Articles

Nuage de mots pour Sérendipidoc

Le concept de sérendipité

Nuage de mots pour Sérendipidoc

J’ai déjà expliqué dans ma présentation du site d’où venait le nom de ce blog Sérendipidoc.

Pour retracer dans le détail, la véritable genèse de l’idée, voici ci-dessous l’histoire de ma démarche et une bibliographie sélective sur ce sujet.

Un samedi matin, dans la librairie de ma ville (de banlieue parisienne), je suis tombée sur l’ouvrage suivant :

Sylvie Catellin. - Sérendipité, du conte au concept . – Paris : Seuil, 2014. - (Science ouverte). – 264 p. ISBN 978-2021136821

Sylvie Catellin. – Sérendipité, du conte au concept . – Paris : Seuil, 2014. – (Science ouverte). – 264 p. ISBN 978-2021136821

http://www.seuil.com/livre-9782021136821.htm

J’ai été attirée par l’ouvrage parce que je connaissais le terme. A vrai dire, j’étais surprise de le voir exposé parmi les nouveautés. C’était bien la preuve que ce libraire avait de la ressource et d’autres choses à nous proposer que les best-sellers de l’année. Je n’en doutais pas, c’est d’ailleurs pour cela que je le fréquente, mais ça m’a fait plaisir de le vérifier à cette occasion. Rien ne vaut le travail de sélection des libraires, un peu d’encouragement pour cette profession en passant. Il faut dire que ce libraire là serait le grand spécialiste du concept. Si je n’ai pas acheté l’ouvrage en passant ce samedi matin de mai 2014, le Père Noël, qui connait bien mes goûts, s’en est chargé pour Noël 2014. Qu’il en soit remercié ! Voir ma chronique sur ce livre.

En rentrant chez moi, j’ai cherché à rafraîchir mes connaissances sur le sujet et j’ai trouvé, la fiche Wikipédia plutôt bien faite :

Fiche Wikipédia Sérendipité : http://fr.wikipedia.org/wiki/S%C3%A9rendipit%C3%A9

Puis j’ai consulté d’autres articles en ligne que vous trouverez ci-dessous.

Il s’agit d’une bibliographie en ligne non exhaustive sur le concept de Sérendipité par ordre chronologique de publication.

Je la mettrai à jour (en mettant à jour l’article) à chaque nouvelle trouvaille sur le sujet en essayant de me concentrer sur l’angle Sérendipité et sciences de l’information et de la communication (recherche documentaire).

Bonne lecture ! N’hésitez pas à me faire part de vos découvertes.

Ingénieries de la sérendipité par Olivier Ertscheid, 3 février 2010

http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2010/02/ingenieries-de-la-serendipite.html

Déjà en 2010 ! A mon sens l’article fondateur de l’étude de la sérendipité appliquée aux sciences de l’information par un expert du domaine.

Marie-Anne Paveau. Ce lumineux objet du désir épistémique. Article accompagnant l’édition critique du conte Les aventures des trois princes de Serendip, 2011, pp.225-243. <hal-00596738>

https://hal.archives-ouvertes.fr/file/index/docid/596738/filename/serendipiteMAP.pdf

Ne surtout pas s’arrêter au titre qui peut sembler barbare, l’article est limpide. Je tire la même conclusion que l’auteur : « bien plus qu’un hasard, la sérendipité est une philosophie et une manière de vivre ».

Karine Aillerie. – Pratiques juvéniles d’information : de l’incertitude à la sérendipité, Documentaliste-Sciences de l’Information 2012/1 (Vol. 49), p. 62-69. DOI 10.391/docsi.491.0062

http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=DOCSI_491_0062

Résumé : La sérendipité peut-elle être considérée comme une compétence ? À travers les propos d’une cinquantaine de collégiens et lycéens recueillis lors d’une enquête réalisée en 2008, Karine Aillerie étudie les comportements des jeunes internautes lors de leurs recherches d’information sur Internet. Loin de ressentir un sentiment d’incertitude, certains se laissent tenter par le chemin des écoliers sur les sentiers sinueux d’Internet ; d’autres au contraire ont peur de s’y perdre et n’osent s’aventurer hors des parcours balisés. Cette aptitude à accepter d’aller vers l’inconnu, à être ouvert à de nouvelles découvertes, cette ouverture à la sérendipité, raffermit ces adolescents dans une attitude de recherche plutôt que de résultats.

Intéressant à lire, même si l’on a pas d’adolescents à la maison. « Cette aptitude à la sérendipité s’associe par ailleurs étroitement, et logiquement, avec le réflexe de garder une trace de quelque chose que l’on a trouvé et que l’on pense pouvoir être utile ».

Marie-Anne Chabin. – Sérendipité in Sérendipité et autres curiosités, ELP Éditeur, 2013

http://www.marieannechabin.fr/2012/03/serendipite/

Dans le recueil qui réunit 59 billets du blog de Marie-Anne Chabin postés entre 2011 et 2012, la sérendipité correspond au chapitre 40 et donne aussi son titre au recueil. Ce billet étant également disponible en ligne dans sa version de publication d’origine, c’est un vrai bonheur de le partager avec vous car ce texte est une pure merveille.

La sérendipité sur Internet : égarement documentaire ou recherche créatrice? Par Eva Sandri in Revue Cygne Noir, n°1/2013

http://www.revuecygnenoir.org/numero/article/la-serendipite-sur-internet

Le deuxième article fondateur sur sérendipité et recherche documentaire.

La sérendipité ou comment trouver un contenu utile sans l’avoir cherché par rigthbrainme, publié le 12 septembre 2014

http://right-brain.me/2014/09/12/la-serendipite-ou-comment-trouver-un-contenu-utile-sans-lavoir-cherche/

Faire de la sérendipité un atout marketing et de communication digitale ou comment faire évoluer son entreprise (et sa carrière) en provoquant la sérendipité avec des exemples, passionnant !

La sérendipité : une pratique informationnelle pas si hasardeuse, publié en avril 2017

http://www.reseau-canope.fr/savoirscdi/index.php?id=3023

Une interview de Florence Canet auteur de la thèse Veilleur 2.0 : d’une pratique professionnelle à une activité ordinaire par Savoirs CDI, ressources professionnelles pour les enseignants-documentalistes. L’article revient sur le rôle de la sérendipité dans le processus d’acquisition de l’information, sur la capacité des usagers à en faire bon usage et sur l’influence de l’environnement numérique sur ce processus informationnel.


 

Dernière mise à jour de l’article : 6 avril 2017

Ombelle

Sérendipidoc évolue

Ombelle

Chers lecteurs, Sérendipidoc, le blog de la sérendipité documentaire évolue.

Nouvel habillage

Le nouveau thème correspond à une petite envie de changement. A cette occasion, l’arborescence du site a été revue et simplifiée.

Nouveau logo

Traduire la sérendipidté en images n’est pas simple
J’ai pensé à un motif dessiné d’ombellifère.
Cette plante symbolise pour moi la connaissance (le pissenlit est le symbole d’une marque de dictionnaires) et sa diffusion. J’y vois aussi une notion de réseau.
J’aime son côté art déco et épuré.
Fabrice Court a traduit ma demande en image. Merci à lui.

Ligne éditoriale

Sérendipidoc, c’est plus de 200 articles au moment de la refonte du site en mars 2017.
De la documentation (juridique), de la communication (juridique) et toujours quelques articles plus personnels sur des sujets en rapport avec le monde des bibliothèques ou avec l’écrit.
Pour plus de détails sur la ligne éditoriale voir A propos.

Partenariat

Ce blog est un blog bénévole et indépendant, entièrement financé par mes propres deniers. Vous n’y trouverez aucune publicité.
Sous réserve qu’ils soient en rapport avec ma ligne éditoriale…
…Je n’ai rien contre le fait de recevoir gratuitement des ouvrages à chroniquer.
De même, si vous souhaiter porter un service ou un produit à ma connaissance, je suis à votre écoute mais sachez que je n’en parlerai que si je suis convaincue de leur intérêt.
Je suis également à votre disposition pour toute intervention lors de conférence, colloque, table ronde, sous réserve que le sujet soit en rapport avec mon expertise.
Si vous souhaitez publier ponctuellement un article en rapport avec la thématique du blog mais que vous ne disposez pas de votre propre espace de publication sur internet, sachez que je peux héberger votre article ou collaborer à l’écriture d’un article commun.

Crédit

Je remercie Fabrice Court pour son implication à mes côtés. Grâce à son expertise, je peux me concentrer sur l’écriture des articles et leur diffusion et c’est bien la partie que je préfère sur le blog !

Remerciements

Je remercie enfin mes fidèles lecteurs depuis 2014.
N’hésitez-pas à commenter les articles afin d’enrichir le débat ou de compléter mes propos.
Les partages des articles sur les réseaux sociaux sont les bienvenues.
Vous pouvez vous inscrire à la Newsletter pour recevoir les articles dès leur parution.
Envie d’en savoir plus ? Vous pouvez m’envoyer un message à cguelfucci [at] free.fr

Sérendipidoc Carte de visite

Sérendipidoc a un an

Le 17/09/2015 Sérendipidoc fête ses 1 an !

Princes de Sérendip

L’Alphabet numérique parle de Sérendipité dans son émission du 8 mars 2015

L’Alphabet numérique, émission de France Culture, a évoqué le terme Sérendipité dans son émission du 8 mars 2015.
Si vous voulez en savoir plus sur le terme, sans pour autant lire un traité entier sur le sujet (je peux comprendre car ce n’est pas forcément simple !), retrouvez le podcast de l’émission ici :

http://www.franceculture.fr/emission-l-alphabet-numerique-serendipite-2015-03-08

Princes de Sérendip

Les princes de Sérendip

 

La sérendipité, c’est le fait de faire une découverte de manière accidentelle. Le terme a connu une renommée nouvelle avec internet, caractérisant cette pratique numérique fondatrice du web qui consiste à errer, de manière plus ou moins productive, d’information en information, de site en site, de lien en lien. Que recouvre exactement la notion aujourd’hui ? Décryptage avec Francis Balle. 14 minutes.

En savoir plus sur l’invité Francis Balle : http://www.franceculture.fr/personne-francis-balle.html

Merci à ma collègue documentaliste Isabelle Brasseur pour sa veille attentive sur le sujet.

Sylvie Catellin. - Sérendipité, du conte au concept . – Paris : Seuil, 2014. - (Science ouverte). – 264 p. ISBN 978-2021136821

Retour sur Sérendipité, du conte au concept par Sylvie Catellin

Un samedi matin, dans la librairie de ma ville (de banlieue parisienne), je suis tombée sur l’ouvrage suivant :

Sylvie Catellin. – Sérendipité, du conte au concept . – Paris : Seuil, 2014. – (Science ouverte). – 264 p. ISBN 978-2021136821

http://www.seuil.com/livre-9782021136821.htm

Sylvie Catellin. - Sérendipité, du conte au concept . – Paris : Seuil, 2014. - (Science ouverte). – 264 p. ISBN 978-2021136821

J’ai été attirée par l’ouvrage parce que je connaissais le terme. A vrai dire, j’étais surprise de le voir exposé parmi les nouveautés. C’était bien la preuve que ce libraire avait de la ressource et d’autres choses à nous proposer que les best-sellers de l’année. Je n’en doutais pas, c’est d’ailleurs pour cela que je le fréquente, mais ça m’a fait plaisir de le vérifier à cette occasion. Rien ne vaut le travail de sélection des libraires, un peu d’encouragement pour cette profession en passant. Il faut dire que ce libraire là serait le grand spécialiste du concept. Si je n’ai pas acheté l’ouvrage en passant ce samedi matin de mai 2014, le Père Noël, qui connait bien mes goûts, s’en est chargé pour Noël 2014. Qu’il en soit remercié !

Au libraire avec qui j’ai échangé longuement sur le sujet et qui m’a « vendu » ce livre comme étant le meilleur qu’il avait lu sur ce concept et le plus didactique, je dirais qu’il est un bon commerçant ! Pour être complètement honnête, j’ai eu du mal à le lire. Ce n’est pas vraiment le genre d’ouvrage qui vous détend après une rude journée de recherches juridiques complexes, même si l’on s’intéresse au mot.

  • Grâce au premier chapitre : « A l’origine du mot sérendipité : un motif fictionnel millénaire », je connais mieux le conte persan et sais mieux l’expliquer.
  • Le chapitre deux : « Interpréter les indices : science, littérature et réflexivité » m’a un peu perdue je dois dire mais il a eu le mérite de faire le lien entre sérendipité et littérature policière.
  • Le chapitre trois : « Le rôle du hasard dans la découverte scientifique« , m’a passionnée, contre toute attente, moi qui n’ai pas du tout l’esprit scientifique. C’est sans doute le chapitre où les applications de la sérendipité dans le domaine de la recherche scientifique sont les plus palpables et concrètes.
  • Le chapitre quatre : « Programmer l’inattendu : cybernétique et sérendipité » est celui qui concerne le plus le professionnel de l’information du fait de l’étude du concept depuis l’arrivée d’internet.
  • Dans la conclusion : « Du symptôme au concept : pour une politique créative de la recherche », l’auteur revient sur la recherche scientifique.

Quelques citations

Honoré de Balzac : « Les niais appellent ces foudroiements de la pensée un hasard, sans songer que le hasard ne visite jamais les sots », Théorie de la démarche, 1833

Charles Nicolle : « Le hasard ne sert que ceux qui savent le capter », Biologie de l’invention, 1932

« En fait, ce n’est jamais par simple hasard que l’on fait des découvertes, même celles qui consistent, en chinant dans une brocante, à trouver l’objet rare ou inattendu. Les connaisseurs, chercheurs de livres anciens ou d’objets d’art, bibliophiles ou antiquaires, sont capables de repérer immédiatement, sur plusieurs mètres carrés d’exposition, l’endroit précis où ils sont susceptibles de trouver quelque chose d’intéressant. L’œil est exercé, les connexions se font automatiquement. (p. 132) » [Celle-ci elle me parle !]

« L’appréhension d’un fait inattendu suppose au moins la réceptivité à l’inattendu et la décision d’y prêter méthodiquement attention. Par sa morphologie, le mot serendipity confirme d’ailleurs cette acceptation. Le suffixe « -ity » est en effet le seul en anglais avec « -ness » à signifier une qualité en même temps qu’un pouvoir. (p. 133) »

Quelques définitions (autres citations)

Horace Walpole (écrivain anglais, lettre du 28 janvier 1754) : « découvrir, par hasard et sagacité, des choses que l’on ne cherchait pas » (p. 21)

Walter B. Cannon (physiologiste et professeur à la faculté de médecine de Harvard, 1871-1945) : « c’est la faculté ou la chance de trouver la preuve de ses idées de manière inattendue, ou bien de découvrir avec surprise de nouveaux objets ou relations sans les avoir cherchés ; les germes des grandes découvertes flottent constamment autour de nous, mais ils ne prennent racine que dans des esprits bien préparés à les recevoir (p. 127) »

Voir aussi les cinq définitions de la sérendipité (1952-1987) page 177.

« Pour les bibliophiles, c’est notamment le phénomène maintes et maintes fois observé qui consiste à chercher un ouvrage sur les rayonnages de bibliothèque et à trouver son bonheur en feuilletant le livre à côté de l’ouvrage recherché. [Si l’on remplace bibliothèque par librairie, je comprends pourquoi mon libraire adhère au concept, c’est moi qui souligne]. Pour les internautes naviguant sur la Toile, un siècle plus tard, c’est la découverte de liens inattendus ou incongrus menant à l’information recherchée, ou bien celle des vertus d’une curiosité attentive permettant d’ouvrir en chemin les portes vers de précieuses trouvailles (p. 195). »

« A l’instar de l’anglais serendipity, le mot français sérendipité a donc pris deux acceptations divergentes : une acceptation courante mais appauvrie (la découverte par hasard) dont témoignent les usages commerciaux ou publicitaires du terme, et une acceptation savante (l’art de découvrir en prêtant attention à l’inattendu et en l’interprétant), qui implique une réflexivité et une créativité (p. 199) »

Conclusion

Je suis contente de l’avoir lu et j’en tire même une certaine satisfaction. Finalement, c’est un livre qui s’adresse à tous : littéraires, scientifiques, curieux. Il suffit d’avoir la motivation pour suivre.

Si comme l’auteur vous pensez que « ce savoir ancestral est un savoir d’avenir« , ce livre est fait pour vous.

Je remercie l’auteur, le libraire et le Père Noël d’avoir élevé mon esprit le temps de cette lecture.

Je profite de cette conclusion pour souhaiter aux lecteurs de ce blog d’agréables découvertes sérendipiennes (et oui c’est l’adjectif !) ici ou ailleurs.
Attention, le processus a sans doute déjà commencé à l’insu de votre plein gré !

Organiser sa veille sur Internet : au-delà de Google... Outils et astuces pour le professionnel / Xavier Delengaigne. - 2e édition. - Paris :Eyrolles, 2014. - 299 p. - (Accès libre). - ISBN 978-2-212-13945-7

Organiser sa veille sur Internet par Xavier Delengaigne

Organiser sa veille sur Internet : au-delà de Google... Outils et astuces pour le professionnel / Xavier Delengaigne. - 2e édition. - Paris :Eyrolles, 2014. - 299 p. - (Accès libre). - ISBN 978-2-212-13945-7Organiser sa veille sur Internet : au-delà de Google… Outils et astuces pour le professionnel / Xavier Delengaigne. – 2e édition. – Paris : Eyrolles, 2014. – 299 p. – (Accès libre). – ISBN 978-2-212-13945-7

Pour commencer, un livre qui aborde dans son chapitre Bien préparer sa recherche le concept de Sérendipité gagne forcément ma sympathie.

La sérendipité : quel mot compliqué !
Bien souvent, lorsque nous nous lançons dans des recherches sur le Web, nous trouvons au fil de nos pérégrinations des informations intéressantes bien que non souhaitées au départ. Ce heureux processus porte un nom compliqué de prime abord : la sérendipité.
« La sérendipité est l’art de découvrir, inventer et créer ce à quoi on ne s’attend pas. » La sérendipité n’est pas le strict hasard. Le terme tirerait son origine d’un conte persan d’Amir Khusrau, narrant les pérégrinations des trois fils du roi de Serendip (p. 33).

L’avantage indéniable de l’ouvrage est de présenter de façon très claire sur un même support toutes les étapes de la veille de la préparation de la recherche, en passant par la collecte des données puis par leur analyse avant leur diffusion.

L’inconvénient : bien que l’ouvrage soit récent (2014), il se périmera vite, pas forcément du côté des méthodes mais surtout en ce qui concerne les outils analysés. Attention, quelques mentions de feu Google Reader de-ci, de-là.

L’ouvrage reste toutefois un bon moyen de mettre à jour ses connaissances, d’en savoir le minimum sur un outil avant de se lancer dans son apprentissage, de découvrir des sources pas toujours facilement identifiables ou de repérer quelques astuces inédites pour améliorer son efficacité.

A noter, l’auteur, Xavier Delengaigne est notamment formateur en cartographie de l’information (mind mapping). De ce fait, il en parle à plusieurs reprises schémas à l’appui : dessiner la carte mentale de votre recherche par mots-clés (p. 31), modèle de plan de veille e-marketing sous forme de carte mentale (p. 38), diffuser sa veille à l’aide d’une carte mentale (pp. 249-251). Personnellement je trouve l’idée assez fascinante même si à ce jour je n’en ai pas encore l’usage.

J’ai l’intention d’utiliser cet ouvrage pour me familiariser avec Evernote et revoir quelques fondamentaux sur Diigo.
En revanche, je ne suis pas d’accord avec l’auteur sur le fait que Yahoo! Pipes est un outil simple d’utilisation (p. 128). A chaque fois que j’ai eu l’occasion d’avoir une démonstration de Yahoo! Pipes en atelier veille, les personnes en charge de la démonstration, tous des « geeks acharnés », ne manquaient pas d’indiquer la difficulté de prise en main de cet outil.

L’ouvrage peut se lire d’une traite ou par un accès très simple directement à l’outil recherché grâce à une table des matières et à un index très détaillés. Les copies d’écran, figures, tableaux, avis d’expert et encadrés font de cet ouvrage un outil résolument pratique.

D’autres chroniques de l’ouvrage :

http://brich59.canalblog.com/archives/2014/11/21/31002356.html

http://www.eyrolles.com/Informatique/Livre/organiser-sa-veille-sur-internet-9782212139457

Sites de l’auteur :
Site internet : www.xdel.fr
Blog : www.collectivitenumerique.fr