Bibliotourisme à Lisbonne

Notre petit séjour de 4 jours à Lisbonne en mars 2015 ne prévoyait pas d’étape « bibliotouristique » et pourtant, elles se sont imposées à moi. Voilà comment.

La vertigineuse bibliothèque du Palais Quita da Regaleira à Sintra

bibliothèque du Palais Quita da Regaleira à Sintra

La vertigineuse bibliothèque du Palais Quita da Regaleira à Sintra

Tout d’abord en visitant Sintra et son palais Quita da Regaleira (www.regaleira.pt). Ce palais néomanuelin est surtout connu pour ses jardins et leur parcours initiatique s’inspirant de la symbolique maçonnique. Il ne faut pas manquer dans le palais (je souligne car nous l’avons précisément manqué ce qui nous a valu un aller-retour au pas de course pour terminer la visite) la curieuse bibliothèque sans fin. Il s’agit d’une petite pièce presque entièrement dans le noir avec une bibliothèque qui  la couvre entièrement du sol au plafond. Jusque là rien d’anormal sauf que des miroirs sont fixés au sol sur tout le pourtour de la bibliothèque ce qu’il fait qu’elle se reflète à l’infini et qu’elle donne donc le sentiment d’un puits de connaissances sans fin. Avec ou sans flash, cette vertigineuse sensation est impossible à photographier. Qu’importe c’est une expérience à vivre ! Hallucinant !

L’exposition temporaire A humanistic Library au Musée Calouste Gulbenkian

Lisbonne - A humanistic Library

Lisbonne – A humanistic Library, Musée Calouste Gulbenkian

Cette exposition concerne le bibliophile collectionneur José V. De Pina Martins (1920-2010). Il avait coutume de dire : « Objects seek out the people who love them » notamment lorsqu’il faisait l’acquisition d’un nouveau livre rare pour sa bibliothèque. Il disait même : « When we wish very much for something, sooner or later it will find its way into our hands ». Bon, ça c’est tout de même une grosse excuse bidon pour justifier des dépenses chez des libraires spécialisés mais ce n’est pas une fille qui a des centaines de pacotilles qui va lui jeter la pierre ! Ceci dit, c’est un principe que l’on peut retenir car en effet, lorsque vous vous intéressez à un sujet et que vous le faites savoir, l’information vient parfois à vous presque naturellement. D’autre part, le phénomène de sérendipité (on y revient toujours !) est parfois tellement présent qu’il conduit à se retrouver dans la collection d’un bibliophile humaniste alors qu’au départ vous étiez venus au Musée pour admirer sa collection Lalique !

José V. De Pina Martins :
A minha biblioteco foi, pelo menos par mim, uma verdadeira historia de amor.
My library was, at least for me, a true love story.

Exposition temporaire jusqu’au 26 mai 2015, Musée Calouste Gulbenkian, Lisbonne (www.museu.gulbenkian.pt)

La Librairie Ferin (depuis 1840) à Lisbonne

Et je garde le meilleur pour la fin. Quelques heures avant notre départ et après avoir fait les dernières courses, nous prenions le chemin de l’hôtel quand nous sommes tombés en arrêt devant la vitrine de la librairie Ferin (70-74 R. Nova do Almada, Lisbonne). Une vitrine entièrement consacrée aux bibliothèques et à leurs amoureux avec des livres en français, en anglais, en italien, en portugais et quelques petits objets en rapport avec l’écriture, la lecture. Et au milieu de cette vitrine, un beau livre récent (novembre 2014), 3ème édition du titre Libraries, wonders of Portugal par Liborio Manuel Silva (CentroAtlantico.pt). Cet ouvrage m’avait justement été recommandé avant mon départ pour Lisbonne par une collègue documentaliste.
L’occasion était trop bonne. Nous rentrons dans la librairie et j’avise le libraire que je suis intéressée par la version anglaise de l’ouvrage. Dans la mesure où il parle un charmant français, je lui confie que je suis moi-même documentaliste et que j’aime les bibliothèques (et les librairies) surtout lorsque les livres qui en parlent me tombent littéralement dans les mains ! (cf. la visite précédente). Et comme il ne doit pas rencontrer des touristes bibliophiles tous les jours, il nous propose gentiment de visiter les parties secrètes de la librairie, à savoir, une immense cave voûtée qui héberge une vaste salle de conférence et plusieurs trésors : un meuble à casses d’imprimerie, des fers à relier, une presse (à relier ou à photocopier d’après lui), une machine à écrire de marque Remington au dessus d’un coffre fort sur roulettes et une mini-exposition dédiée à l’écrivain poète Fernando Pessoa. Le jour de notre passage une séance de dédicaces était prévue le soir même.
C’est donc avec regret que nous avons quitté ce très sympathique libraire, avec sous le bras et précieusement emballé, la promesse de visiter les plus belles bibliothèques portugaises. Si vous êtes de passage à Lisbonne, en manque de lecture (vaste rayon français achalandé des dernières nouveautés), je ne peux que vous recommander de rendre visite à la librairie Ferin. Elle date certes de 1840 mais elle fait en sorte d’être toujours dans la course pour appâter le lecteur avec de belles vitrines thématiques et une salle de conférence digne d’une médiathèque publique.
Merci à Monsieur Joao Paulo Dias Pinheiro pour le temps qu’il nous a consacré (www.ferin.pt)

 

Dans un autre genre, voir aussi Lx Factory, 103 rua Rodrigues Faria : immense friche industrielle sous le pont d’Alcantara, réinvestie par des créateurs de bijoux, de mode, de design, et riche en murs peints et échoppes + fantastique librairie. Non visitée lors de notre séjour. Pour une prochaine fois ! www.lxfactory.com

Print Friendly, PDF & Email
0 réponses

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] Stockholm à Lisbonne, en passant par Bruxelles, d’une bibliothèque de monastère à une bibliothèque universitaire, […]

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *