Livre objet plumier Armelle Guissani

Livre objet, c’est l’histoire d’un livre qui rêve de changer de vie !

Livre-Objet , définition :

Le Livre-Objet est unique en son genre, en marge de l’édition et des livres communément répandus. C’est un ouvrage dans lequel la structure traditionnelle du livre est mise de côté pour créer un objet dont le contenu, l’image et la forme reflètent l’expression de l’artiste. Il est habituellement conçu et produit par l’artiste. Celui-ci crée une œuvre qui garde parfois l’apparence matérielle du livre, mais en dépasse généralement la forme traditionnelle. Selon ses intentions, il part d’un livre véritable comme matière première ou invente ses propres formes.

(définition empruntée à Lucie Vandevelde (http://lucievandevelde.ultra-book.com/).

Ce qui me plaît dans le livre objet :

  • la désacralisation du livre,
  • l’association de techniques que l’artiste doit maîtriser pour aboutir au livre objet,
  • l’utilisation de l’écriture, les caractères, le fait de chercher à retrouver l’origine du texte,
  • le recyclage, l’idée qu’un livre puisse avoir plusieurs vies.

Armelle Guissani :

Artiste plasticienne d’origine corso-bretonne, elle a réalisé plusieurs livres objets dont le plumier et l’éphéméride.

Pour l’éphéméride, il s’agit de la récupération d’un éphéméride en bois de bureau transformé en mini-livre à feuilleter avec plusieurs « tableaux » qui illustre des pensées autour de la multitude ou de la solitude. Chacun pourra se retrouver dans une page ou dans l’histoire selon son humeur. Utilisation de techniques mixtes (peinture, bricolage, assemblage), extraits de définitions du dictionnaire, véritable papier bulle.

Le plumier a été exposé aux côtés d’autres livres objets à la médiathèque de Plougastel en 2012. L’article du Télégramme décrit cette exposition ainsi : « beaucoup de petites choses y sont emballées, ficelées et méticuleusement rangées, comme autant de petits secrets à imaginer et de mystères à percer.  » Ils parlent bien de mon plumier je crois !

Pour le plumier, Armelle a utilisé des techniques mixtes (peinture, bricolage, assemblage) et de l’écriture instinctive sur le dessus de la boite.


Pour suivre le travail d’Armelle, le mieux est d’être en relation avec elle sur Facebook où elle poste régulièrement ses créations et celles des participants à ses ateliers créatifs :
https://www.facebook.com/armelle.guissani

Livres objet exposition Armelle Guissani à Plougastel

Patricia Dupont, responsable de la médiathèque de Plougastel, et son invitée, Armelle Guissani, à gauche lors d’une exposition des livres objets d’Armelle.

Hérisson et sapin viennent de la boutique Papier bois et coquillages sur A Little Market.

Le hérisson est réalisé à partir d’une vielle BD en couleur, vraisemblablement le journal de Mickey. Il peut servir de porte carte, porte photo.
Le petit sapin, après expertise minutieuse, aurait joué un rôle dans La vie secrète de Dot d’Eileen Campbell mais il garde encore tout son mystère à mes yeux.

http://www.alittlemarket.com/boutique/papier_bois_et_coquillages-576065.html

Maquette de site web

Les 6 étapes du cahier des charges d’un site internet d’avocats

Maquette de site web

L’objectif de cet article est de présenter brièvement les 6 rubriques indispensables d’un cahier des charges de création ou de refonte d’un site internet de cabinet d’avocats.

L’article a été rédigé pour un site internet classique (dit site de présentation ou site plaquette); ceci dit, la plupart des points pourront être utiles y compris dans d’autres cas de figure comme la mise en place d’un blog professionnel, la création d’un site de campagne, la création d’un site en rapport avec un évènement.

 

 

 

1. Présentation / Contexte :

  •     présenter le cabinet y compris à un prestataire informatique qui pourrait ne pas connaître le milieu juridique;
  •     dire pourquoi il faut créer ou refaire un site internet; faire le constat de l’existant.

2. Objectifs de la refonte / Brief :

  •     identifier le public visé;
  •     concurrence : donner des exemples des sites que l’on aime ou inversement des sites que l’on n’aime pas;
  •     décrire le cabinet par plusieurs termes/concepts/idées afin que ces idées permettent d’orienter le prestataire dans sa recherche graphique;
  •     la description de l’ambiance graphique souhaitée peut être l’occasion d’un brainstorming instructif sur comment est perçu le cabinet, quelle image on souhaite véhiculer;
  •     fournir ses propres éléments graphiques (logo, couleur, police, charte graphique, photos…) si ceux-ci existent déjà, sachant que le nouveau site internet est souvent l’occasion d’une création de charte graphique ou d’une nouvelle version de la charte graphique existante;
  •     éventuellement prévoir une prestation graphique complémentaire pour la réalisation d’un logo, d’une charte graphique, de photos professionnelles des locaux, de portraits des avocats, de recherche d’images libres de droit.

3. Contenu du site, fonctionnalités, principes de navigation :

  •     détailler l’arborescence du site à la fois sous forme écrite mais aussi sous forme de schéma;
  •     identifier le nom des futures rubriques et leurs relations;
  •     3 types de pages sont récurrents : La Home, la page intérieure type de contenu, la page CV de l’avocat;
  •     prévoir les fonctionnalités (formulaire, liens vers les réseaux sociaux, moteur de recherche, diaporama, animation…);
  •     pour la partie CV, souvent le cœur du site, prévoir un benchmarking de différentes présentations possibles et choisir celle qui correspond le mieux au cabinet. Quelques critères à prendre en compte : importance de la photo, photo posée ou naturelle, CV rédigé ou sous forme de liste, coordonnées plus ou moins détaillées, liens vers les réseaux sociaux;
  •     prévoir en interne qui rédige ou qui organise la reprise du contenu;
  •     prévoir les différentes versions linguistiques.

4. Spécificités techniques :

  •    prévoir les standards de compatibilité, l’ergonomie, le type de logiciel d’administration (type de Content Management System, CMS), l’aspect responsive design (site dont la présentation s’adapte automatiquement en fonction du support de consultation), l’hébergement et éventuellement l’achat d’un nouveau nom de domaine, le référencement, la sécurité et la sauvegarde, la formation d’un ou plusieurs administrateur(s), la maintenance.

5. Modalités de l’appel d’offres :

  •     dire ce que l’on attend du prestataire sélectionné et indiquer quels types d’information il doit présenter dans sa réponse : présentation, références clients, propositions graphiques, aspects techniques, budget;
  •     éventuellement prévoir une indemnité compensatrice pour le candidat qui participerait à l’appel d’offres mais qui ne serait pas retenu afin de le dédommager du temps passé;
  •     éventuellement donner une fourchette budgétaire pour la réalisation du site.

6. Calendrier :

  •     prévoir un calendrier pour la remise des offres, la sélection de l’agence, le développement du site, la livraison de la maquette fonctionnelle, la saisie des contenus, les tests & recettes, la mise en ligne du site;
  •     ne pas oublier de déclarer le nouveau site auprès de l’Ordre des avocats.
Pile de livres

Fourniture d’ouvrages specimen à un enseignant en droit

Pile de livres

Synthèse du 19 décembre 2012. Mise à jour le 29 avril 2015.

La question

Un avocat de chez Darrois, maître de conférence dans une université parisienne, m’interroge sur les pièces nécessaires à fournir ainsi que sur les coordonnées du service compétent, afin d’obtenir des spécimens d’ouvrages (ouvrages gratuits offert par l’éditeur sous réserve de remplir certaines conditions ou réductions importantes accordées par un éditeur).
En effet, il semblerait que les enseignants soient en mesure de demander quelques spécimens d’ouvrages par an et par éditeur.
Les questions portent sur :
Le nombre d’ouvrages attribués par an ?
Les coordonnées du service où faire la demande.
Les pièces justificatives à fournir à l’appui de la demande.

Les réponses des éditeurs


DALLOZ

En effet, les enseignants ont le droit d’obtenir deux spécimens papier par an pour les ouvrages Dalloz dont un code et un ouvrage universitaire à choisir parmi un certain nombre de collections.

La commande peut se faire directement sur notre espace enseignant en ligne dont je vous fournis le lien: http://www.dalloz-enseignants.fr/ Il faut fournir le justificatif d’enseignement du maître de conférences en question, vous pouvez le joindre en pdf par pièce attachée ou l’envoyer par courrier postal.

Interlocuteur : Hélène HOCH, Directrice éditoriale universitaire, h.hoch@dalloz.fr

DUNOD 

L’enseignant a droit à 2 spécimens gratuits et selon les offres jusqu’à 4 ouvrages (1 seul exemplaire par titre) au Forfait de Mise A Disposition (FMAD) à 12 € frais de port inclus sur une période du 1er avril au 31 mars de l’année suivante dans la limite des stocks disponibles.

Les ouvrages faisant l’objet de spécimen sont des ouvrages parus dans l’année et dédiés au niveau L1, L2. L’enseignant ne peut obtenir un ouvrage en spécimen ou au FMAD que pour la matière et le niveau de son enseignement. Conditions pour demander un spécimen :

Pour demander des spécimens en ligne l’enseignant doit être référencé dans l’Espace des Enseignants du Supérieur et y être « inscrit » c’est à dire qu’il aura fait parvenir aux Editions Dunod un justificatif de sa fonction et de son enseignement.

En savoir plus : http://www.dunod.com/node/667956

EFL

 Voici la procédure pour bénéficier d’un spécimen :

  1. Se rendre sur notre site rubrique « enseignant » :

http://www.efl.fr/etudiants/espace-enseignants.html

  1. Compléter le formulaire de demande en joignant un justificatif d’enseignement à jour.
  2. Il faut compter environ 2 semaines pour la réception de l’ouvrage.

Petite précision, seuls les enseignants en droit, comptabilité et gestion de patrimoine peuvent bénéficier de cette offre.

Elle est limitée à un exemplaire par année universitaire.

Interlocuteur : Emmanuelle CARRAT, Service Communication – Enseignement, e.carrat@efl.fr

LAMY

Un enseignant peut faire sa demande de spécimen (1 ouvrage au choix dans la collection étudiants) du 1er septembre au 31 octobre de chaque année. Il doit s’adresser au Service Marketing (marketing marché) en septembre afin de faire la demande d’un bon de commande « spécimen ». Il peut faire sa demande par courrier.

LAMY demande comme justificatif, une attestation ou carte professionnelle.

Interlocteur : Marlène Germe, mgerme@groupeliaisons.fr

LARCIER

Le Groupe Larcier offre chaque année 5 spécimens de la collection Paradigme dans les matières que vous enseignez : 2 ouvrages totalement gratuits et 3 ouvrages avec une remise de 50 %.
Il n’y a pas d’attestation à fournir mais un formulaire à remplir avec la  matière enseignée, l’établissement. Larcier demande de remplir une  « Fiche Avis » à retourner par mail.

Commander en ligne vos spécimens : http://www.larciergroup.com

Interlocuteur : Nicolas Waryn, nicolas.waryn@larciergroup.com

LEXISNEXIS

Nous offrons en effet aux enseignants des spécimens chaque année. Afin de commander il suffit de se créer un compte sur notre site dédié: http://enseignant.lexisnexis.fr/
De mémoire il me semble que le processus d’inscription inclut la fourniture de la copie d’une attestation prouvant la qualité d’enseignant (Professeur, maître de conférences, chargé de travaux dirigés).
L’offre consiste en 2 ouvrages offerts par an (dont un code bleu), et 3 ouvrages à un prix très réduit. Mais tout est mieux expliqué sur le site.
Interloctueur : Robert Burel via l’assistance far-legal@lexisnexis.fr

LEXTENSO

Depuis des décennies, à travers les marques L.G.D.J, Montchrestien, Defrénois, Joly et Gualino, Lextenso éditions accompagne vos étudiants sur le chemin de la réussite. L’importance de vos conseils dans le choix de leurs lectures est déterminante.

Nous vous rappelons que Lextenso éditions vous offre chaque année 2 spécimens dans les matières que vous enseignez (2 ouvrages sans frais, + 3 à 15 € l’unité au titre des frais de mise à disposition).

Découvrez   notre   programme   éditorial  de   la   rentrée   2014-2015  en  cliquant   ici

Pour toute question, nous demeurons à votre entière disposition :
Lauranne.eiter@lextenso-editions.fr
Tél : 01.40.93.40.22

PRESSES UNIVERSITAIRES DE FRANCE (P.U.F.)

Espace enseignants : Les Presses Universitaires de France vous proposent de recevoir des ouvrages relevant de votre discipline aux conditions suivantes:

Vous choisissez au minimum 5 titres parmi les listes. Vous remplissez le bon de documentation qui figure à la suite de la liste des titres proposés. Une participation forfaitaire aux frais de mise à disposition et d’expédition vous est demandée par ouvrage. Vous joignez une attestation d’enseignement de l’année en cours. En tant qu’enseignant, vous ne pouvez bénéficier de cette offre qu’une fois par an. Vous envoyez votre commande qui comprend le bon de commande, le bon de documentation, l’attestation et le règlement aux PUF à l’attention de la Direction commerciale, 6 Avenue Reille 75014 Paris.

http://www.puf.com/Espace_Enseignants

REVUE FIDUCIAIRE

Possibilité de recevoir un ouvrage gratuit par année universitaire

Commander en ligne : http://www.grouperf.com/etudiant-enseignant/

 

 

 

 

Routard IE 2014

Partir en voyage…avec le guide du routard de l’intelligence économique

Routard IE 2014

Message initialement diffusé sur la liste ADBS-Juridique le 22 janvier 2013, mis à jour en juillet 2014.

 

 

 

 

 

Vu dans Archimag de décembre 2012-janvier 2013, un petit encart sur le Guide du routard de l’intelligence économique.
Mon attention a été attirée par le format (identique aux « véritables » guides du routard !) et la gratuité de ce support disponible en ligne, notamment sur le site de la Délégation Interministérielle à l’Intelligence économique : http://www.intelligence-economique.gouv.fr/ ou ici http://www.intelligence-economique.gouv.fr/sites/default/files/fupload/routard-guide-intelligence-economique.pdf.
Attention, ce guide est une introduction à l’intelligence économique, qui vise à favoriser, par des exemples concrets, sa mise en œuvre au sein des TPE-PME. Il s’adresse donc directement aux entrepreneurs et non aux documentalistes qu’ils n’ont pas !

Il y a d’ailleurs page 30 (édition 2012) dans les conseils pour avoir une veille efficace, un conseil que j’aurais bien complété :

« 3 – Croire qu’une information gratuite ne coûte rien : collecter, traiter, analyser, diffuser une information, même gratuite, mobilise du temps, de l’argent et des ressources…et pendant ce temps, vous ne faites pas autre chose ! »
J’aurais eu envie de rajouter : alors pourquoi pas faire appel à un professionnel de l’information/documentation/veille/IE ? sous réserve d’avoir les moyens bien sûr…

Cet ouvrage rappelle les enjeux de l’intelligence économique et aborde de façon succincte les diverses facettes de la veille : processus, mise en place, types de veille, pièges à éviter…
Côté outils, l’ouvrage recense des dizaines d’applications dédiées à la veille : logiciels professionnels, moteurs de recherche, répertoires, bases de données, titres de presse, bibliographie, etc.

A noter aussi, une liste de formations dispensées en France.

A savoir, il n’y a pas de focus particulier sur la veille juridique.

Si vous imprimez le document sous format livret, il ressemble vraiment à un vrai guide du routard, ce qui pourra amuser vos collègues ou vous faire passer pour un curieux voyageur, au choix !

Bonne lecture !

Database

Droit des assurances, base de données d’indemnités, données chiffrées

Database

 

Message initialement envoyé sur la liste Juriconnexion, le 23 mai 2013.

 

Dans de bien tristes circonstances, à la demande d’une amie, j’ai été amenée à me renseigner sur les indemnités auxquelles peuvent prétendre les proches d’une victime d’un accident de la circulation.
Mon premier réflexe a été de consulter nos bases de données habituelles, les payantes, les très chères…La recherche a été longue et fastidieuse car il m’a fallu lire beaucoup de jurisprudences et changer plusieurs fois les critères de recherche pour tenter de trouver un cas plus ou moins proche. D’autre part, cette solution ne visait que les cas d’action en justice et non les cas de transactions qui sont visiblement les plus courants.
Dans un deuxième temps, j’ai trouvé ce site sur internet que je porte à votre connaissance :

Fichier des indemnités allouées aux victimes d’accidents de la circulation : http://www.victimesindemnisees-fvi.fr/

Plus qu’un fichier, il s’agit d’une véritable base de données que vous interrogez à l’aide de critères et qui vous fournit une liste de cas chiffrés en rapport direct avec votre demande qu’il s’agisse d’une transaction avec la compagnie d’assurances ou d’une action en justice.
Le site est clair et contient même des informations sur la procédure d’offre indemnisation dont  une  » notice destinée aux victimes d’accidents de la circulation mettant en cause un véhicule terrestre à moteur a été élaborée et insérée dans le Code des assurances (article A 211-11) » particulièrement utile.

J’ai été très surprise de trouver un outil aussi performant et surtout gratuit.
Il faut dire que je ne pratique pas le droit des assurances et que j’en étais presque restée sur l’idée de consulter des tableaux chiffrés dans la Gazette du Palais !

Je ne vous souhaite pas d’avoir recours à ce genre de base de données mais si un jour on vous confie une recherche de ce genre, sachez que l’outil existe…et que dans le cas présent un outil gratuit donne des résultats bien plus adaptés que nos outils payants.


Message complémentaire de Michèle Bourgeois, le 24 mai 2013.

Merci Carole pour ce message très intéressant.

La base FVI est effectivement très bien structurée et du coup très efficace.

Sur un sujet connexe mais une base de données qui permet moins de précision dans la recherche, l’ONIAM, Office national de l’indemnisation des accidents médicaux, propose également une base de données jurisprudentielle incluant les préjudices liés à des vaccins ou des médicaments,  outil malheureusement d’actualité avec les procès PIP et Médiator.

http://www.oniam.fr/moteur.php

Il existe également un centre de documentation dédié aux questions d’indemnisation de préjudice corporel, l’AREDOC (Association pour l’étude de la réparation du dommage corporel), qui réunit des assureurs. Toutes les données réunies par cette  association ne sont pas accessibles au public, certaines sont réservées aux membres.

Toutefois, cette association publie des barèmes de référence à comparer avec les tables de la Gazette du Palais :

http://www.aredoc.com/content/textes-de-reference

Sont également publié sur ce site une grille d’appréciation du Pretium doloris et un guide de bonnes pratiques de médecins experts.

Bien cordialement

Michèle BOURGEOIS
Compagnie de Saint-Gobain
Juriste documentaliste / Law librarian
michele.bourgeois@saint-gobain.com

 


Mise à jour du 24 octobre 2014 : AJDC : nouvelle revue numérique en droit du dommage corporel, message diffusé sur la liste Juriconnexion

L’équipe de recherche « Droits, Contrats et Territoires » de l’Université Lumière Lyon 2 en partenariat avec l’équipe de recherche « Droit Privé » de l’Université Jean Moulin Lyon 3 sont heureuses de vous apprendre la création de l’AJDC.

Cette revue bimestrielle, consultable à l’adresse suivante : www.ajdommagecorporel.fr assurera une veille législative et jurisprudentielle du droit du dommage corporel.
Son objectif vise aussi à offrir aux professionnels de la matière, en libre accès, des données chiffrées et récentes sur la réparation du dommage corporel.

Gérard Piaser

Bibliothécaire
Université Lumière Lyon2
Service Commun de la Documentation
10, rue Chevreul
69365 Lyon Cedex 07tél : 04/78/69/77/30
gerard.piaser@univ-lyon2.fr

 

Petit déjeuner 16/07/2014

Les défis de l’avocat à l’ère numérique

Petit-déjeuner organisé par Emilie Vasseur, avocat Counsel, Darrois Villey Maillot Brochier

Compte-rendu de réunion par Carole Guelfucci, Responsable Documentation – Webmaster

Mercredi 16 juillet 2014 à 8h45

Petit déjeuner 16/07/2014

Les défis de l’avocat à l’ère du numérique

Objet : le succès de sites tels que « demanderjustice.com » conduit à s’interroger sur les nouveaux marchés qui s’offrent à notre profession; nous mènerons cette réflexion avec les fondateurs du site qui acceptent de partager avec nous leur expérience et leur regard sur notre profession; au-delà des opportunités commerciales qu’offre Internet, il est important d’investir son identité numérique, c’est-à-dire de construire son profil afin d’éviter de mauvaises surprises lorsqu’on est « googlelisé ».


Intervenants :

Emilie Vasseur, avocat Counsel, Darrois Villey Maillot Brochier

Clarisse Berrebi, avocat associé B&H (Présidente de la Commission Nouvelles technologies du CNB)

Jérémy Oinino, Fondateur de Demanderjustice.com


Consulter le compte-rendu (format PDF) : Les défis de l’avocat à l’ère numérique

logo WP

Créer un site internet en 2014 : WordPress s’impose

logo WP

 

 

Les points forts, les fonctionnalités du logiciel libre WordPress de plus en plus recommandé par les professionnels du web.

 

 

 

Lors d’un appel d’offres concernant la réalisation d’un site internet en juin 2014, 100% des agences web sollicitées nous ont recommandé WordPress.
Ci-dessous, une compilation des arguments en faveur de ce logiciel

Les avantages de WordPress / Les points forts

Simplicité : installation extrêmement simple, simplicité d’administration, simplicité de gestion du contenu, structure de base de données souple et légère, faibles ressources serveurs nécessaires.

Notoriété : notoriété très importante, grande communauté en constante progression, la plus grande communauté de développeurs, intervention de multiples contributeurs, ce système de gestion de contenus motorise aujourd’hui plus de 75 millions de sites web.

Personnalisation : un écosystème de plugins qui permet de répondre à tous les besoins (site map = plan du site, contrôle des liens cassés, SEO = référencement), grande liberté de développement sur-mesure via les plugins, bibliothèque d’extensions très riche.

Design : grand choix de thèmes complets, design et modernes, répondant aux dernières normes et évolutions du web actuel et retro-compatibles avec d’anciens navigateurs.

Documentation : documentation très fournie, ressources en ligne énormes et souvent localisées, si vous rencontrez un problème, une recherche sur le Web vous donnera immédiatement une solution.

Sécurité : sécurité globale, antispam, sauvegardes, protection contre les tentatives de connexion pirates.

Mise à jour : mise à jour en ligne très facile, WordPress est la plateforme qui évolue le plus vite et qui bénéficie du plus grand nombre de nouvelles versions (mises à jour) et qui, à chaque nouvelle version offre de nouvelles fonctionnalités dédiées aux utilisateurs, maintenance légère

Référencement : optimisé pour le référencement naturel avec les bons réglages


Les fonctionnalités offertes par défaut dans WordPress

. La gestion des administrateurs / contributeurs

. La gestion des pages de contenus

. La gestion des liens

. La recherche générale

. La fonctionnalité «mail to» pour postuler ou dans la partie «contact»

Une interface de gestion permet la création de profils avec une gestion des droits.

WordPress permet la gestion des versions adaptées à tous les supports (desktop, tablette, smartphone).


L’administration sous WordPress

Un administrateur central pourra intervenir sur l’ensemble du site et donner les droits à d’autres administrateurs. Les profils seront les suivants:

Le compte administrateur:

qui aura un contrôle total sur les parties administrables du site : contenu, actualités, calendrier, articles, gestion des utilisateurs et des comptes, paramètres.

Le compte rédacteur:

qui aura un contrôle total sur la partie éditoriale du site: articles, contenu, calendrier, aussi bien en ajout / modification / suppression.


L’hébergement

Afin que les données soient conservées en France et protégées, nous recommandons la société OVH reconnue pour sa grande qualité et dont les serveurs sont établis en France.


Consulter l’article (format PDF) : Article sur WP

 

NOTEPAD

La publication ou la mise à jour d’ouvrages en cabinet d’avocats d’affaires

NOTEPAD

Conseils méthodologiques sur la publication d’ouvrage juridique ou la mise à jour d’un ouvrage juridique.

Cette activité permet à l’avocat de développer de la communication sur son expertise dans le respect des strictes règles déontologiques. En période de crise, du temps peut être plus facilement dégagé pour se consacrer aux publications et ainsi mieux se différencier, voir même améliorer son référencement sur internet. Le documentaliste juridique peut apporter son précieux concours notamment pour l’identification et la collectes des sources.

Il ne s’agit pas d’un véritable article mais plutôt de conseils en méthodologie. L’exemple présent concerne la mise à jour d’un ouvrage juridique mais peut s’appliquer pour tout ou partie à la publication d’un nouvel ouvrage, à la rédaction d’articles juridiques, à la mise à jour d’études dans des collections juridiques, voir à la création puis la mise à jour d’un support de cours.

Télécharger l’article (format PDF) : La publication ou la mise à jour d’ouvrages

Touriste par Shiilia & Ed. Jocatop

Bibliotourisme, étrange néologisme pour un loisir culturel en vogue

 

Dessin par Shiilia & Ed. Jocatop

Dessin par Shiilia & Ed. Jocatop

Définition :

Activité qui consiste à visiter une bibliothèque publique pendant ses congés en France ou à l’étranger.

Oui, c’est bizarre…mais pas tant que ça !

Pourquoi ?

  • pour l’intérêt historique et patrimonial de la bibliothèque,
  • pour son intérêt architectural,
  • pour une exposition, pour une recherche, pour un accès à internet ou à la presse locale, pour y glaner une idée ou une pratique professionnelle innovante, par simple curiosité.

Appel à contributions :

C’est là que le réseau internet prend tout son sens car il est plus facile de couvrir le monde à plusieurs…
Devenez-vous aussi « bibliotouriste » ! Si vous visitez des bibliothèques pendant votre temps libre, n’hésitez pas à me communiquer vos impressions et vos photos, nous les publierons ensemble sur ce blog.

Pour l’instant les articles sur ce sujet sont principalement hébergés sur des blogs de bibliothécaires du secteur public mais rien n’empêche les documentalistes du privé de prendre part au jeu ! A vos carnets et appareils photos !

Sur le sujet :

Les dangers du bibliotourisme par Mister Pamp sur le site Notoriousbib : la chronique du film La course contre l’enfer avec une longue introduction sur le sujet, une vraie bonne tranche de rire !

http://notoriousbib.wordpress.com/2013/05/20/les-dangers-du-bibliotourisme/

Et plus sérieusement, la véritable carte interactive des bibliothèques du monde mise en ligne par L’Association des bibliothécaires de France (ABF) pour permettre aux professionnels des bibliothèques de préparer leur bibliotourisme  : http://www.abf.asso.fr/librarymap

Collage autour du thème du carnet de voyage

Collages : l’appel de colle et des ciseaux !

Collage autour du thème du carnet de voyage

Collage autour du thème du carnet de voyage

Un article de deux page dans La Corse votre Hebdo (supplément de Corse Matin du 14 novembre 2003) attire mon attention. Il présente le travail de Jean-Jacques Torre qui expose à la Bibliothèque d’Ajaccio trente-deux de ses collages accompagnés par autant de textes rédigés par des auteurs insulaires, amis de l’artiste. Ne pouvant faire le déplacement (ce n’est pas l’envie qui m’en manquait), j’achète le catalogue de l’exposition par correspondance. A sa réception, le choc est grand, tellement les images sont fortes tout comme leurs interprétations littéraires.

Au même moment, je reçois le n° 6 du magazine Idées de Scrap (magazine de scrapbooking, le scrapbooking étant le terme américain qui désigne l’art de mettre en valeur ses photos dans des albums créatifs). J’y trouve une annonce pour un atelier de collages animé par Luc Favard. Le « bonhomme » contacté aussitôt par téléphone me semble sympathique, son travail fait même l’objet d’un article dans le magazine Psychologies de décembre 2003, rubrique épanouissement (c’est peu de le dire…) « Collages : des petits papiers pour recoller sa vie » par Pascale Senk, magazine que justement j’achète depuis peu. Je décide donc de m’inscrire à un stage avec Luc Favard qui se déroulera sur un week-end à Saint-Mandé (94) en janvier 2004.

Comme le dit Luc Favard, pendant la présentation du stage, le collage est souvent en nous depuis l’enfance. Découper, coller, assembler à quelque chose de très enfantin, de très obsessionnel aussi (pas de problème sur ce point en ce qui me concerne, j’assume !). Assemblage à la fois enfantin et sensuel, le collage se révèle finalement être un très bon moyen d’expression de la créativité et de nos sentiments intimes. Cet art est ouvert à tous et à chacun, sous réserve d’un minimum de patience, pas besoin de beaucoup de matériel, ni de beaucoup de technicité pour se lancer. Pour Jean-Jacques Torre s’est même devenu « une nécessité qui fait partie des « choses élémentaires de la vie » ». Je n’irais pas jusque là mais il est vrai que j’avais déjà tendance à découper, classer, coller et que la tendance va sans aucun doute s’aggraver ! Après un stage d’un week-end l’apprentie colleuse ne voit plus les magazine du même œil : les publicités me font de l’œil, les titres sont autant de slogans potentiels, les couleurs des papiers glacés autant d’inspiration. Comme le dirait Luc Favard, j’ai envie de m’Immerger dans les magazines, de m’Inspirer de cette profusion d’images et de mots, d’Imaginer des formes, d’Inventer des histoires, de faire cligner mon Iris de prêt comme de loin pour voir ce que cela donne : bref, je suis mordue !

En savoir plus :

Luc Favard, artiste, concepteur de collages, propose des ateliers sur un ou deux jours à Paris et Saint Mandé (94). Pour lui créer un collage c’est à la fois un art et une recherche en soi. Très patient, psychologue et attentif, il guide chaque stagiaire vers le meilleur de lui-même. Il propose dans son atelier à la fois les conseils techniques, des idées sur les couleurs et la créativité ainsi qu’un accompagnement dans le déchiffrement des symboles et des émotions que ne manquent pas de provoquer ce travail. Une formidable expérience que je ne peux que vous recommander.

Les collages de Luc Favard évoquent pour moi « une ronde d’images », pureté des formes, complémentarité des couleurs.

Pour une présentation du travail de Luc Favard lors d’une exposition  : Entretien avec Luc Favard (2013)

Je veux me montrer, je veux te montrer
Qui tu es aujourd’hui de tout temps

Tire le fil des mouvements des formes et des couleurs,
Suis le sens et l’inspiration
Alors tu sauras
Les peuples qui t’habitent,
Les forces qui t’unissent

Sous tes doigts et tes yeux compositeurs
Appelle, découvre,
Crée et retrouve
La réalité de ton être
Qui inlassablement cherche
A se donner à voir

Tu pourras alors reconnaître ta beauté
Le mouvement circulaire
Vivant et infini
De ta forme dépassant la forme.
L’épouse adorée
D’un fond sans fond
Une spirale dessinant
Le dessein d’un chaos ordonné

Luc Favard, le 21 mars 2006.


Jean-Jacques Torre, ancien enseignant, journaliste audio et de télévision, il est venu au collage à la suite d’un pari avec un ami.

J’ai beaucoup aimé son idée de faire interpréter son propre travail par d’autres artistes insulaires. Les collages de Jean-Jacques Torre sont autant de petites histoires. Proches de l’actualité, ils témoignent d’un regard différent sur le monde. Regard obsédé par quelques pièces principales fortes, parfois douloureuses, souvent mystiques autour desquelles s’articulent une mosaïque de petites pièces dans un camaïeu de couleurs toujours en harmonie.

Les références du catalogue de l’exposition à la bibliothèque d’Ajaccio :

Jean-Jacques TORRE. – La convocation : collages & textes. – Ajaccio : Albiana, 2003. – 65 pages.

Heures de colle, le chemin de croix selon Jean-Jacques Torre par Marie-Joseph Arrighi-Landini in Terra Corsa n°30 avril-mai-juin 2010, pp. 82-86.


Quelques références bibliographiques

Articles :

– P.G. – « Comment les images peuvent nous guérir. – Elles, 13 octobre 2003.
– Pascale SENK. – « Des petits papiers pour recoller sa vie ». – Psychologies Magazine, Décembre 2003, pp. 94-98.
L’article qui m’a fait connaître les ateliers de Luc Favard.
– Christine ORBAN. – « Laissez coller les petits papiers ». – Enjeux Les Echos, décembre 2005. – pp. 134-137.
Remarquablement écrit, et pour cause, l’auteur est écrivain. Elle y parle de ses collages qu’elle réalise le soir, une fois les pages écrites et les enfants couchés, dommage on ne les voit pas. « Tour à tour, profond et léger, les collages, ces « choses vues » comme disait Prévert et « revues », ces déplacements d’objets, qui en modifient le sens, il suffit de coller des ailes à une Caravelle pour lui donner des airs ! C’est beau une Caravelle avec des ailes… »

Ouvrages :

– Martin MONESTIER. – L’Art du collage. – Paris : Dessain et Tolra, 2002. – 94 p.
– Jean-Jacques TORRE. – La convocation : collages & textes. – Ajaccio : Albiana, 2003. – 65 p.
– Pierre-Jean Varet. – L’art du collage à l’aube du vingt et unième siècle. – Paris : Artcolle, 2006. – 150 p.
– Pierre-Jean Varet. – Les techniques de l’art du collage à l’aube du vingt et unième siècle. – Paris : Artcolle, 2006. – 139 p.
Voir aussi les ouvrages relatifs au scrapbooking qui peuvent inspirer :

En principe le scrapbooking répond à des règles précises qui ne font pas bon ménage avec le collage. En effet, on utilise ses photos et non celles des autres, les pages sont réalisées au format 30×30, etc…tout ceci n’est que supercherie marketing ou effet de mode importés directement des Etats-Unis pour faire dépenser des sommes folles à des femmes créatrices avides de nouveautés (mon opinion). Rien n’empêche de mêler collages et techniques de scrapbooking. Certains outils de scrapbooking peuvent vraiment aider dans la pratique du collage. Quelques titres (sélection non exhaustive) :

– Marie-Dominique GAMBINI. – Faites du scrapbooking avec Histoires de pages…et vos photos prendront vie !. – Lyon : Histoires de pages, 2002. – 104 p.
– Martine CARLIER, Marie-Sophie SIMON. – Scrapbooking, mettez en scène vos photos. – Paris : Editions Fleurus, 2003. – 80 p.
– Martine CARLIER, Marie-Sophie SIMON. – Nouvelles techniques de scrapbooking. – Paris : Editions Fleurus, 2004. – 79 p .
– Juliane CORDES. – Instants de vie mis(e) en page. – Rennes : Editions Ouest France, 2005. – 100 p.

ou encore d’autres techniques comme :

– Nicolas PIROUX. – Cartes et faire-part à faire soi-même. – Paris : Dessain et Tolra, 2000. – 64 p.
– Marie et Christian LEFEBVRE. – Albums souvenirs à faire soi-même. – Paris : Dessain et Tolra, 2002. – 64 p.

Revues :

– Idées de scrap : le magazine du scrapbooking, trimestriel, NL Editions. Très orienté scrapbooking et malheureusement très américanisé mais peut donner des idées pour le collage. La revue aborde parfois le thème du collage.
– Pratique des Arts : « Le collage : 15 gestes clés à la manière de Matisse et Picasso », dossier inclus dans le N° 79 (21 mars-23 mai 2008).
Plus qu’un véritable dossier au sens exhaustif du terme, il s’agit surtout d’un article sous forme de portraits de quatre artistes collagistes aux styles différents. Les liens entre le collage, le carnet de voyages et l’art postal y sont clairement visibles.

Voir aussi :

http://www.artducollage.com : le site de Pierre-Jean Varet, artiste à l’origine de l’association internationale Artcolle, du Salon du collage ainsi que d’un musée consacré à cet art. Dans ses deux livres (voir références ci-dessus), Pierre-Jean Varet raconte l’histoire de cette pratique utilisée par tous les grands artistes modernes et part à la rencontre des praticiens d’aujourd’hui (premier livre) puis il propose de découvrir les recettes de l’art du collage et tente de stimuler la créativité de ses lecteurs par une centaine de reproductions d’artistes sous forme de galerie (second livre). Sur son site internet, il communique des informations sur son association, sur ses publications, sur les stages qu’il organise et offre une vitrine à d’autres artistes collagistes.

http://www.completement-timbrees.com/ : association d’art postal dont il est question dans l’article sur le collage publié par Pratique des Arts (voir ci-dessus). Cette association a pour but de promouvoir l’art du collage et particulièrement l’art postal ou mail art, d’animer des ateliers, des stages, des conférences.