a été publiée une première fois en 1948 chez Sirey, puis à nouveau en 1991 chez Dalloz, puis à nouveau en 2002 chez Dalloz.

Elle est toujours disponible à la commande chez notre libraire habituel.

Cette remarque vaut aussi pour les traités de droit épuisés !

L’impression à la demande pourrait aussi apporter plus de souplesse dans la gestion des fonds documentaires de thèses.


Ressources numériques à rappeler

Faire sa thèse

Blog Precisement.org (Emmanuel Barthe)

http://www.precisement.org/blog/Faire-sa-these-ouvrages-et-sites-utiles.html

http://www.precisement.org/blog/Faire-sa-these-de-droit-methodologie-et-conseils.html

Rechercher une thèse sur internet

Méthodologie de recherche

Fiche pédagogique Jurisguide Thèses et travaux universitaires (Bibliothèque Cujas) http://jurisguide-cuj.univ-paris1.fr/fiches-pedagogiques/theses-et-travaux-universitaires-A-panorama/

Blog Precisement.org (Emmanuel Barthe)

http://www.precisement.org/blog/Theses-et-memoires-en-droit-disponibles-sur-Internet.html

Sur Sérendipidoc

https://www.serendipidoc.fr/rechercher-these-droit-dapres-references/

Rechercher une thèse par matière

Blog Precisement.org (Emmanuel Barthe)

http://www.precisement.org/blog/Les-meilleures-theses-de-droit-disponibles-en-open-access.html


Crédit illustrations : FXM, Magalie Le Gall (sketchnote), CGU

Atelier Visual Mapping, oct. 2017

Retour sur ma formation Visual mapping

Atelier Visual Mapping, oct. 2017

Les 30 et 31 octobre 2017 j’ai suivi une formation de deux jours sur le visual mapping (on parle aussi de pensée visuelle). Ce type de formation est encore assez peu connu il me semble alors qu’elle présente un intérêt à la fois à titre personnel mais aussi pour toutes les professions.

La formation aborde plusieurs techniques de pensée visuelle comme le webbing, le mind mapping, le sketchnoting, le storytelling visuel, le graphic jam, la carte d’empathie, les canevas visuels ou posters métaphore. « Ces techniques dites de pensée visuelle permettent de représenter les idées abstraites, de développer sa créativité et d’améliorer la communication entre des interlocuteurs venant d’univers différents, sans passer par les détours de l’écrit, des concepts ou du jargon professionnel » (Magalie Le Gall, La pensée visuelle, I2D, 2017, n° 1, pp. 44-45).

Dans tous les cas cette formation répond aux besoins croissants de synthèse et de simplicité de l’information.

Une sorte de remède contre l’infobésité où le visuel sert à créer une vision d’ensemble de l’information et favorise une meilleure assimilation.

Atelier Visual Mapping, oct. 2017

La difficulté tient sans doute que la plupart d’entre nous ont une vision linéaire de l’information (du fait de notre apprentissage) alors que l’ère digitale nous conduit de plus en plus vers une navigation non linéaire.

Les ateliers sont riches d’échanges entre participants, d’exercices individuels et collectifs. Le formateur propose un large panel de méthodes complémentaires constamment mis à jour. Pour chaque méthode des sources papier et électroniques sont recommandées. Philippe Boukobza dispense également ses formations directement en entreprise.

Mon groupe incluait plusieurs bibliothécaires du secteur public, des psychologues, coachs, formateurs, informaticiens tournés vers la transition digitale, des responsables communication.
Je tiens à préciser qu’à aucun moment il n’a été question de legaldesign (pensée visuelle dans le milieu juridique) puisqu’il s’agissait d’une formation pour tous secteurs d’activité. Chacun trouvera par la suite comment adapter les connaissances acquises à son domaine d’intervention.

Ci-dessous quelques applications que j’ai pu envisager pour le milieu juridique

Pour les avocats, les juristes, notaires

  • Préparation d’un dossier, d’une plaidoirie
  • Négociation, prise de décision
  • Préparation d’un rendez-vous client
  • Restitution à un client dans le cas d’un dossier complexe (sous réserve de s’assurer de son ouverture d’esprit)
  • Comptes rendus de conférence, de séminaire, de formation
  • Enseignement du droit

Voir notamment le modèle de sketchnote d’audience par David Sparks dans l’ouvrage de Mike Rohde : Le guide avancé du sketchnote, Eyrolles, 2017.

Le guide avancé du sketchnote de Mike Rohde, Eyrolles, 2017

Pour les documentalistes

  • Comptes rendus de réunion
  • Présentation de consignes, de process, pour une meilleure interaction avec les utilisateurs
    Exemples de documents que l’on pourrait modifier selon ces techniques : livret d’accueil, modes d’emploi de bases de données juridiques, consignes affichées en bibliothèque, signalétique, plan de classement, supports de formation.
  • Choix entre plusieurs produits, négociation
  • Gestion de projets et d’équipe
  • Cahier des charges pour base de données documentaire

Story board autour de la publication d’un ouvrage

Pour les communicants

  • Préparation d’une interview, d’un pitch
  • Mise en place d’une stratégie de communication
  • Création ou refonte d’un site internet, cahier des charges
Carnet de sketchnotes de Philippe Boukobza

Carnet de sketchnotes de Philippe Boukobza

Pour soi

  • Développement personnel
  • Gestion de projets
  • Evolution de carrière
  • Créativité
  • Efficacité personnelle
  • Organisation d’un hobby lié à la gestion de l’information : écriture, blogging, généalogie, lecture, carnets de voyage…

Attention la formation commentée dans cet article n’est pas artistique.

Le formateur

Philippe Boukobza est co-auteur de deux ouvrages sur le sketchnoting notamment Travailler avec le sketchnoting, comment gagner en efficacité et en sérénité grâce à la pensée visuelle (Eyrolles, 2017). Il partage ses découvertes sur les blogs heuristiquement.com et visual-mapping.fr

En savoir plus sur les ateliers : https://visual-mapping.fr/les-ateliers/

Atelier Visual Mapping, oct. 2017

Voir aussi l’article de Magali Le Gall. C’est grâce à Magalie Le Gall que j’ai connu cette formation. Je la remercie.

Le Gall, Magalie. « La pensée visuelle », I2D – Information, données & documents, vol. volume 54, no. 1, 2017, pp. 44-45.

https://www.cairn.info/revue-i2d-information-donnees-et-documents-2017-1-page-44.htm

Pensée visuelle par Magalie Le Gall

Pensée visuelle par Magalie Le Gall

Boite à livres, Bastia

Illustrer le droit

Boite à livres, Bastia

 

Mon travail de blogueuse et son inévitable recherche d’illustrations m’amène souvent à me poser la question du rôle de l’image dans les blogs.

Lorsqu’il s’agit d’un blog personnel, c’est assez simple, surtout lorsque le sujet est photogénique par nature (mode, décoration, beauté, tourisme, cuisine, etc), en revanche, lorsqu’il s’agit d’un blog professionnel, et tout particulièrement un blog juridique, la question se corse !

En effet, il n’est pas simple d’exprimer en image des concepts intellectuels, des pratiques professionnelles, des concepts juridiques, la nature d’une profession. Il en est de même pour la communication des professions juridiques. La tentation est grande d’aller vers des représentations classiques pour ne pas dire galvaudées du droit. Aller contre les conventions, dans un milieu qui reste conservateur, n’est pas si fréquent.

Les photos

Boite à livres, Bastia

Ci-dessous quelques exemples de sites juridiques dont la démarche me semble innovante. Qu’en pensez-vous ?

1.Premier exemple

Des images de type magazine, un sujet de niche qui se prête bien à l’illustration qui peut parfois être légèrement provocante.
Exemple très réussi de blog juridique de niche Droit du luxe et de la mode : https://luxuryandlaw.com/

2. Deuxième exemple

Un cabinet d’avocats (August Debouzy) qui communique en vidéo sur sa nouvelle charte graphique c’est rare.

Lien vers deux vidéos de présentation du cabinet et du nouveau logo :

Des colors blocks, des photos de paysages inhabituelles (arides et désertiques). Lien vers le site : http://www.august-debouzy.com/

3. Troisième exemple

Un autre cabinet d’avocats (LpaLaw) qui utilise des images composites fortes, très contrastées, en rupture, un jeu sur les formes, des effets miroirs. Une communication ludique qui interpelle

Lien vers le site : http://www.lpalaw.com/

Lien vers le projet présenté par l’agence : http://www.curiusweb.com/projet/identite-lpa-cgr-avocats/

Ces quelques exemples soulignent l’importance de la partie artistique dans un projet web. En choisissant votre prestataire, il faudra en tenir compte.

Les photos de profils

Heureusement pour les photos de profils professionnels, Le Figaro a relevé que Le métier d’avocat est le plus photogénique sur le web !

http://www.lefigaro.fr/vie-bureau/2017/04/04/09008-20170404ARTFIG00170-le-metier-d-avocat-est-le-plus-photogenique-sur-le-web.php

Le dessin

Boite à livres, Bastia

Le dessin est encore peu utilisé. Pourquoi ?

L’image animée

Une solution déjà évoquée sur le blog dans l’article consacré à la société Vidéotelling. Là aussi, l’usage reste encore limité dans le droit.

Le legal design

Le legal design est encore balbutiant en France mais il pourrait jouer un rôle dans de plusieurs secteurs du droit, édition juridique, vulgarisation du droit mais aussi communication juridique.

Quelques acteurs français s’y intéressent de près comme http://sketchlex.com/ et http://openlaw.fr.

Les infographies

Les infographies sont très populaires sur les réseaux sociaux où elles sont beaucoup partagées. Elles sont aussi un bon vecteur de communication et d’illustration.

Elle nécessite toutefois des équipes en interne (ou en externe) afin de digérer l’information et de la traduire.

Quelques outils pour créer des infographies :

Par Clément Pellerin : https://www.pellerin-formation.com/2017/04/18/10-outils-indispensables-pour-produire-facilement-de-belles-infographies/

Par Fidel Navamuel : https://outilstice.com/2017/01/10-outils-en-ligne-pour-creer-des-infographies-facilement/

Sur ce sujet, voir le site du blogueur https://choblab.com/. Il utilise souvent des infographies pour illustrer ses billets, comme par exemple : https://choblab.com/web-design/experience-utilisateur-20-erreurs-a-eviter-12277.html, un billet inspiré du billet Worst UI design features, illustré par une infographie réalisée par l’auteur.

Les goûts et les couleurs

Boite à livres, Bastia

Les propos de ce billet et de ce blog n’engagent que moi.
Les goûts et les couleurs sont un sujet sensible dans le milieu professionnel.

Pour mon blog Sérendipidoc, j’essaye de produire mes propres visuels photographiques mais j’avoue aussi avoir recours à des images trouvées sur internet.

Bien que n’ayant aucune aptitude graphique pour l’instant, je m’intéresse depuis longtemps au legaldesign, au skechtnoting et aux outils pour produire des infographies dans l’idée un jour de pouvoir produire un jour mes propres illustrations.

Je cautionne bien évidemment le travail des graphistes professionnels que je consulte pour mes blogs car pour moi il est essentiel que le design d’un blog soit attractif. Le talent et la création doivent être rémunérés à leur juste valeur.

J’expérimente des outils et suis fascinée par l’incursion de l’intelligence artificielle dans le monde graphique : https://aiexperiments.withgoogle.com/autodraw

Je cultive mon intérêt pour le graphisme et suis ravie lorsqu’il y a interaction entre l’univers du droit et du dessin. J’ai chroniqué plusieurs ouvrages en rapport avec ce thème.

J’observe comment les autres blogs professionnels sont illustrés car même s’il n’y a pas de recette toute faite, certaines initiatives peuvent s’appliquer dans différents secteurs.

Ainsi, grâce à un échange très fructueux avec Marie-Anne Chabin, j’ai appris qu’elle avait exactement les mêmes préoccupations que moi concernant l’illustration de ses blogs et de ses billets sur LinkedIn. Je précise qu’elle administre 3 blogs, tous en rapport avec la gestion de l’information.

Elle m’a cité l’exemple du concept numérique qui était régulièrement illustré par des piles de papier, une drôle d’aberration !

Elle se constitue de son côté plusieurs bases de données dont une base de photos (qui contient par exemple des photos de vacances) où elle pioche pour illustrer ses billets.

Elle recommande d’OSER aller vers des illustrations qui n’ont pas un rapport direct avec le sujet mais qui interpellent ou qui font sens. Il faut oser sortir du cadre !

Boite à livres, Bastia

J’ai donc osé à mon tour en choisissant pour illustrer cet article d’utiliser des photos qui n’ont pas vraiment de rapport avec le sujet de l’article mais qui ont tout de même un rapport avec ma ligne éditoriale et avec mes origines. Il s’agit de photographies de boites à livres toutes situées dans le centre ville de Bastia, sur le port, Place St Nicolas, à la Citadelle.

Et vous, quelles sont vos astuces pour illustrer vos blogs/sites professionnels ?

A lire sur le même sujet :

Quelle iconographie pour mon article de blog ? Par Amandine Barreau, 3 mai 2017. [Consulté le 4 août 2017]

SketchLex : droit user-friendly

Atelier dédié à l’infographie juridique du 10 mai 2017

Compte-rendu de l’atelier dédié à l’infographie juridique,
le 10 mai 2017 au siège de l’ACE à Paris (8e)
par Elsa Bartolucci

Malheureusement j’étais absente pour l’atelier infographie juridique du 10 mai 2017 mais grâce à ma consœur documentaliste Elsa Bartolucci, j’ai obtenu un compte-rendu très détaillé et très pratique.
Son rapport reprend de nombreux conseils évoqués pendant l’atelier et cite de nombreuses sources que vous pourrez consulter si vous souhaitez approfondir certains points.
Je l’ai complété par quelques définitions issues de Wikipédia sur des termes techniques car le monde de l’infographie a son propre jargon pas toujours connu des néophytes.
Il ne reste plus qu’à vous lancer !

Intervenants

Résumé

Après une présentation théorique des principes, ressources et outils, s’ouvre une partie pratique avec une initiation à la création de schémas, de diagrammes et d’infographies juridiques.

L’enjeu est de véhiculer de l’information juridique, par nature complexe, tout en répondant à un  besoin de simplicité.

Pour ce faire, 7 étapes sont nécessaires (les 4 premières sont bien maîtrisées par les professions juridiques)

Atelier du 10/05/2017 sur l'infographie juridique

Droit user-friendly

  1. Déchiffrer
  2. Synthétiser
  3. Structurer
  4. Mise en page
  5. Utilisation de langage clair
  6. Utilisation service design
  7. Visualisation

Recommandations sur l’utilisation du langage clair (par Sophie Lapisardi)

Le traitement de l’information par le cerveau grâce à la vue, s’opère

  • 10% par l’écoute / 20% par la lecture / 70% par la vue
  • 50% du cerveau est géré par la vue
  • 0,01 seconde : durée nécessaire au cerveau pour traiter une scène visuelle

Intérêt de l’utilisation de l’infographie juridique

  • Diminuer l’overdose visuelle
  • Donner envie de lire
  • Rendre l’information accessible

Inconvénients de l’utilisation de l’infographie juridique

  • Contrainte de temps pour réaliser les illustrations
  • Crainte de ne pas être pris au sérieux par son client (responsabilité de l’avocat)
  • Manque de précision : tout ne peut être dit par un dessin

Grammaire visuelle : méthode de visualisation avec les questions

 

On entend Combien ?

 

Atelier du 10/05/2017 sur l'infographie juridique

Combien ?

Chiffres
Nombres
Statistiques
Proportions

On dessine

Secteurs
Histogrammes
Echelles
Graphes

On entend Où ?

 

Atelier du 10/05/2017 sur l'infographie juridique

Ou ?

Listes
Énumérations
Inventaires

On dessine

Carte
Mindmap : https://fr.wikipedia.org/wiki/Carte_heuristique
Graphes de Venn : https://fr.wikipedia.org/wiki/Diagramme_de_Venn
Vue en éclaté

On entend Quand ?

 

Atelier du 10/05/2017 sur l'infographie juridique

Quand ?

Historique
Evénements
Chronologie

On dessine

Timeline
Diagramme de Gantt : https://fr.wikipedia.org/wiki/Diagramme_de_Gantt
Cycle de vie
Swimlane : https://en.wikipedia.org/wiki/Swim_lane

On entend Comment ?

 

Atelier du 10/05/2017 sur l'infographie juridique

Comment ?

Étapes
Démarches
Procédures

On dessine

Logigrammes
Arbre décisionnel
Ishikawa / Fishbone : https://fr.wikipedia.org/wiki/Diagramme_de_causes_et_effets

On entend Pourquoi ?

 

Atelier du 10/05/2017 sur l'infographie juridique

Pourquoi ?

Explications
Multitude faits

On dessine

Graphes multivariables
Mélanges de graphes

Bibliographie et sites recommandés

Recommandations

  • Mettre en place une alerte Google “infographie juridique”
  • Au préalable, choisir le format
  • Au préalable, définir la charte graphique
  • Utiliser les grilles et quadrillages pour l’alignement (ce qui représente 50% du travail) => sur Power Point utiliser la fonction organiser > Aligner / Distribuer / Center
  • Ne pas utiliser les templates par défaut (Power Point, police de caractère)
  • Choisir des polices sur Google fonts https://fonts.google.com/ et jouer beaucoup sur les niveaux de graisse des polices
  • Ne pas utiliser la couleur noire
  • Utiliser des couleurs personnalisées https://color.adobe.com/fr/create/color-wheel/
  • Ajouter sous l’illustration un disclamer du type “illustration à des fins pédagogiques, ne peut être interprétée seule, sans consultation juridique”

A vous de jouer !

Crédit slides : SketchLex

 

La tendance est à la synthèse

Suite à l’AG de l’association Juriconnexion du 28 mars 2017 où Sandrine Esclangon a identifié une tendance à la synthèse chez les éditeurs juridiques, voici un retour d’expérience sur trois éditeurs qui proposent de l’information avec ce type de format.

Pour les besoins de l’article, j’ai choisi de rechercher une synthèse sur l’action de groupe.

Synthèses JurisClasseur dans Lexis360

Elles sont réservées aux abonnés du portail Lexis360.

Organisées par grand champ de droit, elles résument l’état du droit sur une matière. Elles permettent d’avoir une première approche d’une matière moins connue ou de faire un point rapide sur l’actualité.

C’est aussi une table d’orientation vers les encyclopédies JurisClasseur avec des liens directs vers les fascicules de commentaires qui vous permettent d’approfondir un point particulier.

Le moteur de recherche ratissant particulièrement large, passer par les contenus pratiques (fiches de synthèses et fiches pratiques) est parfois la seule solution pour accéder à l’information sans se noyer dans trop d’informations.

Nombre : 662 synthèses au 28/03/2017, 1292 fiches pratiques au 28/03/2017

Contenu Fiche pratique : éléments clés, textes, références bibliographiques pas uniquement dans le fonds documentaire Lexis, informations préalables, inventaire des solutions et éléments de décision, mise en œuvre, outils (check-list)

Contenu Synthèse : fiche de synthèse, textes, bibliographie pas uniquement dans le fonds documentaire Lexis, orientation (= points clés permettant de s’orienter à la fois dans la synthèse et dans les fascicules du juris-classeurs), actualité

Exemple choisi Action de groupe : Synthèse Institutions et litiges de consommation, 25 pages, mais le sujet est plus vaste que le mon exemple choisi. La partie sur l’action de groupe occupe environ 4 pages

Fiche pratique : Intenter une action de groupe, 11 pages

Avantages : date de fraîcheur et auteurs bien mis en valeur dès le début des fiches, sources bibliographiques variées y compris en dehors du fonds documentaire Lexis, la porte d’entrée du vaste fonds documentaire Lexis.

Inconvénients : pas vraiment synthétique sauf si l’on consulte en premier l’orientation qui est en fait la synthèse de la synthèse !

Fiches d’orientation Dalloz

Nombre : plus de 1200 fiches présentant les principales notions juridiques.
Elles sont disponibles depuis la fin de l’année 2016 sur le site open Dalloz. L’éditeur s’est fait remarquer en livrant en open access du contenu juridique de qualité (codes officiels non annotés, jurisprudence et fiches d’orientation).

http://www.open-dalloz.fr/

Contenu : Définition, références juridiques indispensables, actualité, fiche de synthèse, références bibliographiques dans le fonds documentaire Dalloz

Exemple choisi Action de groupe : Action de groupe (Droit de la consommation), 4 pages, mission bien remplie par Dalloz avec une fiche à la fois synthétique et gratuite !

Avantages : gratuit sur open-dalloz.fr ; également accessibles aux abonnés des sites dalloz.fr et dalloz-avocats

Inconvénients : la fiche n’est pas attribuée à un auteur, les références bibliographiques sont limitées à l’éditeur Dalloz.

Infographies Lexbase

L’éditeur Lexbase s’est distingué en étant le premier éditeur à proposer des infographies juridiques.

Nombre : 158 au 28/03/2017

Toute l’information tient sur une page avec une partie rédigée et une partie sous forme de tableau fléché de procédure.

Contenu : objectif, conditions, domaine, procédure

Exemple choisi Action de groupe : Régime spécifique de l’action de groupe en matière de consommation, 1 page

Avantages : outil pédagogique clarifié à l’extrême, contenu à la présentation innovante amené à devenir de plus en plus populaire auprès des utilisateurs, déjà très populaire sur les réseaux sociaux

Inconvénients : pas de possibilité d’approfondir le sujet dans les sources Lexbase ou sources externes, fiche non datée et sans auteur, legaldesign assez pauvre dans le cadre l’exemple choisi mais cela dépend peut-être du sujet ?

Conclusion

Le format synthèse peut être utile pour aborder une matière que l’on maîtrise mal, comme outil d’orientation pour accéder à un fonds documentaire plus dense, pour les étudiants et stagiaires dans le cadre de leurs études, pour le grand public, pour les journalistes.

Chez les éditeurs juridiques c’est aussi un outil marketing dans la mesure où les synthèses sont une sorte de produit d’appel pour mieux faire connaître la marque. Ceci est tout particulièrement vrai chez Dalloz qui propose ses fiches d’orientation gratuitement.

L’aspect synthétique et pratique est séduisant surtout pour le grand public et les étudiants, sans doute un peu moins pour les professionnels du droit.

Le legaldesign pourrait jouer à l’avenir un rôle encore plus important pour clarifier les procédures et aider à synthétiser les idées.

Blog Mère et Fille 2.0

Interview de Sandrine Delage

Dans la famille Mère et fille 2.0, j’ai obtenu une interview de la maman, Sandrine Delage, grâce à qui j’ai appris des choses passionnantes sur la transmission digitale, sur la technique du sketchnote et sur les « slashers » qui ont une vie dense qu’ils peuvent organiser grâce au Passion Planner !

Peux-tu te présenter ?

Sandrine DelageJe suis engagée dans la transmission du digital à son voisin … de domicile ou de bureau. J’ai découvert la puissance et la facilité de ce monde digital il y 4 ans maintenant grâce à ma fille de 18 ans et à mes collègues Génération Y (20 à 30 ans).

On peut parler véritablement de révolution de la société. La simple fonctionnalité de contribuer et de donner son feed-back sur les réseaux sociaux (Web 2.0)  a changé à tout jamais nos usages au quotidien. Même si vous n’êtes pas vous-même utilisateur des réseaux sociaux, vous recommandez des hôtels, contribuez financièrement à des projets directement sur des plateformes, échangez votre appartement, pratiquez le co-voiturage … La valeur de la propriété s’atténue au profit de l’échange; en faisant confiance à de parfaits inconnus. Le digital devient donc une compétence qu’il faut maîtriser, comme lire et écrire, au risque de devenir un handicap dans son métier et son quotidien.

J’ai eu envie de rendre ce qui m’a été transmis par la jeune génération et je suis devenue un « slasher », au sens où je cumule plusieurs activités autour de la transmission digitale dans ma vie professionnelle et personnelle (http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-91256-slashers-et-autres-mutants-sociaux-1003238.php)

Pour répondre à la question, je suis Sandrine Delage qui a une activité professionnelle « classique » de projets digitaux tout en développant une communauté de collaborateurs digitaux engagés comme moi sur la transmission digitale @EnjoyDigitAll. Et le soir, je suis blogueuse avec ma fille pour transmettre nos regards croisés sur le digital Mère et Fille 2.0 (www.digitaltruelife.com). L’idée est de démystifier le digital pour que chacun s’autorise à se lancer.

Qui sont tes lecteurs ?

La communauté digitale engagée aussi dans l’accompagnement de la transmission mais aussi des personnes d’autres horizons, curieuses du sujet. Et puis ma mère de 70 ans qui est mon baromètre pour savoir si on atteint l’objectif : simplifier et faire comprendre.

Blog Mère et Fille 2.0
Est-ce que la technique du sketchnote s’apprend ? Est-ce que tout le monde peut en faire ?

C’est une collègue et amie qui me la fait découvrir @cibi1974. Elle avait cette passion et à réussi à inscrire une formation pilote de 3 jours dans mon entreprise, que j’ai suivie.

Mais le fond du sujet est toujours le même : s’autoriser à …

J’aimais dessiner jeune mais je n’ai jamais pris de cours de dessin. Il a suffit d’une rencontre et d’un peu de confiance grâce à la formation pour me lancer. Tout le monde peut le faire car ce n’est pas du dessin en fait. Il s’agit de représenter visuellement des idées.

Grâce au bog, je suis autodidacte sur tout et je m’autorise à expérimenter. C’est ce que j’ai fait et cela a marché. Le côté « dessiné » montre l’humain, génère une proximité qui touche le lecteur. Et le contenu a beaucoup plus d’impact.

Pour commencer, je conseille YouTube, mon espace d’apprentissage favori et Pinterest pour observer et s’inspirer. J’ai commencé sur des feuilles de papier que je scannais pour publier sur mon blog; puis j’ai acheté une tablette graphique (Wacom, 100 euros environ). J’ai testé le stylet en créant directement un format digital. J’ai amélioré au fur et à mesure et trouvé mon style peu à peu. Je n’ai jamais suivi de cours sur les outils type Photoshop et j’ai tout appris sur Youtube. Je ne suis pas super efficace mais j’aime bien ce temps de Test/Learn derrière mon écran, sans mails, coup de fils et interruptions continues !

Sandrine Delage
Peux-tu m’en dire plus ?
Je trouve ton article précédent très complet. Un compte à suivre que j’aime beaucoup est https://twitter.com/ElyxYak. Elyx est un petit personnage dessiné, ambassadeur de l’ONU. Son papa Yacine AIT KACI, un vrai dessinateur, l’a imaginé le plus simple possible.
L’idée est de tracer l’essentiel et c’est qui donne à son personnage l’universalité. Je conseille de le suivre sur Instagram également car il a créé une véritable communauté où il valorise ceux qui dessinent « leur » Elyx dans leur vie quotidienne. Et c’est international car le dessin est compréhensible par tous, bien sûr !
Passion Planner

Passion Planner, mind map

Peux-tu me parler de ton agenda Passion Planner ?

Je suis toujours à l’affut des passionnés, des idées, des nouveautés … et qui en plus me facilitent la vie.

Passion Planner a été imaginé par Angelia Trinidad, une jeune créatrice américaine de 20 ans : http://www.madmoizelle.com/passion-planner-351205

C’est un agenda qui réconcilie le suivi des objectifs et actions perso/pro et quotidien/long terme. J’aime bien le côté « coach » aussi : une citation positive par jour, des espaces de recul sur ce que l’on a réussi …

C’est vraiment le compagnon quotidien idéal pour tout ceux qui entreprenent et qui ont plusieurs vies !  Je le recommande !

http://www.passionplanner.com

Ma seule remarque évidemment : un sketch par semaine ou par mois rendrait l’agenda encore plus intéressant …

Mère et Fille 2.0 : www.digitaltruelife.com

Twitter @SANDDELA 

Crédit images : Mère et Fille 2.0 sauf pour Passion Planner

Sketchnotes bu Tracey Levasseur

Sketchnote, dessinez vos idées

C’est le tutoriel Devenir Curateur de Mère et Fille 2.0 qui m’a amené à m’intéresser à la technique du sketchnote.

Devenir Curateur par Mère et Fille 2.0

Devenir Curateur par Mère et Fille 2.0

Dans les différents tutoriels du site web Mère et Fille (Maîtriser son identité numérique LinkedIn, Twitter), on trouve non seulement une définition exacte des outils abordés mais aussi une représentation visuelle permettant une vulgarisation ludique de concepts parfois inconnus en dehors de nos sphères professionnelles.

Si à l’inverse de Mère et Fille 2.0, votre maman n’est pas une twittos acharnée, c’est peut-être l’occasion de lui expliquer l’importance de Twitter dans votre processus de veille !

Le « Sketchnote » ou « Croquinote » en français, consiste aussi à traduire en pensée visuelle des concepts, processus, idées, conversations, mais individuellement et comme technique de prise de note.

Définition extraite du site : http://www.heuristiquement.com/2012/12/sketchnote-ou-croquinote-une-technique.html

J’ai déjà abordé le sujet du legal design (infographie juridique) dans un précédent article. Le sketchnoting part du même principe :

un long dessin vaut mieux qu’un grand discours !

Cette technique a différentes applications dans le milieu professionnel : brainstorming (technique complémentaire du mind-mapping), formation et tutoriel (comme dans l’exemple choisi), compte-rendu de réunion (à réserver aux sketchnoters confirmés car il n’est pas donné à tout le monde de croquer vite et bien !).

 

Sketchnotes bu Tracey Levasseur

Yes, you can ! Sketchnote by Tracey Levasseur

Je vois mal un livret d’accueil entièrement réalisé en sketchnotes mais j’imagine que l’on pourrait parfois appliquer le dessin à certaines procédures administratives de l’entreprise, par exemple comment déposer ses congés. Vous visualisez comme moi le dessin du bonhomme sous son parasol ?

Idem pour certaines parties du livret d’accueil de la bibliothèque : pour une méthode de recherche ou pour un tutoriel relatif à une base de données.

Sketchnotes by Chris Spalton

Incitation à se lancer. Sketchnote by Chris Spalton

Voir aussi sur le sujet : Sketchnote army qui semble être la plus grosse communauté internationale de cette pratique.

Et si nous lancions un challenge tutoriel sketchnote doc juridique pour 2016 ?

A vos crayons !

Mère et fille 2.0, la culture Web pour tous !

Sketchlex Miroslav Kurdov

Infographie juridique, interview de Miroslav Kurdov, auteur de SketchLex.com

Parce qu’un petit dessin vaut souvent mieux qu’un long discours, l’infographie juridique occupe une place de plus importante, notamment sur les média sociaux du fait de son attractivité et de ses atouts dans la vulgarisation du droit.

Malheureusement le milieu de l’infographie et des icônes juridiques semble encore dominé par le modèle américain qui ne reflète pas correctement les attributs du droit français.

A titre d’exemple, et pour reprendre les mots de Miroslav :

Le marteau n’est pas du tout un accessoire utilisé par les juges en France alors que la majorité d’entre nous comprend la métaphore du fait de la dominance des séries et films américains qui mettent très souvent en scène la justice américaine. Chez nous, le marteau se retrouve chez les commissaires-priseurs qui en utilisent un avec un manche très long.

Sketchlex Miroslav Kurdov

Sketchlex Miroslav Kurdov

En tant que webmaster de sites juridiques, le problème de manque de choix d’illustrations libres, représentant le système juridique français est particulièrement flagrant.

Ce pourquoi, il convient d’encourager la création « made in France ».

A ce titre, j’ai tenté d’en savoir plus sur Miroslav Kurdov qui est un des représentants français du Legal Information Design Network et son co-fondateur. Miroslav travaille à la fois sur des infographies juridiques et sur des icônes juridiques.

Quelle est votre formation ? Quel poste occupez-vous ?

Je suis diplômé du CEIPI (Master 2 Droit de la Propriété Intellectuelle) et du Mastrer Msi (Droit du Multimédia et des Systèmes d’Information) de l’Université de Strasbourg. J’ai une expérience de 4 ans comme juriste spécialisé en droit des marques et des noms de domaine dans un Cabinet de conseils en propriété industrielle.

Actuellement, je suis « jurigraphiste », un néologisme qui me permet de me définir comme étant à mi-chemin entre un graphiste et un juriste. Côté graphisme, je suis autodidacte.

Actuellement, j’exerce en freelance.

Comment êtes-vous venu à l’iconographie / l’infographie juridiques ?

Tout a commencé à l’occasion d’ateliers ou de conférences que j’ai eu l’occasion d’animer dans la cadre de mon ancien job de juriste. Parler de noms de domaine et de marques peut facilement causer un « Death by Powerpoint » et je cherchais donc des méthodes pour expliquer simplement des concepts juridiques et des procédures complexes.

J’ai commencé par me documenter et j’ai acheté un paquet d’ouvrages sur le sujet dont trois livres qui m’ont marqué plus particulièrement : « Slide:ology »  de Nancy Duarte, « Presentation Zen » et « Presentation Zen : Design » de Garr Raynolds.

La visualisation de l’information a commencé à m’intéresser de plus en plus et j’ai démarré mon blog www.SketchLex.com fin 2011 pour poster mes premières tentatives d’infographies.

Ceci m’a permis de tester et d’approfondir le concept, mais surtout de faire de nouvelles connaissances très enrichissantes. J’ai été très heureux de remporter le prix de l’ADIJ de jeune cyberjuriste en 2012. Courant 2013, j’ai eu mes premières commandes.

Fin 2013, le moment était propice de me consacrer entièrement aux infographies en créant SketchLex Pro et en quittant mon job de juriste.

Avec quels outils travaillez-vous ?

Côté matériel, je mords la pomme et donc certains de mes outils sont disponibles uniquement sur Mac. C’est notamment le cas pour Keynote, c’est l’outil qui donne (enfin) envie de faire des présentations !

Pour la prise de notes et l’organisation de l’information en amont de la création d’une infographie, je me sers d’OmniOutliner et pour les diagrammes et les schémas, j’utilise essentiellement OmniGraffle Pro.

Pour la création de pictogrammes et les infographies, j’utilise Adobe Illustrator.

Enfin, je reste très attaché au papier et au crayon, un passage obligé pour esquisser les schémas et les pictogrammes avant de passer à l’ordinateur. Cela permet également de se reposer les yeux de l’écran, un vrai luxe de nos jours !

Quelles sont vos sources d’inspiration ?

Les panneaux de la route ! Depuis tout petit, je suis fasciné par les panneaux de la route et les pictogrammes que l’on retrouve un peu partout autour de nous.

De manière générale, j’aime le design aplati et sans ornements, de préférence monochrome ou avec une seule couleur de contraste.

Je dois mentionner impérativement The Noun Project qui est la plus grande encyclopédie de pictogrammes au monde et qui permet non seulement de s’inspirer, mais de réutiliser des pictogrammes d’excellente qualité.

Est-ce compliqué de traduire le droit français en images ?

La difficulté dépendra du domaine du droit visé. Par exemple, les concepts juridiques seront toujours difficiles à représenter en image à la différence de certaines règles ou actions concrètes.

Un bon exemple hors le domaine du droit est le signe « Danger biologique » et « Escalier mécanique ». La signification du premier ne pourra pas être devinée et sa compréhension exige un apprentissage spécifique et préalable. Il va de même pour les plans des circuits électriques ou d’un plan topographique.

Sketchlex Miroslav Kurdov

Sketchlex Miroslav Kurdov

Dans le domaine juridique, le concept de « bon père de famille » serait quasi impossible à transcrire en images. D’autres concepts difficiles sont la notion de dignité humaine, de discrimination ou encore la cause du contrat.

En revanche, en s’attachant à des actions concrètes, on peut représenter la signature d’un contrat ou sa rupture.

Sketchlex Miroslav Kurdov

Sketchlex Miroslav Kurdov

Vous remarquerez que le pictogramme « rupture d’un contrat » est totalement faux de point de vue juridique. Le plus souvent, la rupture d’un contrat est réalisée par l’envoi d’une lettre recommandée, donc déchirer le contrat est inopérant. Cela étant précisé, la métaphore est plus compréhensible par le grand public !

Travaillez-vous sur commande ? (édition juridique, presse, webdesign ?)

Pour l’instant, je travaille sur commande.

Je profite de l’occasion pour annoncer que je suis à la recherche d’un associé ou d’un partenaire.

Quel est l’objectif de Legal Information Design Network http://www.lidnetwork.org/ ?

On a lancé le LIDN à l’initiative d’Olivia ZARCATE – son Tumblr est à voir absolument http://oz-imagidroit.tumblr.com/ – dans le but de réunir, au sein d’un réseau international, toutes les personnes qui travaillent dans le domaine du design de l’information juridique au sens large. Outre la visualisation, le design de l’information englobe la simplification du langage juridique (plain language) ou encore la création d’outils ou de services facilitant la création et l’exécution d’actes juridiques, par exemple il peut s’agir d’un générateur de contrats ou d’une plateforme en ligne qui gère les relations entre les parties en cours l’exécution d’un contrat.

Les membres ont des profils très variés : il y a des avocats et des juristes, mais également des professeurs, des chercheurs et bien sûr des designers.

Concernant l’origine géographique, les membres de LIDN (http://www.lidnetwork.org/members/) sont originaires de l’Angleterre, des Etats-Unis, de l’Italie, de la Pologne, de la Suède, de la Suisse, du Pays-Bas, de la France et de la Bulgarie puisque je suis d’origine bulgare.

Quels sont vos projets dans ce domaine ?

Dans un premier temps, l’objectif est de répertorier toutes les personnes intervenant dans le domaine du design de l’information juridique, ceci dans le but de nous connaître et d’échanger. On voudrait organiser une rencontre internationale ou encore lancer des concours autour d’un thème donné.

Un petit dessin exclusif pour Sérendipidoc ?

Avec plaisir !

Sketchlex Miroslav Kurdov

Sketchlex Miroslav Kurdov

En savoir plus sur l’interviewé :

Site web www.SketchLex.pro | Blog www.SketchLex.com | Twitter @SketchLex
Inscription à la newsletter http://sktch.es/1nebg53

Mise à jour de l’article, suite à sa mise en ligne (12 février 2015)

Pitch d’Olivia ZARCATE, Imagidroit : Transformer le jargon juridique en schémas synthétiques : http://t.co/6vJcr0Nu0q.
Comment allier le droit, le design et la pensée visuelle pour rendre le droit plus compréhensible. Intervention filmée de 6:52 minutes avec une très intéressante mise en perspective de contenus textuels et de leurs représentations visuelles. Conseil National du Numérique (CNNum), 9 janvier 2015, journée contributive, 9 janvier 2015.

Visuals make contracts more understandable by Cheryl Stephens (signalé en février 2015 par Olivia Zarcate sur Linkedin)
https://www.linkedin.com/pulse/visuals-make-contracts-more-understandable-cheryl-stephens

Making the meaning of contracts visible, automating contract visualization by Stefania Passera, Helena Haapio and Michael Curtotti, IRIS 2014 Conference, 20th February 2014, Salzburg

« One of these choices concerns creating plain language and visual contracts in modules that can be automated. You can see some examples of visual elements here in a report on automation: » http://www.mindspace.fi/wp-content/uploads/2014/02/IRIS_passera_haapio_curtotti.pdf