Olivier Duhamel, Jean Veil. – La parole est à l’avocat. Paris : Dalloz, 2014. – 147 p. – ISBN 978-2-247-13967-5

La parole est à l’avocat, une bonne idée cadeau pour 3 euros

Olivier Duhamel, Jean Veil. – La parole est à l’avocat. Paris : Dalloz, 2014. – 147 p. – ISBN 978-2-247-13967-5Olivier Duhamel, Jean Veil. – La parole est à l’avocat. Paris : Dalloz, 2014. – 147 p. – ISBN 978-2-247-13967-5

Il est un peu tard pour le commander pour l’offrir pour Noël, mais vous pouvez toujours le trouver à la vente dans votre librairie de quartier (il y était dans la mienne ce week-end).

Compte-tenu de son prix (3 euros) et de son format poche (8 x 12 cm), c’est le cadeau d’assiette ou cadeau d’invité parfait (attention toutefois à ce que certains de vos convives ne s’étouffent pas en le découvrant !) à offrir aux avocats en poste, aux étudiants en droit, aux juristes et fonctions support des cabinets.

Plus concrètement, il peut facilement s’insérer dans une carte de vœux à l’attention des (meilleurs) clients des avocats et faire la différence car il les accompagnera utilement dans les transports, en salle d’attente, avec votre carte de visite en marque-page.

Un bon outil de communication juridique que l’avocat pourra personnaliser avec une dédicace sur la première page.

D’ « Accusé » à « Vérité », près de deux cents citations, pour rire de quelques perles d’avocats ou de bons mots à leur propos, pour retrouver des procès célèbres qui ont jalonné notre histoire, pour se délecter des morceaux d’une belle éloquence, pour réfléchir sur quelques grandes notions de droit.

Une citation en passant :

Je ne paie pas un avocat pour qu’il me dise ce que je ne peux pas faire, je le paie pour qu’il m’explique comment faire ce que j’ai envie de faire. Henry Ford.

A noter : les auteurs appellent à contribution pour enrichir les futures éditions.

Affiche FNUJA

Guide de l’avocat & du numérique par la Commission Nouvelles technologies FNUJA

Affiche FNUJA

Affiche FNUJA

 

Guide de l’avocat & du numérique par la Commission Nouvelles technologies FNUJA, première édition, 2014-2015, 25 pages (mis en ligne le 17 novembre 2014). En accès libre sur le site.

 

 

 

 

 

 

 

http://www.fnuja.com/Le-GUIDE-DE-L-AVOCAT-et-du-NUMERIQUE_a1990.html

J’ai comme l’impression que ce guide est presque passé inaperçu sur la blogosphère, comme un dommage collatéral du projet de loi Macron qui aurait phagocyté la plupart des sites représentatifs de la profession d’avocat. Et pourtant c’est une mine que je vous invite à télécharger, que vous soyez jeune avocat ou vieux briscard du droit !

Loin du discours traditionnel qui répète à longueur d’année « communiquer c’est bien » ou « ne pas communiquer sur internet c’est mal », nous avons là un concentré de solutions techniques avec conseils pointus, chiffres et coûts, que du concret, du pragmatique comme le souligne l’introduction !

Je passe sur le premier chapitre qui concerne l’informatique d’un cabinet d’avocats pour me concentrer sur les chapitres relatifs à la communication juridique à savoir le chapitre 2 Développement de clientèle et site internet, le chapitre 3 Le référencement du site internet de l’avocat, le chapitre 4 Développement de clientèle et réseaux sociaux et le chapitre 5 Les newsletters.

Le chapitre 2 Développement de clientèle et site internet aborde les règles déontologiques applicables qui seront bien utiles à rappeler à votre prestataire informatique s’il n’est pas familier de la profession d’avocat.

Dans la construction du site, les coûts communiqués concernent l’hébergement. Intéressant mais pas suffisant. Il aurait été intéressant d’avoir une fourchette de prix concernant la construction d’un site par un prestataire. Ce genre d’information est difficile à trouver.

Voir à sujet l’étude de Caura Barszcz dans la lettre Juristes associés n° 391-392 en date du 10 janvier 2014. Elle contient un dossier spécial sur les sites web des cabinets avec un benchmark des 10 sites web récemment mis en ligne ou refondus. Seuls deux budgets sont mentionnés de 8600 euros à moins de 20.000 euros. Cette fourchette n’est pas révélatrice car elle concerne surtout des cabinets parisiens de taille importante. Le coût d’un site internet d’un cabinet d’avocats est en rapport avec la taille de la structure et avec la complexité du site et ses fonctionnalités.

Dans ce chapitre, voir aussi un très utile modèle de Mentions légales à personnaliser.

Le chapitre 3 sur le référencement propose un concentré de conseils pour améliorer son référencement naturel. Le référencement payant est aussi abordé tout en signalant que ce genre de service pourrait être déontologiquement contestable.
Sans parler déontologie, j’y suis pour ma part formellement opposée.
Pour être bien référencé, il suffit d’avoir un site à jour, d’écrire régulièrement et de préférence sur un sujet d’expertise pointu (ce qui sous-entend de ne pas avoir uniquement un site plaquette mais un site avec un peu de contenu juridique ou contenu d’actualité ou un site plaquette + un blog juridique associé) et d’être persévérant (le référencement naturel prend du temps).
Je ne suis pas la seule à penser cela.
Voir sur ce sujet un récent article d’Emmanuel Barthe : 10 conseils pour mieux référencer votre site dans Google … et ailleurs. Bloguez là où les autres ne vont pas et apportez votre expertise :

http://www.precisement.org/blog/10-conseils-pour-mieux-referencer-votre-site-dans-Google-et-ailleurs.html

Cet article complétera utilement le chapitre 3 du présente guide.

Le chapitre 4 sur les réseaux sociaux et le chapitre 5 sur les newsletters aborde ces média sous l’angle déontologique et l’angle de la protection des données.

Le chapitre 5 sur les newsletters mériterait d’être mis à jour suite à la parution du Décret n° 2014-1251 du 28 octobre 2014 relatif aux modes de communication des avocats.
Le décret indique que la sollicitation peut prendre la forme d’un courrier postal ou d’un mail (donc j’imagine pas de problème pour un mail contenant une newsletter) mais pas d’un SMS.

Le chapitre 6 qui aborde l’exercice professionnel en ligne est tout à fait d’actualité à l’heure où de nombreux avocats peuvent être tentés d’apporter leur caution juridique aux start-up du droit qui fleurissent sur internet. Attention à la « confusion sur les rôles des intervenants et le périmètre exact des prestations fournies » souligne le guide.

A voir aussi la synthèse des préconisations de la FNUJA sur le livre blanc du e-cabinet qui met l’accent sur la nécessité de former les avocats au webmarketing, à la gestion des données personnelles et la gestion des données clients ainsi qu’à l’activité judiciaire en ligne.

Bravo à la FNUJA pour cette utile initiative.

blog

Avocats : pourquoi tenir un blog ?

blogLes raisons conscientes ou non qui conduisent une personne (un avocat, un juriste) à ouvrir un blog professionnel et à y consacrer de l’énergie et du temps.

Cet article a été en partie inspiré par : Why do you blog? 23 lawyers weigh in by Tim Baran sur le site Legal Productivity (article du 6 octobre 2014) :
http://www.legalproductivity.com/legal-marketing/why-lawyers-blog/?sf32939081=1, consulté le 27/10/2014.

J’ai tenté de classifier les raisons de tenir un blog (juridique) en tenant compte de ma propre expérience et de ce que j’ai pu observer ou lire sur le sujet.

⇒ Raisons économiques

Développer son business : le blogueur aura tendance à dénoncer cet argument ou à chercher à dépasser cette simple vision marketing néanmoins dans les faits c’est souvent la raison de départ même si ce n’est pas la seule ou si elle peut passer au second plan pour certains.

Développer son réseau professionnel : faire des rencontres personnelles et professionnelles, aimer partager l’information (l’information que l’on émet soi-même ou une information émise par d’autres mais que l’on souhaite valoriser), être sensible aux encouragements de la communauté, à la reconnaissance des pairs, mieux faire connaître sa personnalité à ses clients et rencontrer des prospects, améliorer sa notoriété, atteindre une notoriété sans commune mesure avec sa taille, devenir un interlocuteur récurrent de la presse, être médiatisé, se positionner en tant qu’expert, être sollicité pour des conférences/formations, recevoir en avant-première des informations exclusives, devenir influenceur.

Rentabiliser : à partir d’un seul point d’entrée, le blogueur diffuse de l’information sur plusieurs canaux : internet, fils RSS, réseaux sociaux.

⇒ Raisons personnelles

Transmettre son savoir, développer des qualités et des compétences d’enseignant, partager ses connaissances ; si l’on est déjà enseignant, alimenter son cours par son blog et inversement son blog par son cours.

Améliorer ses performances : bloguer c’est améliorer ses performances en écriture, lecture, réflexion, en structuration des idées, en analyse et en assimilation ; finalement bloguer c’est s’instruire tout en instruisant ses lecteurs.

Entretenir le plaisir de l’écriture, la créativité; ce plaisir est même parfois un besoin ; à contrario, ceux qui sont réticents à écrire des billets même de manière ponctuelle sur un blog ami évoquent justement l’absence de plaisir de l’écriture. Dépasser la frustration des 140 caractères alloués sur Twitter.

Etre « geek » et avoir envie de combiner son savoir intellectuel à des connaissances techniques, elles-mêmes nécessaires pour l’administration d’un blog.

Capitaliser son savoir : construire sa propre base de connaissances et pouvoir s’y référer. S’obliger à mettre à jour ses connaissances. Faire de sa passion, un domaine d’expertise ou inversement s’intéresser à des sujets qui ne sont pas à l’origine dans son domaine de compétence.

⇒ Raisons structurelles (liées à l’environnement professionnel)

Mieux communiquer : le blog peut venir en complément d’un site internet officiel et servir à la communication sur l’actualité d’un cabinet d’avocats.

Vulgariser un sujet, le mettre à la portée de tous gratuitement : ici le droit.

Contribuer à une meilleure image de la profession, ici la profession d’avocat ou de juriste.

Éprouver une grande liberté éditoriale, être maître de son contenu (sa diffusion, son archivage, sa mise à jour, sa suppression) / en opposition à des contraintes éditoriales papier (ouvrages papier dont la mise à jour serait longue et fastidieuse).

Et vous pourquoi bloguez-vous ?

En savoir +

Parmi les dix raisons citées, j’en retiendrai trois : côtoyer les meilleurs dans son champ d’activité, assurer une certaine indépendance par rapport à son cabinet et faire avancer le droit. Pour ce dernier point, l’argument que les blogs remplaceront à terme les périodiques juridiques me semble exagéré en France où ce genre de publication est encore regardée avec méfiance mais cet argument mérite réflexion.

Donne d’autres raisons d’ouvrir un blog juridique en se plaçant du point de vue de la communauté juridique.

14 conseils qui seront utiles à ceux qui viennent de lancer leur blog ou fortement incitatifs pour ceux qui se posent la question d’en ouvrir un.

Avocats et ordres du 21e siècle

Avocats et ordres du 21è siècle, une vision prospective de ce que devra être la profession d’ avocat de demain

 

Avocats et ordres du 21e siècle

Avocats et ordres du 21e siècle : ouvrage collectif de la conférence des bâtonniers sous la direction de Jean-Luc Forget et Marie-Anne Frison-Roche. Paris : Dalloz, 2014. – (Thèmes & Commentaires). – 252 p. ISBN : 978-2-247-13530-1.

Un ouvrage prospectif et intéressant à plus d’un titre au moment où la profession d’avocat se sent menacée par la réforme des professions réglementées.

Ce livre sorti le 22 octobre 2014 contient un chapitre intitulé L’impact de la dématérialisation et des nouvelles technologies sur la profession d’avocat rédigé par Jean-Luc Médina et Thierry Wickers.

De ce chapitre, je souhaiterais porter à votre connaissance quelques points qui impactent certes les avocats mais également les fonctions support qui travaillent pour eux à savoir les documentalistes juridiques, les responsables communication et business development, les informaticiens et indirectement les éditeurs juridiques. Je me suis concentrée uniquement sur quelques points d’un chapitre qui en contient beaucoup d’autres. Les citations sont en italique, [mes remarques sont entre crochets].

L’information juridique devient accessible sur internet (p. 67)

La facilité avec laquelle l’information est accessible sur internet conduit à la dissipation de l’asymétrie d’information [sous-entendu entre le client et l’avocat]…[Le client] ne sollicite plus du professionnel qu’une confirmation, ou une interprétation […] Avec big data, l’internaute a un libre accès à une information qui lui permet aussi de mieux juger la plus-value apportée par la prestation de l’avocat.

L’intelligence artificielle concurrence les professionnels (pp. 67-68)

A partir de l’exploitation systématique de données comme le montant des pensions alimentaires, ou les chiffres d’indemnisation du préjudice corporel, des systèmes dotés d’une puissance de calcul adéquate doivent être capables, après avoir collecté des données personnelles fournies par les internautes, de déterminer avec une précision suffisante les résultats d’un contentieux.[…]Le domaine de la rédaction d’actes est également particulièrement propice à la mise en place de ces systèmes intelligents.

L’intelligence collective concurrence les avocats (pp. 68-69)

Fondamentalement, il n’y a aucune raison pour que le domaine du droit échappe à ce type d’évolution, même si pour le moment aucun « wiki du droit n’a émergé ». […] On doit s’attendre également au partage par les clients eux-mêmes des prestations juridiques dont ils ont fait l’acquisition.

[Et toujours au sujet de l’intelligence et sur le rôle à jouer des éditeurs juridiques] (p.103)

L’avocat peut donc espérer conserver sur ses clients, en tant que professionnel et à condition d’en payer le prix, une certaine avance, et bénéficier des applications les plus performantes. Il est en revanche clair que l’accès aux systèmes intelligents s’imposera de plus en plus aux avocats comme un impératif de leur exercice : en raison des coûts à prévoir, il y a aussi là une incitation forte au regroupement des avocats.

[Sur le Knowledge management] (p. 103)

L’incitation à la spécialisation s’accompagne donc de la nécessité de constituer au sein des cabinets des bases de données de connaissance permettant à ses membres de s’appuyer sur l’expérience du cabinet. [Voir aussi un développement sur la mutualisation des connaissances, même entre cabinets entre lesquels n’existe aucun lien institutionnel].

[De très intéressants passages sur l’e-réputation à voir en détail dans le livre] (pp. 75-78)

Mais peut-on imaginer que l’on choisisse un avocat après avoir interrogé son réseau personnel sur Facebook, ou son réseau professionnel sur LinkedIn ? La réponse est assurément positive. C’est bien aujourd’hui à travers la mobilisation du réseau personnel et/ou du réseau professionnel que le client choisit son avocat ; or, par hypothèse, le réseau virtuel et le réseau « réel » se superposent en grande partie […] La construction de l’e-reputation devient donc une priorité. Les anciens canaux de construction de la réputation ne disparaissent pas, mais le réseau offre la possibilité de bénéficier de l’effet d’amplification lié à la mise en ligne de l’avis ou de la recommandation.

[Suivent de très pertinents passages sur les sites internet d’avocats et leur mise en œuvre qui nécessite des moyens suffisants, la conclusion de cette partie reprend d’ailleurs cette idée :]

Pour bénéficier de manière effective de l’atout que peut représenter cette visibilité accrue, le cabinet doit donc élaborer une stratégie, et y consacrer des moyens.

[En regard de ce chapitre, Christine Féral-Schuhl donne son point de vue, pages 109 à 114. Elle conclue par :]

Les sites des avocats et des barreaux doivent être les premières plateformes de diffusion du droit et s’imposer comme ceux que les justiciables consultent en premier lorsqu’ils éprouvent un besoin juridique.
C’est aux avocats que revient la mission de diffuser le droit.

[Il me semble que cette conclusion est faussée par l’implication de l’auteur dans la lutte contre les braconniers du droit mentionnée dans un paragraphe consacré à ce sujet juste au-dessus. Les avocats ont certes un rôle important à jouer dans la diffusion du droit mais j’en dirais de même au sujet de l’Etat avec Légifrance et la mise à disposition de plus en plus de des données juridiques publiques. Les éditeurs juridiques, sous réserve qu’ils apportent une plus-value à ces données juridiques, ont aussi un rôle important à jouer dans la diffusion du droit, y compris auprès des justiciables avec des solutions de vulgarisation.

J’insiste sur le fait que l’ouvrage est bien plus riche que les quelques passages cités ci-dessus qui m’ont intéressée du fait de leur impact sur nos métiers au service des avocats.

Pour reprendre la description de l’éditeur : « Au travers de l’étude des rapports entre l’avocat et l’économie, des relations entre les ordres et l’Europe, des conséquences de la dématérialisation sur les activités de l’avocat ou encore de l’épineuse et lancinante question de la valorisation de la prestation de l’avocat, la Conférence des bâtonniers invite à une vision prospective de ce que devra être la profession de demain ».].

Voir la conclusion de Marie-Anne Frison Roche sur son site : Ordre et avocat. Etre moderne sans se perdre, un beau programme de réflexion !

http://mafr.fr/fr/article/ordre-et-avocat-etre-moderne-sans-se-perdre/

L’ouvrage sur le site Dalloz :

ttp://www.editions-dalloz.fr/avocats-et-ordres-du-21e-siecle.html

Voir aussi un entretien de Thierry Wickers « Profession avocat : quelles perspectives ? » dans le Recueil Dalloz daté du 23 octobre 2014, n° 36, page 2104 où l’auteur revient en trois questions sur le regard qu’il porte sur la profession d’avocat à l’occasion de la sortie de l’ouvrage.

La nécessaire transformation des cabinets d'avocats, livre blanc WK

Livre blanc sur la nécessaire transformation des cabinets d’avocats

La nécessaire transformation des cabinets d'avocats, livre blanc WK

L’éditeur Wolters Kluwer vient de sortir un livre blanc intitulé La nécessaire transformation des cabinets d’avocats : 55 fiches conseils pour réussir la transition. Il s’agit d’une sélection des chroniques publiées par 6 agences de conseil en communication et en organisation et un coach dans la Lettre des Juristes d’Affaires (LJA) depuis 2007.

Pour télécharger gratuitement le livre blanc : http://www.wkf.fr/lja-livre-blanc.html

 

Or chacun sait que la loi n° 2014-344 du 17 mars 2014 relative à la consommation, dite loi Hamon, autorise désormais le démarchage pour certaines professions réglementées dont les avocats. Selon un article rédigé par Avocom (Peut-on concilier déontologie et démarchage ?) :

C’est sans doute pour les cabinets qui n’avaient pas encore pris le train de la communication que l’autorisation du démarchage représente la plus grande opportunité. Dans un contexte concurrentiel avéré, la réforme doit être l’occasion de se questionner et de, peut-être, remettre en question un immobilisme hier conservateur, aujourd’hui dangereux.

Christophe Jamin dans sa préface du livre blanc souligne également les différents facteurs qui ont conduit les avocats à :

plonger dans la boue du management, de la rentabilité, de la communication, de la gestion des ressources humaines, ou encore de la stratégie.

Ce livre blanc est donc un outil pratique pour aborder la communication et la stratégie de développement des cabinets d’avocats quel que soit leur historique en la matière.

Il est articulé autour de 5 chapitres : se questionner, se projeter, s’engager, se vendre, partager, malheureusement non paginés.

S’ils ne donnent pas toutes les clés, les articles du livre blanc permettent, soit de conforter des choix, soit d’ouvrir la réflexion, une réflexion que l’on pourra conduire en interne avec les équipes dédiées à la communication ou que l’on pourra confier à une agence de conseil en communication et en organisation.

Nuage de mots pour Sérendipidoc

Lancement du site Sérendipidoc

Nuage de mots pour Sérendipidoc

 

Chers tous,

J’ai le plaisir de vous annoncer le lancement du site https://www.serendipidoc.fr/

Il s’agit d’un site personnel qui regroupe des articles à caractère professionnel sur le métier de documentaliste juridique. Ce site est constitué, d’une part, par la reprise de la partie « Pro » de mon (ancien) site internet personnel et d’autre part, par la mise en ligne de nouveaux articles préparés depuis juin 2014.

Vous trouverez sur ce site : une bibliographie sur le métier de documentaliste juridique, des retours d’expérience notamment sur l’utilisation des logiciels SPIP et PMB, des comptes-rendus de réunions dans le cadre de mes activités de documentaliste juridique et de webmaster.

Egalement sur ce site des pages plus personnelles sur certaines de mes activités en rapport avec l’écrit : carnets de voyages, visites de bibliothèques, « bibliotourisme », livres objets…

Si vous souhaitez mettre en ligne un retour d’expérience, une bonne pratique, un compte-rendu de conférence/atelier/formation ou une synthèse de message d’une liste de diffusion professionnelle, n’hésitez-pas à me le faire savoir.
De même, si vous aussi vous pratiquez le « bibliotourisme » pendant vos congés, n’hésitez pas à partager vos meilleurs souvenirs.

Bonne lecture !

Bien cordialement,

Carole Guelfucci

Et pourquoi ce drôle de nom ? https://www.serendipidoc.fr/a-propos/

 

WordPress, créez votre site web et votre blog par Elisabeth Sancey et Claus Schulz

Comment je me suis formée à WordPress en 6 étapes

Pour resituer le contexte de cet article, je suis documentaliste juridique et webmaster des sites intranet et internet de mon employeur. Par webmaster j’entends que j’assure le suivi du projet lors de la mise en place de nouveaux sites, je participe activement à toutes les étapes du cahier des charges jusqu’aux tests avant « recettage informatique » définitif, j’assure l’interface avec un prestataire informatique qui développe le site, j’assure ensuite la mise à jour du site et les suggestions d’évolution. Je n’ai pas de compétence en langage de programmation informatique, ni en graphisme pour le web. Je me considère comme un utilisateur avisé qui maîtrise suffisamment la logique de fonctionnement des CMS pour avoir un échange de qualité avec un prestataire informatique.

L’objet de ma formation à WordPress était d’apprendre à être gestionnaire d’un site WP personnel sachant que mon employeur envisage de refaire un site internet qui sera également sous WP. En quelque sorte, j’ai donc pris les devants en m’entraînant sur mon propre projet personnel.

J’ai pensé que ce retour d’expérience pourrait être utile à d’autres documentalistes (tous secteurs) qui sont dans mon cas.

Etape 1 : un atelier blog à la médiathèque de ma ville a fini de me persuader qu’il n’était plus concevable en 2014 de gérer un site en HTML. Cette technologie ne favorise pas la communication et rend la mise à jour fastidieuse. Je décide donc de basculer la partie professionnelle de mon site internet http://cguelfucci.free.fr dans un site WordPress que je baptise Sérendipidoc.

Etape 2 : sur internet, je télécharge quelques tutoriels d’utilisation de WordPress. Dans les trois cas, il s’agit de documents PDF d’une vingtaine de pages qui expliquent les rudiments de l’administration d’un site WordPress. Il ne s’agit pas tant d’apprendre véritablement à utiliser WordPress mais de comprendre la logique du logiciel, d’acquérir son vocabulaire et de me familiariser avec les écrans de la partie administration.

Etape 3 : le webmaster qui réalise mon site Caroline Viphakone, me dispense une formation à mon domicile.

Etape 4 : j’achète 3 livres récents sur le sujet

WordPress, créez votre site web et votre blog par Elisabeth Sancey et Claus SchulzWordPress, créez votre site web et votre blog par Elisabeth Sancey et Claus Schulz, Micro Application Edition, collection 200% visuel, 2ème éd., Janvier 2014. ISBN : 978-2-822-402873

Le plus attractif. Il donne envie de se plonger dedans, c’est vous dire ! Celui que je recommanderais, il mérite vraiment bien son titre de collection : 200 % visuel.

 

 

 

 

WordPress, toutes les clés pour créer, maintenir et faire évoluer votre site web par Xavier Borderie, Francis Chouquet et Amaury BalmerWordPress, toutes les clés pour créer, maintenir et faire évoluer votre site web par Xavier Borderie, Francis Chouquet et Amaury Balmer, Pearson, 3ème éd., 2013. ISBN : 978-2-7440-2566-2

Le plus détaillé (625 pages), utile pour aller dans le détail sur un point, dense mais clair. Plus de la moitié de l’ouvrage concerne des utilisateurs aguerris qui veulent toucher au code, ce qui n’était pas mon cas.

 

 

Créez vos sites Web avec WordPress par Simon KernCréez vos sites Web avec WordPress par Simon Kern, Dunod, collection 100% pratique, 2ème éd., 2014. ISBN : 978-2-10-071533-6

Clair mais là aussi plus de la moitié de l’ouvrage concerne des utilisateurs avertis qui n’ont pas peur de « mettre les mains dans le cambouis », pas mon cas.

 

 

 

 

 

 

Etape 5 : je cherche une formation complémentaire de perfectionnement dans l’idée d’utiliser mon DIF à l’Ecole des métiers de l’information (EMI) ou au Centre de Formation des Professionnels du Journalisme (CFPJ). Au final, les programmes sont soit trop simples par rapport à mon expérience, soit trop complexes avec des prérequis de maîtrise de langages informatiques que je n’ai pas. La formation personnalisée semble être la seule alternative.

Etape 6 : il existe aussi des cours en ligne gratuit de très bonne qualité comme celui d’openclassrooms.com Propulsez votre site avec WordPress que vous pouvez imprimer au format PDF après une inscription gratuite sur le site.

Conclusion :

Lorsque l’on se lance dans un projet WordPress il y a une assez longue étape d’intégration de la logique du logiciel et de son vocabulaire (en français comme en anglais).

J’ai tenté de référencer dans cet article mes stratégies pour devenir un utilisateur éclairé. Les « erreurs » que j’ai pu commettre avec un premier projet seront autant d’expérience acquise pour un second projet plus ambitieux.

Plonger dans WordPress et sa documentation vous fait courir le risque de devenir légèrement obsédé par l’outil, au point de décortiquer tous les sites WP que l’on rencontre au grès du websurfing !
Il est donc conseillé d’alterner des phases d’écriture de contenu avec des phases de lectures techniques, si l’on veut conserver l’enthousiasme de la création sans l’aspect anxiogène de la bidouille informatique mal maîtrisée !

Maquette de site web

Les 6 étapes du cahier des charges d’un site internet d’avocats

Maquette de site web

L’objectif de cet article est de présenter brièvement les 6 rubriques indispensables d’un cahier des charges de création ou de refonte d’un site internet de cabinet d’avocats.

L’article a été rédigé pour un site internet classique (dit site de présentation ou site plaquette); ceci dit, la plupart des points pourront être utiles y compris dans d’autres cas de figure comme la mise en place d’un blog professionnel, la création d’un site de campagne, la création d’un site en rapport avec un évènement.

 

 

 

1. Présentation / Contexte :

  •     présenter le cabinet y compris à un prestataire informatique qui pourrait ne pas connaître le milieu juridique;
  •     dire pourquoi il faut créer ou refaire un site internet; faire le constat de l’existant.

2. Objectifs de la refonte / Brief :

  •     identifier le public visé;
  •     concurrence : donner des exemples des sites que l’on aime ou inversement des sites que l’on n’aime pas;
  •     décrire le cabinet par plusieurs termes/concepts/idées afin que ces idées permettent d’orienter le prestataire dans sa recherche graphique;
  •     la description de l’ambiance graphique souhaitée peut être l’occasion d’un brainstorming instructif sur comment est perçu le cabinet, quelle image on souhaite véhiculer;
  •     fournir ses propres éléments graphiques (logo, couleur, police, charte graphique, photos…) si ceux-ci existent déjà, sachant que le nouveau site internet est souvent l’occasion d’une création de charte graphique ou d’une nouvelle version de la charte graphique existante;
  •     éventuellement prévoir une prestation graphique complémentaire pour la réalisation d’un logo, d’une charte graphique, de photos professionnelles des locaux, de portraits des avocats, de recherche d’images libres de droit.

3. Contenu du site, fonctionnalités, principes de navigation :

  •     détailler l’arborescence du site à la fois sous forme écrite mais aussi sous forme de schéma;
  •     identifier le nom des futures rubriques et leurs relations;
  •     3 types de pages sont récurrents : La Home, la page intérieure type de contenu, la page CV de l’avocat;
  •     prévoir les fonctionnalités (formulaire, liens vers les réseaux sociaux, moteur de recherche, diaporama, animation…);
  •     pour la partie CV, souvent le cœur du site, prévoir un benchmarking de différentes présentations possibles et choisir celle qui correspond le mieux au cabinet. Quelques critères à prendre en compte : importance de la photo, photo posée ou naturelle, CV rédigé ou sous forme de liste, coordonnées plus ou moins détaillées, liens vers les réseaux sociaux;
  •     prévoir en interne qui rédige ou qui organise la reprise du contenu;
  •     prévoir les différentes versions linguistiques.

4. Spécificités techniques :

  •    prévoir les standards de compatibilité, l’ergonomie, le type de logiciel d’administration (type de Content Management System, CMS), l’aspect responsive design (site dont la présentation s’adapte automatiquement en fonction du support de consultation), l’hébergement et éventuellement l’achat d’un nouveau nom de domaine, le référencement, la sécurité et la sauvegarde, la formation d’un ou plusieurs administrateur(s), la maintenance.

5. Modalités de l’appel d’offres :

  •     dire ce que l’on attend du prestataire sélectionné et indiquer quels types d’information il doit présenter dans sa réponse : présentation, références clients, propositions graphiques, aspects techniques, budget;
  •     éventuellement prévoir une indemnité compensatrice pour le candidat qui participerait à l’appel d’offres mais qui ne serait pas retenu afin de le dédommager du temps passé;
  •     éventuellement donner une fourchette budgétaire pour la réalisation du site.

6. Calendrier :

  •     prévoir un calendrier pour la remise des offres, la sélection de l’agence, le développement du site, la livraison de la maquette fonctionnelle, la saisie des contenus, les tests & recettes, la mise en ligne du site;
  •     ne pas oublier de déclarer le nouveau site auprès de l’Ordre des avocats.

A voir aussi

Petit déjeuner 16/07/2014

Les défis de l’avocat à l’ère numérique

Petit-déjeuner organisé par Emilie Vasseur, avocat Counsel, Darrois Villey Maillot Brochier

Compte-rendu de réunion par Carole Guelfucci, Responsable Documentation – Webmaster

Mercredi 16 juillet 2014 à 8h45

Petit déjeuner 16/07/2014

Les défis de l’avocat à l’ère du numérique

Objet : le succès de sites tels que « demanderjustice.com » conduit à s’interroger sur les nouveaux marchés qui s’offrent à notre profession; nous mènerons cette réflexion avec les fondateurs du site qui acceptent de partager avec nous leur expérience et leur regard sur notre profession; au-delà des opportunités commerciales qu’offre Internet, il est important d’investir son identité numérique, c’est-à-dire de construire son profil afin d’éviter de mauvaises surprises lorsqu’on est « googlelisé ».


Intervenants :

Emilie Vasseur, avocat Counsel, Darrois Villey Maillot Brochier

Clarisse Berrebi, avocat associé B&H (Présidente de la Commission Nouvelles technologies du CNB)

Jérémy Oinino, Fondateur de Demanderjustice.com


Consulter le compte-rendu (format PDF) : Les défis de l’avocat à l’ère numérique

logo WP

Créer un site internet en 2014 : WordPress s’impose

logo WP

 

 

Les points forts, les fonctionnalités du logiciel libre WordPress de plus en plus recommandé par les professionnels du web.

 

 

 

Lors d’un appel d’offres concernant la réalisation d’un site internet en juin 2014, 100% des agences web sollicitées nous ont recommandé WordPress.
Ci-dessous, une compilation des arguments en faveur de ce logiciel

Les avantages de WordPress / Les points forts

Simplicité : installation extrêmement simple, simplicité d’administration, simplicité de gestion du contenu, structure de base de données souple et légère, faibles ressources serveurs nécessaires.

Notoriété : notoriété très importante, grande communauté en constante progression, la plus grande communauté de développeurs, intervention de multiples contributeurs, ce système de gestion de contenus motorise aujourd’hui plus de 75 millions de sites web.

Personnalisation : un écosystème de plugins qui permet de répondre à tous les besoins (site map = plan du site, contrôle des liens cassés, SEO = référencement), grande liberté de développement sur-mesure via les plugins, bibliothèque d’extensions très riche.

Design : grand choix de thèmes complets, design et modernes, répondant aux dernières normes et évolutions du web actuel et retro-compatibles avec d’anciens navigateurs.

Documentation : documentation très fournie, ressources en ligne énormes et souvent localisées, si vous rencontrez un problème, une recherche sur le Web vous donnera immédiatement une solution.

Sécurité : sécurité globale, antispam, sauvegardes, protection contre les tentatives de connexion pirates.

Mise à jour : mise à jour en ligne très facile, WordPress est la plateforme qui évolue le plus vite et qui bénéficie du plus grand nombre de nouvelles versions (mises à jour) et qui, à chaque nouvelle version offre de nouvelles fonctionnalités dédiées aux utilisateurs, maintenance légère

Référencement : optimisé pour le référencement naturel avec les bons réglages


Les fonctionnalités offertes par défaut dans WordPress

. La gestion des administrateurs / contributeurs

. La gestion des pages de contenus

. La gestion des liens

. La recherche générale

. La fonctionnalité «mail to» pour postuler ou dans la partie «contact»

Une interface de gestion permet la création de profils avec une gestion des droits.

WordPress permet la gestion des versions adaptées à tous les supports (desktop, tablette, smartphone).


L’administration sous WordPress

Un administrateur central pourra intervenir sur l’ensemble du site et donner les droits à d’autres administrateurs. Les profils seront les suivants:

Le compte administrateur:

qui aura un contrôle total sur les parties administrables du site : contenu, actualités, calendrier, articles, gestion des utilisateurs et des comptes, paramètres.

Le compte rédacteur:

qui aura un contrôle total sur la partie éditoriale du site: articles, contenu, calendrier, aussi bien en ajout / modification / suppression.


L’hébergement

Afin que les données soient conservées en France et protégées, nous recommandons la société OVH reconnue pour sa grande qualité et dont les serveurs sont établis en France.


Consulter l’article (format PDF) : Article sur WP