Tenir un blog professionnel

A la fin de l’année 2017, il m’est venu l’idée d’écrire un article qui fasse le point sur les quatre années d’existence du blog et sur ses coulisses.

L’aventure du blog professionnel est une aventure chronophage mais très enrichissante.

Produire du contenu régulier et pertinent n’est pas toujours facile surtout lorsque l’on est seul maître à bord. L’écriture reste une affaire très personnelle. Vous avez beau essayer de convaincre certains lecteurs de témoigner de leur expertise, très peu osent le faire.

Le contributeur occasionnel serait comme saisi par le vertige de la page blanche alors que le blogueur régulier est comme saisi par le vertige de l’écriture : plus on écrit, plus on a envie d’écrire et d’être lu, c’est un fait.

Pour ne pas subir moi-même la hantise de la page blanche, j’écris donc le plus régulièrement possible, assez souvent dans les transports ou sur des temps morts.

Mon inspiration vient de ma veille métier sur les réseaux sociaux (Twitter et LinkedIn). Parfois les idées d’articles me viennent en discutant avec d’autres documentalistes, lors de manifestations professionnelles ou tout simplement à l’occasion de lectures, de formations.

Bien sûr, je suis attentive aux autres blogs professionnels et notamment au blog d’Emmanuel Barthe, Precisement.org, dont j’apprécie le caractère scientifique et détaillé des articles.

Pour d’autres raisons (régularité, humour, pertinence), je suis bonne cliente des articles de Choblab, blogueur, responsable en communication digitale

Tout naturellement, une sorte de ligne éditoriale s’est imposée à moi : https://www.serendipidoc.fr/a-propos/

Je ne parle bien que de ce que j’aime ou de ce que j’ai envie d’expérimenter. J’assume également d’introduire de temps à autre quelques articles plus personnels et moins directement liés à mon métier de documentaliste juridique (rubrique Autour de l’Ecrit).

Mon plaisir réside principalement dans la recherche et l’écriture, je délègue donc l’aspect graphique et technique à Fabrice Court, créateur de sites, graphiste et formateur. Il est de précieux conseil et d’une patience d’ange lors de mes épisodes de stress pour raisons techniques !

Quand on sait que la durée de vie d’un article de blog est de deux ans alors que la durée de vie d’un Twitt est de dix-huit minutes, cela fait réfléchir sur le choix des outils de communication. J’ai peut-être tort, mais je crois en l’avenir du blog !

Quelques statistiques

Google Analytics et moi cela fait deux ! Je ne prends pas le temps d’y aller, d’autant plus que pour ce blog professionnel je n’ai pas d’éventuel partenaire à convaincre.

Néanmoins quelques statistiques donnent une idée de l’impact du blog et de sa croissance sur quatre ans.

En novembre 2017 : 4095 pages vues par 2791 internautes (visiteurs).

217 articles publiés depuis le début du blog (2014) dont certains sont mis à jour régulièrement.

212 abonnés à la newsletter. Celle-ci permet de recevoir chaque nouvel article publié au moment de sa mise en ligne.

Un nombre de followers sur Twitter et sur LinkedIn en hausse régulière, souvent en rapport avec la thématique des articles publiés.

Y-a-t-il un danger à tenir un blog professionnel ?

Le premier danger est la lassitude de l’auteur. Je blogue pour ma part depuis plus de 15 ans (à titre personnel et professionnel) et je ne pense pas encore avoir fait le tour de la question.

L’autre danger est une sorte de surexposition qui apporterait une vision déformée du métier. Seuls quelques individus sont visibles par leurs écrits alors que beaucoup d’autres mériteraient de partager leur expertise. C’est un point auquel je suis sensible et que j’essaye d’améliorer en faisant régulièrement appel à contributeurs même si dans les faits cela porte peu ses fruits. C’est bien dommage.

Enfin, étant cliente des solutions que je suis amenée à commenter, on pourrait craindre le conflit d’intérêt. Je m’efforce de conserver un ton neutre. Je laisse par exemple l’évaluation des bases de données juridiques au très bon groupe de travail Juriformation.

Ces quelques dangers, sont bien peu de choses par rapport aux bénéfices que je peux retirer du fait de tenir un blog :

  • Plaisir d’écrire, de rechercher, de partager, de publier,
  • Auto-formation permanente car pour parler de quelque chose il faut l’avoir testé soi-même,
  • Confiance en soi,
  • Rencontres de qualité,
  • Sollicitations pour parler du métier ou l’enseigner.

Si vous aussi vous souhaitez tenter l’aventure du blog professionnel, je me tiens à votre disposition pour partager mon expérience.

Il est aussi possible d’écrire des articles hébergés sur un blog tiers (j’accueille volontiers les contributeurs pour ma part) ou d’écrire des articles sur LinkedIn (sauf que si LinkedIn change sa politique commerciale brusquement vous risquez de perdre la main sur votre contenu).

Bibliothécaires, documentalistes, il ne suffit pas d’avoir un savoir-faire, il faut le faire savoir !

En cultivant votre visibilité sur internet et sur les réseaux sociaux vous contribuez au rayonnement de la profession. En ces temps « d’ubérisation » des métiers, elle en a bien besoin.

Pour mémoire vous pouvez retrouver mes articles via différents canaux de diffusion :

Même si je pratique peu la technique du « call to action », c’est-à-dire terminer un article par une question invitant le lecteur à donner son avis dans les commentaires, tous les articles peuvent être commentés directement sur le blog. Je vous invite à le faire sur le blog plutôt que sur les réseaux sociaux si vous souhaitez enrichir les articles.

Chers lecteurs, je vous souhaite de bonnes fêtes de fin d’année 2017.

  Cultivez votre sérendipidé !

Rendez-vous en 2018 !

Print Friendly, PDF & Email
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *