Tenir un blog professionnel

A la fin de l’année 2017, il m’est venu l’idée d’écrire un article qui fasse le point sur les quatre années d’existence du blog et sur ses coulisses.

L’aventure du blog professionnel est une aventure chronophage mais très enrichissante.

Produire du contenu régulier et pertinent n’est pas toujours facile surtout lorsque l’on est seul maître à bord. L’écriture reste une affaire très personnelle. Vous avez beau essayer de convaincre certains lecteurs de témoigner de leur expertise, très peu osent le faire.

Le contributeur occasionnel serait comme saisi par le vertige de la page blanche alors que le blogueur régulier est comme saisi par le vertige de l’écriture : plus on écrit, plus on a envie d’écrire et d’être lu, c’est un fait.

Pour ne pas subir moi-même la hantise de la page blanche, j’écris donc le plus régulièrement possible, assez souvent dans les transports ou sur des temps morts.

Mon inspiration vient de ma veille métier sur les réseaux sociaux (Twitter et LinkedIn). Parfois les idées d’articles me viennent en discutant avec d’autres documentalistes, lors de manifestations professionnelles ou tout simplement à l’occasion de lectures, de formations.

Bien sûr, je suis attentive aux autres blogs professionnels et notamment au blog d’Emmanuel Barthe, Precisement.org, dont j’apprécie le caractère scientifique et détaillé des articles.

Pour d’autres raisons (régularité, humour, pertinence), je suis bonne cliente des articles de Choblab, blogueur, responsable en communication digitale

Tout naturellement, une sorte de ligne éditoriale s’est imposée à moi : https://www.serendipidoc.fr/a-propos/

Je ne parle bien que de ce que j’aime ou de ce que j’ai envie d’expérimenter. J’assume également d’introduire de temps à autre quelques articles plus personnels et moins directement liés à mon métier de documentaliste juridique (rubrique Autour de l’Ecrit).

Mon plaisir réside principalement dans la recherche et l’écriture, je délègue donc l’aspect graphique et technique à Fabrice Court, créateur de sites, graphiste et formateur. Il est de précieux conseil et d’une patience d’ange lors de mes épisodes de stress pour raisons techniques !

Quand on sait que la durée de vie d’un article de blog est de deux ans alors que la durée de vie d’un Twitt est de dix-huit minutes, cela fait réfléchir sur le choix des outils de communication. J’ai peut-être tort, mais je crois en l’avenir du blog !

Quelques statistiques

Google Analytics et moi cela fait deux ! Je ne prends pas le temps d’y aller, d’autant plus que pour ce blog professionnel je n’ai pas d’éventuel partenaire à convaincre.

Néanmoins quelques statistiques donnent une idée de l’impact du blog et de sa croissance sur quatre ans.

En novembre 2017 : 4095 pages vues par 2791 internautes (visiteurs).

217 articles publiés depuis le début du blog (2014) dont certains sont mis à jour régulièrement.

212 abonnés à la newsletter. Celle-ci permet de recevoir chaque nouvel article publié au moment de sa mise en ligne.

Un nombre de followers sur Twitter et sur LinkedIn en hausse régulière, souvent en rapport avec la thématique des articles publiés.

Y-a-t-il un danger à tenir un blog professionnel ?

Le premier danger est la lassitude de l’auteur. Je blogue pour ma part depuis plus de 15 ans (à titre personnel et professionnel) et je ne pense pas encore avoir fait le tour de la question.

L’autre danger est une sorte de surexposition qui apporterait une vision déformée du métier. Seuls quelques individus sont visibles par leurs écrits alors que beaucoup d’autres mériteraient de partager leur expertise. C’est un point auquel je suis sensible et que j’essaye d’améliorer en faisant régulièrement appel à contributeurs même si dans les faits cela porte peu ses fruits. C’est bien dommage.

Enfin, étant cliente des solutions que je suis amenée à commenter, on pourrait craindre le conflit d’intérêt. Je m’efforce de conserver un ton neutre. Je laisse par exemple l’évaluation des bases de données juridiques au très bon groupe de travail Juriformation.

Ces quelques dangers, sont bien peu de choses par rapport aux bénéfices que je peux retirer du fait de tenir un blog :

  • Plaisir d’écrire, de rechercher, de partager, de publier,
  • Auto-formation permanente car pour parler de quelque chose il faut l’avoir testé soi-même,
  • Confiance en soi,
  • Rencontres de qualité,
  • Sollicitations pour parler du métier ou l’enseigner.

Si vous aussi vous souhaitez tenter l’aventure du blog professionnel, je me tiens à votre disposition pour partager mon expérience.

Il est aussi possible d’écrire des articles hébergés sur un blog tiers (j’accueille volontiers les contributeurs pour ma part) ou d’écrire des articles sur LinkedIn (sauf que si LinkedIn change sa politique commerciale brusquement vous risquez de perdre la main sur votre contenu).

Bibliothécaires, documentalistes, il ne suffit pas d’avoir un savoir-faire, il faut le faire savoir !

En cultivant votre visibilité sur internet et sur les réseaux sociaux vous contribuez au rayonnement de la profession. En ces temps « d’ubérisation » des métiers, elle en a bien besoin.

Pour mémoire vous pouvez retrouver mes articles via différents canaux de diffusion :

Même si je pratique peu la technique du « call to action », c’est-à-dire terminer un article par une question invitant le lecteur à donner son avis dans les commentaires, tous les articles peuvent être commentés directement sur le blog. Je vous invite à le faire sur le blog plutôt que sur les réseaux sociaux si vous souhaitez enrichir les articles.

Chers lecteurs, je vous souhaite de bonnes fêtes de fin d’année 2017.

  Cultivez votre sérendipidé !

Rendez-vous en 2018 !

Communication, carte de visite

Les conseils des conseils

Les professionnels du droit ont aussi parfois besoins de conseils en communication traditionnelle ou digitale, stratégie, marketing, management, recrutement, rapprochement, restructuration, organisation du cabinet, médias sociaux, référencement (SEO), media-training, gestion de crise.

Communication, carte de visite

 

Ci-dessous une liste des agences de communication, d’organisation, de stratégie et de marketing.
La plupart de ces agences sont spécialisées dans les métiers du droit et du chiffre au sens large : cabinets d’avocats, conseils en PI, notaires, expert-comptables, administrateurs judiciaires…

Par ordre alphabétique de nom d’agence avec le/les nom(s) du ou des fondateur(s) si disponible(s).
Liste mise à jour le 15 mars 2018

Un récent article du 7 juillet 2016 des Affiches Parisiennes par Jean-Paul Viart fait un état des lieux de la communication en cabinet d’avocats en interviewant plusieurs prestataires : Les avocats et la communication, encore un long chemin.

Un court extrait de l’article :

« Sabrina Tantin : Les sociétés de conseil en communication pour cabinets d’avocats ont permis d’assouplir les rapports des avocats à la communication, et de les accompagner de façon optimale face aux évolutions : ultra médiatisation des affaires judiciaires, développement de la communication digitale, webmarketing, etc. Les différentes évolutions du Règlement Intérieur National (RIN) sont accompagnées d’une transformation de l’organisation et de la gouvernance au sein des cabinets, pour faire face à la concurrence et plus précisément à la crise. La communication et le marketing prennent une importance croissante dans la vie et l’organisation des cabinets d’avocats, que ce soit au niveau institutionnel ou individuel. »

Odeur de livre by L'Indéprimeuse

WishList Noël 2017 biblio orientée

La traditionnelle liste biblio-orientée est de retour sur le blog.

Voici ma version pour Noël 2017 en espérant que vous y trouverez votre bonheur ou de quoi faire le bonheur d’un(e) ami(e) documentaliste/bibliothécaire.

Un serre livre

Fermliving, serre-livre

Cloud, le serre livre en forme de nuage chez Habitat

Outline Bookend, le serre-livre d’inspiration art déco par Fermliving

Très jolie sélection d’articles de bureau sur ce site

Un parfum bibliothèque

Byredo Bibliotheque Parfum

Jusqu’à présent ce parfum en édition limitée était seulement disponible comme bougie. Depuis peu, il est disponible en Eau de parfum. L’odeur suggère une bibliothèque traditionnelle, avec des notes sucrées de pêche, prune contrebalancées par le cuir et le patchouli.

Pèche, prune, pivoine, violette, cuir, patchouli, vanille

https://byredo.eu/bibliotheque-eau-de-parfum-100ml

Ou un parfum de livre neuf ?

Odeur de livre by L'Indéprimeuse

L’INDÉPRIMEUSE ● P A R F U M
L’odeur unique du livre qui sort de chez l’imprimeur…
Le subtil mélange du papier & de l’encre

On a de la chance car l’Indéprimeuse nous ouvre son atelier depuis la fin de l’année 2017.

Parce que j’adore son humour, parce qu’elle est fille d’imprimeur, parce qu’elle vient d’ouvrir un nouveau site marchand poétique et décalé à son image.

Attention l’Indéprimeuse est facétieuse, le parfum de livre neuf n’est peut-être qu’une illusion.

https://www.lindeprimeuse.com/

Un protège livre

Du Cuir Pour Des Livres, boutique Etsy

Pour lire incognito dans les transports ou simplement pour l’assortir à votre sac à main !

https://www.etsy.com/fr/shop/DuCuirPourDesLivres

Un presse papier graphique

J’en ai un pour ma part que j’aime beaucoup.

https://www.etsy.com/fr/shop/OfRopesAndWires

Un rouleau papier peint bibliothèque

Papier peint bibliothèque, Castorama

Si comme moi, vous êtes passé par la case décoration en 2016-2017, vous savez sans doute que le papier peint signe son grand retour en force et que l’on en trouve facilement avec de fausses bibliothèques. De quoi donner un côté cosy à n’importe quel pièce ou mur un peu tristounet. Peut aussi convenir à un(e) bibliothécaire/documentaliste qui aime les activités manuelles (reliure, papèterie, relookage de meubles anciens ou de meubles contemporains avec défaut d’âme…).

On en trouve dans tous les magasins de bricolage. Parfois même dans des bacs de déstockage lorsque le magasin se sépare d’une collection. Un seul rouleau peut être suffisant pour vous changer une pièce !

Une part de la BNF

BNF, 8 mars 2016

Il est possible d’offrir un « don d’adoption » pour un proche.
Selon votre budget, vous pouvez choisir d’un don modeste mais symbolique pour la rénovation du Cabinet du roi jusqu’au parrainage plus couteux d’un emblème de la salle Ovale (2000 euros pour une place de lecture par exemple).

Pour en savoir plus sur :

Le projet de rénovation Richelieu

Faites un don et devenez mécène de Richelieu

 

*** Bonnes fêtes de fin d’année 2017 ! ***

Comment améliorer l’accès aux thèses et mémoires ?

Ci-dessous un résumé de mon intervention lors de la table ronde de la Journée Juriconnexion du 7 décembre 2017 sur les thèses et mémoires universitaires.

Le témoignage

Journée Juriconnexion 7/12/2017

Diverses expériences nous montrent qu’il n’est pas simple pour un avocat qui travaille dans l’urgence mais néanmoins avec une volonté d’exhaustivité de comprendre la difficulté d’obtention d’une thèse mentionnée dans un document.

Les thèses ne sont pas disponibles pour plusieurs raisons :

  • Elles ne sont pas publiées,
  • Elles sont publiées mais épuisées,
  • Elles sont disponibles mais uniquement sous format papier (ou pire sous format microfiche),
  • Elles ne sont pas éligibles au prêt entre bibliothèques,
  • L’auteur s’est opposé à sa communication hors consultation sur place dans l’université de sa soutenance,
  • L’auteur fait état de sa thèse sur internet (blog) mais ne répond pas aux nombreuses sollicitations de communication (communication paradoxale !)

Voici pour quelques exemples.

Les axes d’amélioration

Côté doctorant

Inciter le dépôt en OPEN ACCESS ou à la publication ou les deux avec un embargo par exemple. Le minimum serait de pouvoir disposer de la table des matières en accès libre.

Inciter l’auteur à publier un article de synthèse qui signale l’intérêt de son travail et donne envie d’en savoir plus. Dans le même ordre d’idée, il est possible d’exposer sa thèse en 180 secondes http://mt180.fr/ (vidéo) :  un très bon exercice de communication.

Inciter au dépôt via le legal design

Cette forme de communication est très virale car elle est très partagée sur les réseaux sociaux, notamment sur Twitter. Elle peut plaire aux jeunes juristes et marquer les esprits.

Voir par exemple : OA | Mais au fait, je dépose quoi ?

 

Mais au fait, je dépose quoi ? par Magalie Le Gall

Mais au fait, je dépose quoi ? par Magalie Le Gall

Un bon exemple d’incitation au dépôt. Sketchnote de Magalie Le Gall, pour Couperin.

Communication juridique

Faire de sa thèse un argument central de sa propre communication et pourquoi pas construire un blog autour de sa thèse ?

On peut alors imaginer qu’un internaute s’inscrive via un formulaire de contact pour récupérer le texte intégral de la thèse comme nous avons coutume de le faire pour les livres blancs.

Côté juriste / Stagiaire / avocat

Il est du devoir des documentalistes, bibliothécaires de former les jeunes juristes sur ce type de source.

Parmi les axes de formation, on notera :

  • Leur apprendre l’existence des bases de recherches (Sudoc, Theses.fr, TEL)
  • Faire le distinguo entre publié, non publié, épuisé, disponible
  • Faire comprendre que « commander dans l’urgence », n’est pas une solution possible pour ce genre de document
  • Ce qui n’existe pas en version numérique peut exister en papier (et vice versa)
  • Leur apprendre les réflexes de recherche du papier : localisation, emprunt
  • Leur faire utiliser les réseaux : LinkedIn, internet pour entrer en contact avec l’auteur

Côté documentaliste / bibliothécaire

L’entraide entre personnels des bibliothèques, documentalistes, public / privé existe déjà. C’est un atout dans les recherches complexes. La journée Juriconnexion qui réunissait un grand nombre d’acteurs des secteurs publics et privés favorisera sans aucun doute de nouvelles collaborations.

Instaurer un prêt entre centre de documentation et bibliothèques universitaire ?

La disparition du service de copies de documents de la bibliothèque CUJAS en juin 2017 pose des problèmes d’accès (rapide) à l’information. Il était bien pratique d’obtenir par ce biais une photocopie du sommaire ou d’un extrait de thèse épuisée par exemple. Le retour d’un  service identique, même freelance, serait apprécié.

Côté éditeur

La réimpression de thèses majeures est une bonne chose.
Ainsi, cette année, j’ai pu commander la thèse Principes d’une réalisation méthodique du droit privé d’Henri Motulsky datée de 1947. Elle a été publiée une première fois en 1948 chez Sirey, puis à nouveau en 1991 chez Dalloz, puis à nouveau en 2002 chez Dalloz.

Elle est toujours disponible à la commande chez notre libraire habituel.

Cette remarque vaut aussi pour les traités de droit épuisés !

L’impression à la demande pourrait aussi apporter plus de souplesse dans la gestion des fonds documentaires de thèses.


Ressources numériques à rappeler

Faire sa thèse

Blog Precisement.org (Emmanuel Barthe)

http://www.precisement.org/blog/Faire-sa-these-ouvrages-et-sites-utiles.html

http://www.precisement.org/blog/Faire-sa-these-de-droit-methodologie-et-conseils.html

Rechercher une thèse sur internet

Méthodologie de recherche

Fiche pédagogique Jurisguide Thèses et travaux universitaires (Bibliothèque Cujas) http://jurisguide-cuj.univ-paris1.fr/fiches-pedagogiques/theses-et-travaux-universitaires-A-panorama/

Blog Precisement.org (Emmanuel Barthe)

http://www.precisement.org/blog/Theses-et-memoires-en-droit-disponibles-sur-Internet.html

Sur Sérendipidoc

https://www.serendipidoc.fr/rechercher-these-droit-dapres-references/

Rechercher une thèse par matière

Blog Precisement.org (Emmanuel Barthe)

http://www.precisement.org/blog/Les-meilleures-theses-de-droit-disponibles-en-open-access.html


Crédit illustrations : FXM, Magalie Le Gall (sketchnote), CGU

Association microarchives

Les archives personnelles, la petite histoire dans la grande

Association microarchives

Pour cet article, je suis obligée de vous raconter un peu ma vie.
Récemment, pour une petite transaction sur un objet d’occasion, j’ai été mise en relation via Facebook avec une personne que je ne connaissais pas.

J’ai vu sur son profil qu’elle communiquait beaucoup au sujet d’une association sur les archives personnelles. C’est un sujet qui m’intéresse.

J’ai adoré le livre d’Isabelle Monnin, Les gens dans l’enveloppe, idem pour #MadeleineProject par Clara Beaudoux.

J’ai donc cherché à en savoir plus sur l’association microarchives.

 

Association microarchives

Sélection bibliographique par l’association microarchives

Ce qu’en dit Harmonie :

« Tout est parti du projet d’Hélène Ampère, notre présidente, archiviste dans le secteur privé en région parisienne. Elle est très attachée à l’histoire familiale et la vie des « gens ordinaires » et s’est rendu compte que peu d’actions sont entreprises pour les valoriser. Elle a donc eu l’idée associative et a lancé un appel sur le forum de l’Association des archivistes français.

Nous avons donc été plusieurs à lui répondre, toutes archivistes, dans différents secteurs et aux quatre coins de la France ! C’est un véritable challenge car nous souhaitons que l’association ait une portée nationale. Notre objectif est simplement de collecter, conserver et valoriser les archives des particuliers, de toute personne qui le souhaite. Tous types de documents peuvent ainsi être accueillis, des simples photos de familles à la correspondance en passant par des livres de comptes…Nous voulons mettre en lumière les anonymes, toutes ces personnes qui, au quotidien, construisent l’histoire à leur niveau…

L’association a une existence légale depuis novembre 2017, nous en sommes très heureuses, nous sommes présents sur les réseaux sociaux, et notre site internet est tout neuf : http://microarchives.org/

Nous espérons développer des partenariats avec des collectivités, d’autres associations, bref le travail est immense pour nous faire connaître et faire comprendre nos objectifs. Sans aucune prétention, nous souhaitons contribuer à l’histoire des individus. »

Les coordonnées de l’association, pour l’encourager ou pour faire un don d’archives :

http://microarchives.org/

https://www.facebook.com/microarchives/

Quelques sources sur ce sujet

Isabelle Monnin, Les gens dans l'enveloppeLes gens dans l’enveloppe d’Isabelle Monnin (avec Alex Beaupain)

Roman et enquête écrits par Isabelle Monnin
Chansons d’Alex Beaupain

« En juin 2012, j’ai acheté sur Internet un lot de 250 photographies d’une famille dont je ne savais rien. Les photos me sont arrivées dans une grosse enveloppe blanche quelques jours plus tard. Dans l’enveloppe, il y avait des gens à la banalité familière, bouleversante. Je n’imaginais alors pas l’aventure qu’elle me ferait vivre.

J’allais inventer la vie de ces gens puis je partirais à leur recherche. Un soir, j’ai montré l’enveloppe à mon meilleur ami, Alex Beaupain. Il a dit : « On pourrait aussi en faire des chansons. » L’idée semblait folle.

Le livre contient un roman, un album photo, le journal de bord de mon enquête et un disque, interprété par Alex, Camelia Jordana, Clotilde Hesme et Françoise Fabian. Les gens de l’enveloppe ont prêté leur voix à deux reprises de chansons qui ont marqué leur vie.

Les gens dans l’enveloppe est ainsi un objet littéraire moderne et singulier. Faisant œuvre de vies ordinaires, il interroge le rapport entre le romancier et ses personnages. Il est surtout l’histoire d’une rencontre, entre eux et moi. »

http://www.editions-jclattes.fr/les-gens-dans-lenveloppe-livre-cd-9782709649834

Bon je sais, je ne suis pas objective sur Alex Beaupain, mais avant même son adaptation musicale, cette histoire de récit inventé à partir d’un lot de photos anciennes acheté sur internet puis d’enquête digne d’un détective professionnel, m’a profondément bouleversée.

 Clara Beaudoux, Madeleine Project, Le Livre de poche#MadeleineProject par Clara Beaudoux

«  Elle s’appelait Madeleine, elle aurait eu 100 ans en 2015. Je m’appelle Clara, j’ai 31 ans. Nous ne nous sommes jamais connues pourtant nous partageons le même appartement, ou du moins l’avons-nous partagé à différentes époques. Madeleine y avait vécu vingt ans. Elle est morte un an avant que je ne m’y installe, l’appartement avait été entre-temps refait à neuf. Interstice préservé de l’oubli, la cave avait été abandonnée en l’état. J’y ai découvert, après en avoir scié le verrou, rangée, empaquetée dans des cartons, la vie de Madeleine, objets, photographies, lettres. Je m’y suis plongée.  »
Clara décide alors de mener l’enquête et de la partager sur Twitter. Qui était Madeleine  ? Comment a-t-elle vécu  ? Qui a-t-elle aimé  ? Roman du réel, reportage photo, ce livre 2.0 réunit les quatre saisons du Madeleine project.

http://www.livredepoche.com/madeleine-project-clara-beaudoux-9782253091493

A peu près à la même période (rentrée 2015), il y a eu #MadeleineProject par Clara Beaudoux. Là aussi, j’ai trouvé le concept fascinant tout comme le mode de diffusion sous forme de messages Twitter.

Dans la saison 5 de #MadeleineProject, à la fin de la saison, la journaliste Clara Beaudoux évoque la possibilité de déposer aux archives une partie du fonds documentaire de la cave.
Elle a été contactée par des associations d’archives. Une partie sera restituée aux familles et amis. Une exposition est envisagée.

Les 4 saisons Twitter viennent de sortir en format Livre de Poche. Si vous avez l’occasion de rencontrer l’auteure ou d’offrir le livre, n’hésitez pas car l’ensemble est un projet mutli-média transgénérationnel qui rencontre un énorme succès auprès d’un public varié. En dehors de la question des archives personnelles et de leur transmission, ce tweet-documentaire aborde de nombreux points comme par exemple notre rapport aux objets. Passionnant à bien des égards !

Dédicace de Clara Beaudoux à la librairie Delamin Paris le 28 novembre 2017

Clara Beaudoux, dédicace Madeleine Project

Clara Beaudoux, Madeleine Project

La très jolie vitrine de la librairie Delamin, Paris 1

http://madeleineproject.fr/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Madeleine_Project : « ce tweet-documentaire soulève, entre autres, un débat sur les frontières de la littérature de même que sur la gestion post mortem des archives personnelles. »

Blogs sur l’histoire familiale, la généalogie

Elise Lenoble et Hélène Soula donnent sur leurs blogs respectifs de nombreux conseils pour écrire son histoire familiale.

Elise Lenoble : https://www.aupresdenosracines.com/

Hélène Soula : http://www.helenesoula.fr/

Crédit photos : Association Microarchives + mes photos de la dédicace de #MadeleineProject

Atelier Visual Mapping, oct. 2017

Retour sur ma formation Visual mapping

Atelier Visual Mapping, oct. 2017

Les 30 et 31 octobre 2017 j’ai suivi une formation de deux jours sur le visual mapping (on parle aussi de pensée visuelle). Ce type de formation est encore assez peu connu il me semble alors qu’elle présente un intérêt à la fois à titre personnel mais aussi pour toutes les professions.

La formation aborde plusieurs techniques de pensée visuelle comme le webbing, le mind mapping, le sketchnoting, le storytelling visuel, le graphic jam, la carte d’empathie, les canevas visuels ou posters métaphore. « Ces techniques dites de pensée visuelle permettent de représenter les idées abstraites, de développer sa créativité et d’améliorer la communication entre des interlocuteurs venant d’univers différents, sans passer par les détours de l’écrit, des concepts ou du jargon professionnel » (Magalie Le Gall, La pensée visuelle, I2D, 2017, n° 1, pp. 44-45).

Dans tous les cas cette formation répond aux besoins croissants de synthèse et de simplicité de l’information.

Une sorte de remède contre l’infobésité où le visuel sert à créer une vision d’ensemble de l’information et favorise une meilleure assimilation.

Atelier Visual Mapping, oct. 2017

La difficulté tient sans doute que la plupart d’entre nous ont une vision linéaire de l’information (du fait de notre apprentissage) alors que l’ère digitale nous conduit de plus en plus vers une navigation non linéaire.

Les ateliers sont riches d’échanges entre participants, d’exercices individuels et collectifs. Le formateur propose un large panel de méthodes complémentaires constamment mis à jour. Pour chaque méthode des sources papier et électroniques sont recommandées. Philippe Boukobza dispense également ses formations directement en entreprise.

Mon groupe incluait plusieurs bibliothécaires du secteur public, des psychologues, coachs, formateurs, informaticiens tournés vers la transition digitale, des responsables communication.
Je tiens à préciser qu’à aucun moment il n’a été question de legaldesign (pensée visuelle dans le milieu juridique) puisqu’il s’agissait d’une formation pour tous secteurs d’activité. Chacun trouvera par la suite comment adapter les connaissances acquises à son domaine d’intervention.

Ci-dessous quelques applications que j’ai pu envisager pour le milieu juridique

Pour les avocats, les juristes, notaires

  • Préparation d’un dossier, d’une plaidoirie
  • Négociation, prise de décision
  • Préparation d’un rendez-vous client
  • Restitution à un client dans le cas d’un dossier complexe (sous réserve de s’assurer de son ouverture d’esprit)
  • Comptes rendus de conférence, de séminaire, de formation
  • Enseignement du droit

Voir notamment le modèle de sketchnote d’audience par David Sparks dans l’ouvrage de Mike Rohde : Le guide avancé du sketchnote, Eyrolles, 2017.

Le guide avancé du sketchnote de Mike Rohde, Eyrolles, 2017

Pour les documentalistes

  • Comptes rendus de réunion
  • Présentation de consignes, de process, pour une meilleure interaction avec les utilisateurs
    Exemples de documents que l’on pourrait modifier selon ces techniques : livret d’accueil, modes d’emploi de bases de données juridiques, consignes affichées en bibliothèque, signalétique, plan de classement, supports de formation.
  • Choix entre plusieurs produits, négociation
  • Gestion de projets et d’équipe
  • Cahier des charges pour base de données documentaire

Story board autour de la publication d’un ouvrage

Pour les communicants

  • Préparation d’une interview, d’un pitch
  • Mise en place d’une stratégie de communication
  • Création ou refonte d’un site internet, cahier des charges
Carnet de sketchnotes de Philippe Boukobza

Carnet de sketchnotes de Philippe Boukobza

Pour soi

  • Développement personnel
  • Gestion de projets
  • Evolution de carrière
  • Créativité
  • Efficacité personnelle
  • Organisation d’un hobby lié à la gestion de l’information : écriture, blogging, généalogie, lecture, carnets de voyage…

Attention la formation commentée dans cet article n’est pas artistique.

Le formateur

Philippe Boukobza est co-auteur de deux ouvrages sur le sketchnoting notamment Travailler avec le sketchnoting, comment gagner en efficacité et en sérénité grâce à la pensée visuelle (Eyrolles, 2017). Il partage ses découvertes sur les blogs heuristiquement.com et visual-mapping.fr

En savoir plus sur les ateliers : https://visual-mapping.fr/les-ateliers/

Atelier Visual Mapping, oct. 2017

Voir aussi l’article de Magali Le Gall. C’est grâce à Magalie Le Gall que j’ai connu cette formation. Je la remercie.

Le Gall, Magalie. « La pensée visuelle », I2D – Information, données & documents, vol. volume 54, no. 1, 2017, pp. 44-45.

https://www.cairn.info/revue-i2d-information-donnees-et-documents-2017-1-page-44.htm

Pensée visuelle par Magalie Le Gall

Pensée visuelle par Magalie Le Gall

La doc juridique expliquée à ma mère

Lors d’une soirée festive, il m’est apparu que la profession de documentaliste juridique est mal connue. Parfois nos proches ne savent pas en quoi consiste notre activité quotidienne.

Un petit article pour dresser rapidement le portrait d’une profession qui mérite d’être connue et reconnue !

OU ?

On trouve des documentalistes juridiques dans les (gros) cabinets d’avocats, dans les directions juridiques de grosses entreprises, chez les notaires, dans les bibliothèques universitaires, dans la fonction publique, dans les administrations.

En QUOI consiste ce travail ?

Une des tâches historiques est celle de gestion de la bibliothèque. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, cette tâche n’a pas disparu avec internet. Les juristes restent des individus attachés au papier. Entre les commandes, la mise à disposition d’ouvrages via l’emprunt, la reliure des collections et la mise à jour des encyclopédies à feuillets mobiles, gérer une bibliothèque physique constitue encore une part importante du travail des documentalistes.

Bien sûr le numérique est désormais incontournable. Il s’agit pour le documentaliste d’être un SUPER utilisateur de toutes les bases de données juridiques en ligne qu’elles soient publiques ou privées afin d’en tirer le meilleur parti et de pouvoir former les utilisateurs.

Pour ces utilisateurs nous effectuons des recherches sur tous supports, principalement des recherches complexes.
Quelques exemples de recherches : jurisprudence, doctrine, textes législatifs, conventions collectives, modèles d’actes, rapports, données chiffrées (informations financières), marques/brevets, information économique, information sur les sociétés et leurs dirigeants, informations prospectives de type intelligence économique, références bibliographiques, etc…

La veille juridique occupe également une grande partie de notre temps. Il s’agit de suivre en quoi les nouvelles dispositions législatives ou les évolutions de la jurisprudence vont impacter le cours des dossiers. Dans le milieu du droit des affaires, on pratique de nombreuses veilles : la veille client, la veille économique, politique, financière (car le monde du droit des affaires est imbriqué dans tout ce tissus), la veille métier (pour suivre le métier d’avocat et les innovations du secteur juridique qui sont nombreuses) et une veille concurrentielle. Ce qui nous fait pas mal de choses à surveiller !

Les résultats de nos recherches, sont délivrés sous forme de produits documentaires (on parle aussi de livrables) : notes, synthèses, panoramas de presse, impressions ou téléchargements variés depuis nos bases de données, bulletins de nouvelles acquisitions. Parfois on parle de Diffusion Sélective de l’Information (DSI), lorsqu’une information ciblée est envoyé à un avocat/juriste ou un groupe de personnes déterminé. Notre principal fléau reste l’Infobésité (trop d’info tue l’info !). Un documentaliste doit savoir trier, filtrer et restituer la bonne information à la bonne personne.

Certaines documentalistes assurent d’autres taches comme l’archivage (on parle alors de record manager), la communication interne et externe de la structure qui les embauche, la gestion des sites (intranet documentaire, site intranet général, site internet) de la structure (on parle alors de webmaster) ou la participation à des projets informatiques divers et variés. Etre multi-casquettes est parfois une évidence si l’on est sensible à l’évolution mondiale des métiers. Dans la presse, on parle souvent d’ « ubérisation » des professions. Cette « ubérisation » touche aussi la sphère juridique. Voir mon article sur l’évolution du métier de documentaliste vers d’autres fonctions.

Pour QUI ?

Qui sont nos utilisateurs ? Des avocats, des juristes mais surtout des stagiaires. Notre métier consiste à leur donner de bons réflexes, des trucs et astuces de recherche tout un ménageant un juste équilibre entre le tout numérique et les méthodes plus traditionnelles de recherche. Voir mon article portant sur l’enseignement de la doc juridique au digital natives.

Nos interlocuteurs sont aussi des fournisseurs (libraires), principalement des éditeurs juridiques ou des éditeurs de solutions informatiques avec qui nous devons négocier un budget de plus en plus serré où coûts du papier et des bases de données en ligne se cumulent.

Dans le milieu de la documentation juridique, il n’est pas étonnant de constater une bonne interactions entre documentalistes, y compris de cabinets concurrents, éditeurs, juristes, membres du milieu institutionnel ou universitaires. Cette coopération s’établie le plus souvent autour d’associations (comme l’association Juriconnexion) dont l’objectif est d’étudier le fonctionnement des bases de données juridiques et de faciliter leur adéquation au marché.

COMMENT?

A l’heure du numérique et de la recherche immédiate de résultat, les principaux outils du documentalistes juridiques sont les bases des données en ligne.
Parmi ces bases, on distingue celles des institutions publiques (gratuites), celles des éditeurs privés (payantes) ainsi que les bases de données internes, constituées soit à l’aide de logiciels documentaires dédiés, soit à l’aide de de logiciels bureautiques ou spécialisés servant à la Gestion Electronique des Documents (GED). Les bases de données internes reflètent la politique de gestion documentaire qui va du simple catalogue de bibliothèque jusqu’au portail documentaire complexe incluant parfois une gestion des connaissances que l’on appelle aussi KM pour Knowledge Management.

MAIS ENCORE ?

Cette vision du métier est forcément incomplète. Le poste de documentaliste juridique varie considérablement d’une structure à l’autre en fonction du domaine de spécialité de la structure, de la hiérarchie, de la taille de l’équipe, du type de structure (privée ou publique), de l’importance accordée à la fonction.

Dans les cabinets d’avocats, le documentaliste fait partie des fonctions support. Cette classification « modeste » du métier me convient bien. On peut éprouver beaucoup de satisfaction à participer à l’élaboration de stratégies juridiques au service des clients.

Fonction Support

Dessin offert par Yves Barros

Une autre particularité du métier de documentaliste juridique est d’être en constante évolution.

Le droit évolue tous les jours et se complexifie souvent du fait de l’accumulation des réformes pourtant à visée de simplification.

La technique a beaucoup évolué par ailleurs depuis les bases de données sur MINITEL, en passant par les bases de données client-serveur, la recherche sur internet avec toutes les évolutions du web, l’utilisation des réseaux sociaux pour la veille jusqu’à l’intelligence artificielle et la justice prédictive pour ne citer que deux innovations récentes.

Le temps du bibliothécaire colle-papier-ciseaux est révolu depuis longtemps même si c’est malheureusement encore l’image qui perdure parfois chez nos interlocuteurs ignorants du métier.

Une bonne raison pour diffuser cet article autour de vous !

J’espère que cet article servira à renseigner celles et ceux qui envisagent de se tourner vers cette branche de la documentation ou celles et ceux qui côtoient un ou une documentaliste juridique sans trop savoir en quoi consiste son métier. Si vous venez de rencontrer un(e) documentaliste juridique lors d’une soirée, vous voilà, je l’espère, mieux renseigné(e). Vous pouvez aussi le transférer à votre maman comme je vais le faire moi-même !

L’article pourra être complété par des commentaires.

Note du 29/11/2017 : pour une version américaine un peu plus piquante mais dans le même esprit que cet article, vous pouvez lire : The magical law library staff.

Pour l’enseignement de la documentation juridique dès l’université pour les digitales natives

Cours Doc Juridique, venez nombreux

Pour un digital native « tout ce qui ne figure pas sur internet n’existe pas ». Heureusement au contact de documentalistes, qui ont connu la recherche juridique avant internet, ils arrivent parfois à changer d’avis mais la route est longue.
Avec mes consœurs et confrères documentalistes d’autres cabinets d’avocats, nous constatons souvent les lacunes de la formation en recherche juridique des stagiaires. Ce n’est pas tout à fait leur faute puisqu’à ma connaissance (presque) aucune faculté de droit ne dispense de cours de recherche juridique et/ou veille juridique.

Réformer l'enseignement du droit en France à la lumière des systèmes étrangersAvec le récent rapport de Mustapha Mekki Réformer l’enseignement du droit en France à la lumière des systèmes étrangers (LexisNexis, 2017), je m’attendais justement à trouver mention de cette piste pour améliorer le cursus universitaires des étudiants. Le point est abordé rapidement, il faut lire entre les lignes.

Au paragraphe 50 du rapport l’auteur évoque les dangers du numérique sur la formation des étudiants.

« Même si les étudiants font partie de la génération du numérique ils ne savent pas toujours utiliser pleinement les sources numériques du droit. Une formation s’impose sur l’utilisation des bases de données et sur les différents sites de recherches. L’effet pervers réside également dans la création d’une génération d’étudiants qui ne savent plus écrire, argumenter, synthétiser, car Internet mâche le travail (…). Il faut apprendre aux étudiants à lire des textes longs dont ils doivent faire ressortir l’essence. Ils doivent apprendre à sélectionner les informations et ne pas être dépendants d’un Internet qui prétend le faire à leur place. » (p. 34).

Alain Levasseur insiste sur le risque technologique en Amérique du Nord : « Malheureusement, une conséquence néfaste de cette automatisation extrême de la pratique du droit est que le lawyer perd le contrôle de ses facultés cognitives comme il perd aussi le sens des relations humaines ainsi que le besoin de rapport sociaux (p. 59). »

Le rapport Mekki donne 22 pistes pour une université du XXI siècle. La piste 8 semble être la piste qui se rapproche le plus de mes préoccupations.

8 – Réduire la quantité des enseignements pour privilégier une formation axée sur la méthode (identifier le problème juridique, chercher l’information, sélection en distinguant l’essentiel de l’accessoire, travailler la capacité à synthétiser, à hiérarchiser les informations et les arguments avec un esprit critique et constructif). (p. 40)

Voici quelques unes de mes idées pour développer ce point.

1. La recherche sur internet

Touche Droit, crédit photo EFL

Même si tous les éditeurs juridiques tendent à inciter l’utilisateur de leur base de données à faire « une recherche à la Google », ne pas s’en contenter. Apprendre à utiliser d’emblée la recherche avancée ou recherche experte de chaque base de données. Elle donne de meilleurs résultats. Parfois elle est même indispensable pour accéder à certains types d’information.

De même, il est indispensable de bien connaître le fonds documentaire et les spécificités de chaque éditeur juridique. Parfois le problème de recherche réside dans une méconnaissance de la richesse ou de la spécificité d’un éditeur plus que dans l’utilisation des fonctions de recherche.
La recherche d’information juridique sur internet via un moteur de recherche (Google) n’est pas à exclure. Elle se fera plus aisément si l’élève maîtrise les bases de la logique booléenne ainsi que quelques commandes professionnelles qui permettent de tirer le meilleur partie de ce type de recherche.
Sur ce sujet, voir l’article très complet et à jour d’Emmanuel Barthe Utiliser Google pour des recherches juridiques.

2. Tout ce qui n’est pas sur internet n’existe pas !

Et bien si !

Réintroduire auprès des digital natives les vieux réflexes comme :

  • la recherche dans les sources papier (la recherche dans les archives des revues, la recherche via la table des matières des traités ou encyclopédies),
  • la commande par courrier aux greffes,
  • la recherche d’information par téléphone,
  • la recherche via des experts que l’on trouvera dans les réseaux sociaux professionnels ou dans son carnet d’adresses,
  • le déplacement à l’extérieur dans des bibliothèques publiques ou des centres de documentation privés.

Dans ce cas, il faut accepter que le résultat de la recherche ne soit pas immédiat mais prenne quelques heures, quelques jours, quelques semaines, une contrainte bien difficile à faire admettre de nos jours.

3. L’autoformation

Saisir toutes les opportunités de formation à la recherche et à la veille juridique en s’inscrivant aux formations dispensées par les bibliothèques universitaires, en assistant à des présentations organisées par les éditeurs, en consultant les fiches détaillées du Jurisguide.

Pour mémoire :

Jurisguide LogoJurisguide est destiné aux étudiants en sciences juridiques et aux formateurs aux méthodologies de  recherche d’information juridique.

Ce site propose un panorama des ressources documentaires disponibles dans le domaine du droit, des guides pour pratiquer une recherche d’informations efficace, des outils et des supports de formation pour accompagner la réalisation de cours.

Les ressources proposées sur le Jurisguide sont réparties en deux ensembles :

  • ressources documentaires : 141 fiches descriptives de revues, encyclopédies, dictionnaires, banques de données
  • ressources pédagogiques : 84 guides et supports pédagogiques

D’une manière générale, le site de la bibliothèque Cujas, bien que très dense, est une mine d’information sur les outils et techniques de recherche juridique.
Voir également le blog de mon confrère Emmanuel Barthe, precisement.org, un blog pour l’information juridique.

4. Dans son interaction avec un documentaliste : faire un usage modéré de la phrase COMMANDER EN URGENCE

Ça sent le vécu !

On ne commande pas en urgence un traité de droit épuisé, une thèse non éditée (voir mon article Rechercher une thèse de droit d’après ses références), une jurisprudence de première instance des années 80 inédite et non publiée. Il faut accepter que certaines données soient plus difficiles à obtenir et en tenir compte pour le calendrier du dossier.

5. Introduire la pensée visuelle dans le cursus de droit

La pensée visuelle est particulièrement efficace pour synthétiser, extraire des mots-clés, hiérarchiser l’information. Je pense donc qu’elle pourrait aussi aider à améliorer bon nombre de problèmes soulevés dans le point 8 du rapport (voir ci-dessus). En droit on parle de legal design.

Pour conclure

Il semble presque absurde que de jeunes juristes qui vont passer la plus grande partie de leur début de carrière à faire des recherches juridiques soient si peu préparés aux techniques de recherche et de veille juridique. Introduire cet enseignement dès les premières années de la faculté de droit semble logique et profitable.
L’enseignement de cette matière devra s’adapter aux digital natives en communiquant avec eux avec des références qui leur sont familières. Toutefois, il faudra aussi les inciter à envisager, dans certains, cas de se tourner vers les modes traditionnels de recherche.

En savoir plus :

Crédit photos : LexisNexis/Club des juristes, EFL, Jurisguide + petite créa personnelle

Connecté

Les évolutions du métier de documentaliste, nouvelles fonctions

Connecté

Un article pour tenter de référencer les évolutions du métier de documentaliste par rapport aux activités traditionnelles. Certaines de ces fonctions sont parfois assurées à titre accessoire.
Cet article vise aussi à donner des pistes pour une réorientation professionnelle ou pour des choix de formation.

webmaster internet/intranet, gestion de projet web, référencement de sites web

architecte de l’information
Voir à ce sujet mon retour d’expérience sur le MOOC architecte de l’information

– archiviste / record manager / responsable de l’archivage managérial / document controller

  • archiviste : conservateur des informations à valeur probante
  • record manager : compétences de l’archiviste renforcées par une forte connaissance de l’organisation de l’entreprise + bonne maîtrise des technologies pour être à même de définir les mesures adaptées à la gestion des documents dès leur création. La fonction consiste à garantir un accès aisé et permanent aux archives vivantes et plus généralement aux documents d’entreprise.
  • responsable de l’archivage managérial : c’est un contrôleur de gestion de l’information, coordinateur et administrateur d’un dispositif; son rattachement à la direction de l’entreprise lui permet d’animer cette activité transverse (définition du CR2PA).
  • document controller : cette fonction s’exerce notamment dans le cadre d’entreprises industrielles et permet de gérer la documentation numérique associée à un grand projet (définition de Véronique Mesguich).

Voir à ce sujet mon retour d’expérience sur le MOOC Bien archiver, la réponse au désordre numérique

– veilleur, veille juridique, veille concurrentielle, veille stratégique, veille métier

– métier de l’intelligence économique, analyste stratégique, data analyst, e-reputation, renseignement, risk-manager

– knowledge manager – kmlawyer. Le Knowledge Manager a pour objectif général d’assister les juristes à capitaliser sur leurs savoir-faire et ainsi contribuer à la cohérence de doctrine, à favoriser un esprit de coopération et d’apprentissage permanent et à améliorer les délais des prestations juridiques.

– paralegal : assiste l’avocat dans ses dossiers, effectue des recherches, rédige des documents juridiques, coordonne d’autres salariés, prépare tout type de correspondance ; n’a pas la qualité d’avocat, n’a pas le droit de représenter un client devant les juridictions françaises mais peut assister à des audiences de procédure ou de plaidoiries avec un avocat ; son temps peut être facturé au client ; fonction qui existe surtout dans les cabinets d’avocats anglo-saxons

– gestionnaire de ressources numériques, gestionnaire de bases de données, outils GED (Gestion Electronique des Documents), chef de projet

expert en e-procédures (RPVA, eBarreau, i-greffes, Télérecours, COMPEN, OPALEXE, A VOS ACTES)
Les avocats n’ont pas tous le temps ou les compétences techniques pour appréhender les procédures dématérialisées parfois complexes. L’intervention d’un documentaliste, naturellement sensibilisé à la gestion des données et à l’utilisation d’un système d’information, est une aide précieuse. En les formant, le documentaliste juridique peut aider les avocats à s’y retrouver dans les e-procédures et assurer une veille technologique sur celles-ci.
Voir à ce sujet l’article S’y retrouver dans les e-procédures, témoignage de François-Xavier Mérigard.

– éditeur d’ontologies, taxonomiste, terminologue : thésaurus, langage contrôlé, web sémantique

– community manager : développe la connaissance de la marque sur le web, métier à la frontière entre communication, relation clientèle et marketing; communication sur le web, stratégie internet, newsletter, actions auprès des web influenceurs. Il gère la présence de l’entreprise sur internet, notamment dans les médias sociaux. Il construit une relation durable avec les clients et prospects, tout en travaillant à la visibilité et au référencement de la marque grâce à la publication régulière de contenus.
Un community manager gère la page Facebook, les différents fils Twitter, les pages Linkedin et Viadéo et le blog de la structure qui l’embauche. Pour les informations juridiques, ce sont (souvent) les avocats qui ont la main et qui produisent le contenu.

– marketing digital : e-reputation, référencement naturel et payant, études en ligne

– responsable communication, business development, analyste marketing, rédacteur web, journaliste

– édition juridique (surtout pour les juristes), testeur pilote pour les éditeurs juridiques (notamment pour les nouvelles plateformes des bases de données), participation à la rédaction d’ouvrages ou d’articles via la collecte des sources

DPO = Data Protection Officer en remplacement de CIL = Correspond Informatique et Libertés 

Sur les CIL : près de la moitié d’entre eux dont des informaticiens (38%), le deuxième contingent se recrute auprès des juristes (12 %), viennent ensuite les responsables qualité, documentalistes, auditeurs et contrôleurs de gestion. Près de 14 400 organismes ont déjà désigné un CIL (chiffres à jour à novembre 2014). Les assureurs sont en pointe, les banques restent dans l’expectative, les collectivités territoriales et locales rattrapent leur retard. Le CIL dresse la liste des traitements automatisés, il élabore une politique de protection des données à caractère personnel.

Sur les DPO : Depuis le 25 mai 2018 le règlement général pour la protection des données personnelles (RGPD) est en vigueur. Conséquence : les entreprises et les administrations qui utilisent des données à caractère personnel doivent recourir aux services d’un data protection officer (DPO)

– pilote ISO, contrôle de la qualité, normalisation, responsable achats, risk manager

– enseignement de la documentation ou des techniques de recherche, formation, MOOC (Massive Open Online Course)
Voir sur ce sujet : De la doc aux moocs, interview de Nelly Violette

data expert, data librarian, data analyst, data scientist
Le documentaliste, par sa connaissance des données et de leur structuration, peut jouer un rôle dans le domaine des big data, open data, open law (en droit)

Bertrand Calenge : carnet de notes (06/02/2015, Entre « data librarians » et médiateurs du savoir) :  Bref, de nouveaux profils commencent à apparaître avec force (de tous niveaux, experts et techniciens), et il est clair que le traitement de la donnée va transformer nombre de bibliothécaires de demain (et pas seulement eux !). Data librarians ou « bibliothécaires de données » – et data scientists dans le contexte des industries de l’information –  sont les nouveaux soutiers de ce monde envahi de données, chargés de mettre en ordre cette prolifération, dans le domaine de la recherche, de la statistique, de l’information bibliographique, e tutti quanti !…

Stéphane Pouyllau. Web de données, big data, open data, quels rôles pour les documentalistes ?. Documentaliste – Sciences de l’Information, ADBS, 2013, Vol. 50, pp.32-33. <10.3917/docsi.503.0026>. http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic 00960853  (18 mars 2014)
Ce qui montre que les professionnels de l’info/doc doivent accompagner en profondeur les enjeux de l’accès aux données (big et open data). Il s’agit là de l’indispensable garantie de succès afin que ces masses de données soient réellement réutilisables et ce par apport d’une contextualisation des données, par l’ajout de métadonnées, par la production d’enrichissement qui permettront de relier les informations entre elles et non simplement les mettre à disposition. Car aujourd’hui, l’open data ressemble le plus souvent à dresser des listes de catalogues de données comme on le faisait aux premières heures du web de vitrine 1.0.

Michel Remiz. Baromètre emploi : Archimag met la pression, Archimag n° 282, mars 2015, p. 6
L’explosion des données ne s’en tient pas à des interrogations purement informatiques laissées à la sagacité des DSI. Envisager de conduire une activité ou une entreprise par les données suppose d’élargir les points de vue : au-delà de la volumétrie, de la vitesse et de variété de ces données (trois « v » du big data), il faut aussi parvenir à les faire parler, c’est-à-dire les traiter et les analyser pour en tirer de la valeur. D’où de nouveaux métiers faisant appel à des compétences éloignées de celles des professionnels de l’infodoc (statistiques, mathématiques, informatique…), mais où ceux-ci ont également des arguments à faire valoir (sémantique, catégorisation, droit de l’information).

métiers autour de la gouvernance de l’information,  chief data officer, chief digital officer

Patrick Larcheveque : Qu’entend-on aujourd’hui par gouvernance de l’information ? (11/02/2015) : Gouverner l’information, c’est posséder la maîtrise globale, selon un angle de vue de niveau stratégique, du « flux d’information ». C’est donc une tâche complexe et de haut niveau qui prend en compte sa globalité et à des degrés diverses en fonction des enjeux stratégiques, les sept familles d’information (engageante, patrimoniale, sensible, personnelle, structurante, contributive et bruyante).

– métiers en rapport avec la compliance, compliance officier

Définition : contrôle du risque de non-conformité d’une organisation par rapport à des dispositions financières, législatives ou réglementaires ou de normes professionnelles et déontologiques, une non-conformité générant un risque de sanction judiciaire, administrative ou disciplinaire, de perte financière significative, ou d’atteinte à la réputation).

Le professionnel de l’information se réjouira de l’importance croissante de la fonction de compliance officer dans l’entreprise, dont les responsabilités inédites permettent une valorisation opérationnelle et stratégique de l’information au service de la préservation de la valeur de l’entreprise.

La compliance et le Due diligence dans le spectre de l’intelligence économique, Netsources, n° 124, septembre-octobre 2016

travailler avec une legaltech

Les start-ups du droit ou legaltech sont de plus en plus nombreuses. Certaines mettent en avant le fait d’avoir recours à des documentalistes professionnels pour le développement de leur activité.

Ainsi Céline Berard Bondoux, qui a établi un partenariat avec Linfluent présente une vidéo où elle explique le principe du service : « L’utilisateur de cette solution accède à des bibliothèques en ligne dans lesquelles se trouvent des articles, vidéos ou informations pertinentes sélectionnées par des documentalistes professionnels dans l’objectif de programmer leur publication sur les réseaux sociaux. »

L’agence Eliott & Markus dans un article sur le Top 10 des legal tech qui vous faciliteront la vie évoque la solution Share Your Knoweldge (SKY) où « un documentaliste de SYK met en ligne chaque jour des « Flash Actu » permettant aux membres d’être à jour quant aux dernières évolutions législatives et jurisprudentielles ».

Fin octobre 2017, Séraphin Legal recrute un documentaliste spécialisé en propriété intellectuelle avec pour mission l’aide à la conception et à l’enrichissement de bases de données documentaires et pour compétences de bonne connaissance des sources d’information spécialisées ainsi que des outils de veille et de recherche juridique.

Qui mieux qu’un documentaliste pour faire de la veille et pour capitaliser les connaissances ? Les legaltech l’ont compris. Reste à savoir quelle solution aura un avenir dans ce marché très compétitif des innovations au service du droit.


Article régulièrement mis à jour depuis sa mise en ligne initiale. Dernière mise à jour : 29 août 2018

Magazine Panthéon Assas, n° 5, octobre 2017

L’avenir du livre juridique à l’heure de la documentation numérique

Magazine Panthéon Assas, n° 5, octobre 2017

Présentation de l’interview

LIVRE OU NUMÉRIQUE ?

Alors que se tiendra, le 7 octobre prochain, la 9e édition du Salon du livre juridique dans les salons du Conseil constitutionnel sous l’égide du Club des Juristes, nous avons souhaité interroger trois acteurs du monde juridique sur l’évolution qu’ils voyaient se dessiner dans un secteur soumis à une révolution digitale sans doute aussi radicale que le fut l’invention de l’imprimerie en son temps. Au-delà même des enjeux pour le secteur éditorial, c’est toute la formation juridique et – plus largement – intellectuelle des nouvelles générations qui est en jeu, avec, pour objectifs à terme, l’insertion professionnelle de jeunes juristes au fait des bouleversements numériques induits dans leur futur milieu professionnel et la conscience qu’une intelligence humaine bien ordonnée fera toujours la différence.

Pour le magazine de la Sorbonne, j’ai répondu aux questions de Dorothée Marciak.

Au départ il s’agissait de s’interroger sur la place de l’ouvrage juridique papier quelques semaines avant le salon du livre juridique qui se tient début octobre au Conseil Constitutionnel.
Finalement, portées par nos enthousiasmes respectifs sur l’évolution des métiers du droit, la discussion s’est nettement élargie aux pratiques documentaires en cabinets d’avocats.

Dans cet article, le professeur Pierre-Yves Gautier livre un précieux témoignage en faveur du livre papier sans pour autant nier l’importance d’une vérification dans les bases de données numériques.

Enfin, Caroline Sordet, directrice éditoriale chez LexisNexis, plaide en faveur de la complémentarité des supports.

Le magazine est disponible gratuitement sur tous les sites de l’université.

Le numéro 5, daté d’octobre 2017 n’est pas encore disponible en ligne. Il semblerait que l’Université favorise une première diffusion sous format papier avant de mettre le magazine en ligne.

Lien pour consulter l’interview :

L’avenir du livre juridique à l’heure de la documentation numérique, interview, Panthéon Assas Magazine, n°5, octobre 2017

Dans cette revue, j’ai particulièrement aimé l’article sur Paul Viollet, premier directeur de la Bibliothèque de la Faculté de droit et des sciences économiques de Paris ainsi que l’article de présentation du DU Droit et technologies du numérique.

Une revue très qualitative, attractive, bien documentée, qui mérite que l’on fasse un petit détour par la rue Soufflot !