Articles

BNF Richelieu, la salle Labrouste

Bibliotourisme à la BNF Site Richelieu

BNF Richelieu, août 2017

En août 2017, j’ai voulu tester la visite du nouveau site Richelieu. Une visite mise en place depuis la fin de la première tranche des travaux, c’est-à-dire depuis le début de l’année 2017.

Cette visite d’une bonne heure revient sur les fondamentaux de la BNF en abordant notamment l’importance du dépôt légal.
Dès 1537, François 1er instaure le Dépôt Légal qui impose à toute publication imprimée en France d’être déposée la bibliothèque.

BNFRichelieu, le lustre de Georges Bern

La cascade de leds de Georges Bern

Repensé, restauré, recomposé, le site historique de la Bibliothèque nationale de France accueille désormais les fonds de l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) et de l’Ecole nationale des chartes (ENC). On y peut y voir l’empreint d’Henri Labrouste au travers la salle Labrouste qui porte son nom ainsi que le magasin des arts et spectacles, aménagé et décoré par lui pour accueillir la donation Auguste Rondelle. Seul le magasin qui se trouve au niveau de la collection des arts et spectacles est visible depuis l’extérieur. Le magasin central de la salle Labrouste ne se visite pas.

BNF Richelieu, la salle Labrouste

La salle Labrouste

BNF Richelieu, la salle Labrouste

La salle Labrouste

BNF Richelieu, la salle Labrouste

Les coupoles de la salle Labrouste

La rotonde de la salle des arts et spectacle tient lieu de pièce muséale tandis que la nouvelle passerelle de l’architecte Bruno Gaudin offre une vue privilégiée sur la Cour d’honneur, les coupoles de la salle Labrouste et permet l’accès à la très précieuse salle des manuscrits, le Graal du chercheur ! La salle des manuscrits est uniquement visible depuis sa porte. Elle ne se visite pas.

BNF Richelieu

La galerie de verre

BNF Richelieu

Détail de la porte d’entrée de la salle des manuscrits

La guide revient longuement sur la première phase des travaux (2010-2016). L’architecte Bruno Gaudin a dû composer avec l’existant, des parties classées, d’autres non, une circulation à revoir, des normes de sécurité à respecter, dans un lieu qui est resté ouvert au public pendant les travaux.

La prochaine tranche des travaux (2017-2021) concerne la prestigieuse salle Ovale, la galerie Mazarine, un nouveau musée qui aura vocation à accueillir certains trésors de la bibliothèque, ainsi qu’une librairie et un café.

BNF Richelieu

Magasin des arts et spectacles

Ces travaux font l’objet de souscriptions. A l’automne 2016, une souscription a été lancée pour la rénovation de la salle ovale. Il était alors possible d’associer le donateur à une lampe ou à une place de lecture.

A la rentrée 2017, une nouvelle campagne de dons est lancée. Il s’agit de participer à la restauration de l’ancien Cabinet du roi (ou salon Louis XV), aménagé au XVIIIème siècle pour accueillir les collections royales des monnaies et médailles.

BNF Richelieu

Portrait de Labrouste

BNF Richelieu

Cartouche sur la salle Labrouste

Oserais-je dire que j’ai trouvé la visite un peu courte à mon goût ? Il y a tant à dire sur l’histoire de la BNF. Il me semble qu’une visite plus longue devrait être réservée aux professionnels via une association professionnelle (ADBS, si tu m’entends, ce message est pour toi !).

Sinon j’ai beaucoup aimé en apprendre sur l’histoire du site Richelieu, notamment l’histoire de la salle Labrouste, les précisions sur l’architecture au temps de Labrouste, au temps des travaux phase 1 et dans la perspective des travaux phase 2, l’ambiance studieuse à l’intérieur mais détendue dans la cour d’honneur d’une belle journée en plein milieu du mois d’août.

Tout cela donne envie de revenir en 2021 pour avoir une vision globale de la réhabilitation du site.

En savoir plus

Les visites

http://www.bnf.fr/fr/la_bnf/anx_visites/a.visite_richelieu.html

Attention, il convient de réserver votre visite très en amont (si possible plusieurs semaines en avance). En effet, une faille du système permet de s’inscrire à la visite sans la régler pour autant. Le nombre de participants étant limité, des places peuvent se trouver rapidement bloquées alors que les participants ne se présentent pas. Pour cette raison, je n’ai pas pu visiter le site Richelieu pendant les vacances de Pâques. Lors de ma visite du 17/08, environ 10 personnes ne se sont pas présentées, bloquant ainsi l’accès à 10 visiteurs potentiels.

Les photos ne sont pas autorisées partout.

Certaines parties sont en accès libre mais sans aucune explication je trouve que l’intérêt est limité, d’autre part, vous courrez aussi le risque de commettre un impair en entrant dans des espaces strictement réservés aux chercheurs.

D’après notre guide, la vue sur la salle Labrouste depuis la galerie de verre est très belle lorsqu’il fait nuit. Une visite en fin d’après-midi en période hivernale est donc une bonne idée.

L’architecte de la restauration

C’est sur le site internet de l’architecte Bruno Gaudin que l’on trouve les plus belles photos de la première tranche des travaux.

http://www.bruno-gaudin.fr/

Les dons

Faire un don à la BNF pour sa deuxième phase de restauration (les dons sont déductibles des impôts).

http://www.mecenat.bnf.fr

Voyage dans le temps

Revoir le film Toute la mémoire du monde d’Alain Resnais. La BNF Richelieu en 1956. Le temps des casquettes, des blouses, des pneumatiques, des fichiers manuels. Fascinant !

https://youtu.be/i0RVSZ_yDjs

 

Bibliotourisme à Avignon

Si vous êtes de passage à Avignon et rebuté par la foule qui se presse pour danser sur le pont ou visiter le Palais des papes, je ne peux que vous conseiller d’aller visiter la collection privée d’œuvres d’art du Musée Angladon. Ce musée a le bout goût de se trouver juste en face de la bibliothèque centrale d’Avignon, la bibliothèque Ceccano.

Elle occupe un ancien palais épiscopal datant du XIVème siècle. Les pièces sont vastes, hautes de plafond avec des poutres, avec des traces de peintures anciennes et de jolies tomettes au sol. L’ensemble est impressionnant du fait du caractère historique du bâtiment. La cours même de la bâtisse est une jolie place où l’on aura plaisir à se poser pour lire ou rêver. Seul petit bémol sur l’éclairage des pièces que j’ai trouvé peu esthétique mais les ouvertures sont petites, il n’y avait peut-être pas d’autre solution.

Lors de mon passage, j’ai été surprise de constater l’affluence assez importante pour un mois d’août au département PATRIMOINE, « un des fonds les plus importants du sud de la France avec plus de 50000 livres d’avant 1810, des périodiques, des manuscrits, des estampes, des incunables, des partitions anciennes et de ouvrages de bibliophilie contemporaine. »

Bibliothèque Ceccano, Avignon

Bibliothèque Ceccano, Avignon

Une cours où il fait bon se poser

Une cours où il fait bon se poser

Un coin lecture médiéval ?

Un coin lecture médiéval ?

La sélection Provence et sa bibliographie

La sélection Provence et sa bibliographie

Une des salles

Une des salles

Peinture sur les murs et sur les poutres

Peinture sur les murs et sur les poutres

Une des salles

Une des salles

Et sinon, pas très loin de la bibliothèque Ceccano, vous pouvez voir jusqu’au 25 novembre 2016 une exposition (gratuite) de sculptures en papier mâché à l’entrée des Archives Départementales de Vaucluse (entrée annexe à celle du Palais des Papes).

Les dondons de Titou Vergier ont des formes généreuses. Qui a dit que la profession d’archiviste n’était pas sexy ?!

Prendre de la hauteur sur sa collection de périodiques (ici Le Provençal)

Prendre de la hauteur sur sa collection de périodiques (ici Le Provençal)

Exposition Titou Vergier aux archives départementales de Vaucluse

Faire des recherches aux archives d’Avignon

Exposition Titou Vergier aux archives départementales de Vaucluse

Coquines ou étranges, les archives changent !

Ranger les archives

Ranger les archives

Du bibliotourisme qui permet de rentrer gratuitement (loin de la foule touristique) dans deux bâtiments historiques du cœur d’Avignon et qui prouve que le fonds patrimonial et que les archives sont toujours d’actualité, je valide !

Bibliothèque Ceccano
2, bis rue Laboureur
Avignon

http://bibliotheques.avignon.fr

Archives Départementales de Vaucluse
Palais des Papes
Avignon

http://archives.vaucluse.fr

Bibliothèque Oscar Niemeyer, Le Havre

Bibliothèque Oscar Niemeyer, un lieu à vivre

D’abord surnommé pot de yahourt par ses détracteurs, le volcan est devenu un symbole du paysage architectural havrais. Petit et grand volcans sont nés entre 1978 et 1982 de l’atelier d’Oscar Niemeyer, à l’emplacement même de l’ancien théâtre de la ville, pour s’y substituer en tant que maison de la culture.

Auguste Perret (architecte de la reconstruction d’après-guerre) et Oscar Niemeyer ont un point commun : le béton. Chez le premier, il est rectiligne et prend des teintes allant du gris au beige rosé, chez le second, il est tout en courbes, blanc immaculé à l’extérieur mais gris et brut de décoffrage à l’intérieur. Difficile à croire, mais le béton, surtout s’il vous est expliqué par la Cité du patrimoine, c’est beau !

https://fr.wikipedia.org/wiki/Oscar_Niemeyer

Le petit volcan, ancienne salle de spectacle, a été rénové pendant 5 ans pour renaître fin 2015 en médiathèque. Près de 114 000 documents y sont empruntables ou consultables, dans 7 espaces différents où sont réparties 600 places.

La bibliothèque devient un lieu de vie et ça se sent dès l’entrée qui donne sur un café proposant petite restauration et vente à emporter.

A l’intérieur :

  • débauche de technologie (ordinateurs fixes, tablettes en accès libre, wifi gratuit, bornes de visionnage, d’écoute et fauteuils d’écoute),
  • débauche de mobilier, des centaines de fauteuils et de luminaires tous plus beaux et plus confortables les uns que les autres,
  • des mètres carrés en n’en plus finir, 5 200 m² pour être précise,
  • des salles baignées de lumière naturelle, grâce notamment à une verrière monumentale remplaçant l’ancienne toiture du petit volcan,
  • une ambiance presque scénarisée avec des lecteurs mis en boite, un escalier théâtral et un mobilier futuriste,
  • de l’extérieur, une architecture spectaculaire, de l’aveu même de son créateur, l’Espace Oscar Niemeyer du Havre figure parmi ses œuvres les plus réussies.

http://lireauhavre.fr/fr/contenu-standard/bibliotheque-oscar-niemeyer

Le défi de transformer une ancienne salle de spectacle en bibliothèque high tech, véritable lieu de vie, dans le respect de l’architecture et du style d’Oscar Niemeyer est largement relevé pour cette bibliothèque, sans doute une des plus belles de France.

Un grand merci à Oscar et à la ville du Havre, je me suis sentie transportée !

Mon seul regret et de ne pas avoir trouvé de fascicule sur place, à l’office du tourisme, au Muma, à la maison de l’architecture sur le projet de réhabilitation du petit volcan en bibliothèque. J’imagine facilement que ce projet pourrait faire l’objet d’une publication, pour les bibliophiles, bibliotouristes et autres amateurs d’architecture.

Dans la publication zazimut, programme culturel lire au Havre, j’ai noté qu’il était possible d’avoir une visite guidée de la bibliothèque Oscar Niemeyer. Une visite sous un angle anecdotique, historique et digital ! Les contacter pour avoir les dates et horaires.

Bibliothèque Oscar Niemeyer, Le Havre

Bibliothèque Oscar Niemeyer, Le Havre

Bibliothèque Oscar Niemeyer, Le Havre

Bibliothèque Oscar Niemeyer, Le Havre

Bibliothèque Oscar Niemeyer, Le Havre

Bibliothèque Oscar Niemeyer, Le Havre

On peut continuer à lire devant l’entrée avec les mouettes !

Bibliothèque Oscar Niemeyer, Le Havre

C’est grand, il faut un plan !

Bibliothèque Oscar Niemeyer, Le Havre

Cafétaria

Bibliothèque Oscar Niemeyer, Le Havre

Salle de presse

 

Bibliothèque Oscar Niemeyer, Le Havre

Espace cosy

Bibliothèque Oscar Niemeyer, Le Havre

Une des salles de lecture

 

Bibliothèque Oscar Niemeyer, Le Havre

Au top du design !

Bibliothèque Oscar Niemeyer, Le Havre

Fauteuils de visionnage

Bibliothèque Oscar Niemeyer, Le Havre

Les banquettes jaunes sont en mousse très confortable !

Bibliothèque Oscar Niemeyer, Le Havre

Intérieur du petit volcan

Bibliothèque Oscar Niemeyer, Le Havre

Des lecteurs mis en boite

Bibliothèque Oscar Niemeyer, Le Havre

Un petit côté futuriste

Bibliothèque Oscar Niemeyer, Le Havre

Une banquette qui serpente

Bibliothèque Oscar Niemeyer, Le Havre

Un escalier théâtral

Bibliothèque Oscar Niemeyer, Le Havre

Des lecteurs mis en boite

Bibliothèque Oscar Niemeyer, Le Havre

La sélection de l’été

Bibliothèque Oscar Niemeyer, Le Havre

Un espace lecture

Bibliothèque Oscar Niemeyer, Le Havre

Peinture sur béton, exposition Lana Loeber. Mona lisait ?

 

La documentation

Un article dans le magazine de l’Office du Tourisme Le Havre (saison 2016)
Zazimut, programme culturel Lire au Havre, avril-août 2016
Le mode d’emploi de la bibliothèque, façon nuancier de couleurs, une bonne idée de format de mode d’emploi pour vos utilisateurs ! Côté recto, tout sur le fonctionnement de la bibliothèque et côté verso de très jolies photographies de la bibliothèque mettant en valeur les matériaux, le mobilier et les différents espaces.

Bibliothèque Oscar Niemeyer, Le Havre

La documentation sur la bibliothèque

Coordonnées

2 place Oscar Niemeyer
76600 Le Havre
Tél : 02.35.19.70.00

http://www.lireauhavre.fr

Hors vacances scolaires du mardi au dimanche de 10h à 19h
Vacances scolaires du mardi au samedi de 10h à 17h

Lire à la plage en Seine Maritime 2016

Lire à la plage 2016

Face à la mer, j’aurais voulu lire…

C’est possible depuis 10 ans en Seine maritime grâce à l’opération Lire à la plage.

Une opération gratuite de lecture publique qui concerne 12 communes. Cette année, elle a lieu du 2 juillet au 30 août 2016, de 11h00 à 19h00.

Lire à plage en chiffres :

  • 12 cabanes
  • 400 transats
  • 12 000 livres

Le site : http://www.seinemaritime.fr/nos-actions/loisirs/animations-et-manifestations/lire-la-plage.html

La page Facebook (qui recense les activités) : https://www.facebook.com/Lire-à-la-plage-en-Seine-Maritime-89618943111/

Ci-dessous un petit reportage photos pendant le pont du 14 juillet 2016.

Lire à la plage au Havre

Lire à la plage au Havre, vue d’ensemble

Lire à la plage au Havre

Lire à la plage au Havre

Lire à la plage au Havre

Des informations touristiques

Lire à la plage au Havre

La sélection d’ouvrages

Lire à la plage au Havre

Le livre emprunté avant la visite de l’appartement témoin

Lire à la plage à Etretat

Lire à la plage à Etretat

Lire à la plage à Etretat

Pas mal la vue à Etretat !

Lire à la plage au Havre

Des ouvrages à télécharger sur son smartphone

10 raisons pour ne pas manquer cette opération

  1. La gratuité dans des emplacements face à la mer, bien exposés, qu’elle aubaine !
  2. La beauté du cadre de lecture, le confort des sièges, les couleurs des cabanes.
  3. Un grand choix pour tout public.
  4. La possibilité de profiter de ses vacances (ou de son temps libre) pour découvrir des genres, des auteurs, des formats.
  5. Pas besoin de charger sa valise en livres puisqu’ils sont disponibles sur place.
  6. Pour les touristes de passage, on trouve même des guides et brochures touristiques ainsi que des ouvrages sur le patrimoine local.
  7. Des animations gratuites : lecture à voix haute pour les enfants, contes, jeux, tricot, dessins, etc….
  8. Du lien social, un endroit pour se rencontrer, se retrouver, partager.
  9. Une activité pour tous, possible même en cas de temps couvert.
  10. La possibilité de poursuivre la lecture chez soi sur son smartphone en flashant un livre numérique offert.
Les grands procès de l’histoire par Emmanuel Pierret, De l'affaire Troppmann au procès d'Outreau, Editions de la Martinière, 2015

Les grands procès au Musée du Barreau de Paris

Le samedi 4 juin 2016, j’ai visité le musée du Barreau de Paris.

Musée du Barreau de Paris

L’endroit à lui seul vaut le déplacement. Le musée est situé dans les caves voûtées de l’Hôtel de la Porte, à quelques pas du forum des Halles, dont vous pourrez admirer la restauration en passant.

Musée du Barreau de Paris

Le musée du Barreau raconte, à travers ses collections permanentes, l’histoire de la justice et des avocats de l’antiquité à nos jours.

L’exposition temporaire actuelle concerne les grands procès. Elle devait durer jusqu’au 28 février 2016 mais elle a été prolongée.

C’est une exposition qui parle à tous car les grands procès ont souvent fait l’objet de récits, de film ou de documentaires. On y retrouve entre autres l’affaire Dreyfus, l’affaire Dominici, l’affaire Landru, l’affaire du docteur Petiot, Marie Besnard et Violette Nozières.

Vitrine Dominici, Musée du Barreau de Paris

Vitrine Dominici, Musée du Barreau de Paris

Vitrine Violette Nozières, Sac à procès, Musée du Barreau de Paris

Vitrine Violette Nozières, Sac à procès, Musée du Barreau de Parisr

J’ai été surprise par la variété des documents exposés.

Au musée du Barreau vous pourrez ainsi voir des bustes d’avocats ou de magistrats célèbres, des tableaux, des photos, des lithographies, des gravures anciennes, des dessins, des notes de plaidoirie, des journaux personnels tenus par des avocats, des lettres, des ouvrages sur la justice, beaucoup de coupures de presse de journaux autrefois célèbres ou toujours d’actualité (L’Excelsior, Je suis Partout, L’Aurore, L’Union, Le Petit Journal, Détective, Charlie Hebdo). Les documents proviennent en partie des collections de la Bibliothèque de l’Ordre des avocats de Paris.

Les documents sont exposés dans des vitrines avec des notices explicatives qui expliquent leur intérêt ou reviennent sur la chronologie de l’affaire.

Musée du Barreau de Paris

 

Les grands procès de l’histoire par Emmanuel Pierret, De l'affaire Troppmann au procès d'Outreau, Editions de la Martinière, 2015

A voir aussi l’ouvrage d’Emmanuel Pierrat, également conservateur du Musée.

Les grands procès de l’histoire par Emmanuel Pierret, De l’affaire Troppmann au procès d’Outreau, Editions de la Martinière, 2015

http://www.editionsdelamartiniere.fr/ouvrage/les-grands-proces-de-l-histoire/9782732450711

Dix-huit affaires, pour certaines criminelles, sont ici retracées par Emmanuel Pierrat, avocat, depuis la découverte des corps jusqu’à, dans certains cas, l’exécution de celui que la justice a désigné comme coupable; en passant par les péripéties de l’enquête et, surtout, les rebondissements de procès à sensation…

Grâce à un ingénieux dispositif de pochettes incluses dans la reliure de l’ouvrage, vous avez accès à des reproductions de documents liés au procès. L’ouvrage est bien plus complet que l’exposition présentée au Musée.

Un beau livre qui fera une bonne idée de cadeau pour un juriste ou un avocat.

Chronique de l’ouvrage par la Gazette du Palais du 29/10/2015 :

Dominici a-t-il « couvert » un de ses fils ? Omar Raddad est-il innocent ou coupable ? Qui a tué le petit Grégory ? Autant d’énigmes et de drames que la justice s’est efforcée de résoudre, même si elle a tranché en faveur d’une thèse, parfois fragile dès le début de l’affaire ou malmenée par les plaidoiries et les réquisitoires. Ce livre retrace les grands moments de 18 grandes affaires criminelles depuis la découverte des corps jusqu’à, dans certains cas, l’exécution de celui que la justice a désigné comme coupable, en passant par les péripéties de l’enquête et, surtout, les rebondissements de procès à sensation… Le texte est illustré par de nombreux documents (photos, extraits de journaux, dessins et croquis) qui sont souvent inédits (pour certains reproduits en fac-similé) et proviennent des collections du musée du Barreau de Paris.

Saviez-vous d’où vient l’expression l’affaire est dans le sac ?

C’est dans des sacs comme celui-ci que l’on mettait l’ensemble des pièces relatives à une affaire. Lorsque celle-ci était terminée, une étiquette est cousue à même le sac pour permettre d’identifier la cause. Le sac fermé par des fils était accrochée au mur de l’étude ou du cabinet de juriste, d’où l’expression : « l’affaire est dans le sac ». Les sacs à procès ont cessé d’être utilisés au début du 19e siècle.

Sac à procès, Musée du Barreau de Paris

L’affaire est dans le sac !

Il est assez curieux que le musée du Barreau de Paris ne se trouve pas au cœur du Palais de justice parisien. Reste à savoir ce qu’il en sera lorsque le nouveau palais sera construit dans le 17ème arrondissement. L’ancien palais aura-t-il vocation à devenir en partie un musée de la justice ?


Musée du Barreau de Paris
25 rue du Jour
75001 Paris

Tél : 01.44.32.47.48

Mail : musee@avocatparis.org

Métro : Etienne Marcel ou Les Halles

Ouvert les samedis, dimanches et jours fériés de 10h à 18h.

J’ai obtenu un tarif réduit en faisant valoir ma qualité de documentaliste juridique.

Le musée est gratuit pour les avocats parisiens sur présentation de leur carte professionnelle.


A l’entrée du musée se trouve une intéressante sélection d’ouvrages en rapport avec la justice.

Sélection d'ouvrages sur la justice, Musée du Barreau de Paris

Sélection d’ouvrages sur la justice, Musée du Barreau de Paris

J’y ai trouvé un petit fascicule édité par l’Ordre des avocats qui présente un extrait des collections historiques du barreau de Paris.

En dehors du bulletin du Barreau, j’ai aussi trouvé un prospectus de la Bibliothèque des littératures policières et d’espionnage. Située au 48-50 rue du Cardinal Lemoine à Paris dans le 5ème arrondissement (proche du Panthéon).

Elle propose une collection de plus de 100 000 documents (livres, journaux, revues, bandes dessinées, manga, affiches) sur les littératures policières et d’espionnage. Une publicité qui a du sens ici !

Prochaine exposition temporaire prévue mi-octobre 2016 sur le thème « Les femmes à la barre ».

Photos de l’exposition avec l’aimable autorisation de la directrice du Musée (Cyndy Geraci).

British Library, vue extérieure

Visite de la British Library

Cet article a été rédigé par Katell Piboubes que je remercie pour son compte-rendu de visite et pour son reportage photos.

Un récent séjour récent à Londres a été l’occasion de suivre une visite guidée de la British Library.

British Library, vue extérieure

British Library, vue extérieure

Le guide habituel n’étant pas disponible, c’est un documentaliste, ayant fait des études de droit (!) qui a conduit notre petit groupe de 3 personnes dans les espaces publics et privés de la British Library.

La British Library est la bibliothèque nationale du Royaume-Uni. Elle est installée depuis 1998 dans un immense bâtiment de briques rouges qui s’élève au 96, Euston Road, le long de la gare Saint Pancras. Si son aspect extérieur est plutôt austère, la British Library offre de magnifiques espaces intérieurs baignés de lumière naturelle.

British Library, vue intérieure

British Library, vue intérieure

La British Library a pour mission de collecter et de mettre à disposition du public toutes les publications britanniques. Comme toutes les bibliothèques nationales, elle collecte le dépôt légal des ouvrages publiés et distribués au Royaume-Uni et en Irlande.

La British Library en quelques chiffres :

  • Avec une superficie de 112 000 m2 sur 14 niveaux (dont 4 en sous-sol), la British Library est le plus grand bâtiment édifié en Grande-Bretagne au 20ème siècle. Dix millions de briques et 180 000 tonnes de béton ont été nécessaires à sa construction.
  • Près de 200 millions de documents en langue anglaise et dans 400 autres langues
  • Plus de 15 millions d’ouvrages dont 310 000 manuscrits, 260 titres de journaux et revues, 4 millions de cartes, des dessins, une collection philatélique de 8 millions de timbres, des enregistrements audio et vidéo…
  • Le catalogue en ligne comprend 56 millions de documents
  • Les documents sont stockés sur 625 kms linéaires de rangement, qui croissent de 12 kms chaque année
  • Le British Library reçoit 7 000 visiteurs par jour
  • Elle dispose de 1200 places assises dans 9 salles de lecture
  • Près de 2 000 personnes sont employées sur les sites de Saint Pancras et de Boston Spa (West Yorkshire) où sont réunis les services administratifs et stockés les documents les moins demandés.

S’il ne fallait retenir qu’un chiffre, la British Library est la 2ème plus grande bibliothèque du monde, par le nombre de documents conservés, après la bibliothèque du Congrès de Washington

Un peu d’histoire

La British Library, en tant que structure autonome, a été créée récemment par le British Library Act de 1973. Elle était jusque là un département de la British Museum qui abritait depuis 1857 la Round Reading Room.

Round reading Room British Musuem Credit

Round reading Room British Musuem Credit

Les fonds de la British Library, constitués depuis sa création en 1753 à partir de donations et d’acquisitions étaient répartis dans différents lieux à Londres et en Angleterre.

La décision de regrouper les collections de la British Library sur un site unique a été prise en 1951, l’architecte, Sir Leslie Martin, nommé en 1962, le site de Saint-Pancras choisi en 1973 et le bâtiment inauguré en 1998.

L’architecture de la British Library repose sur des formes organiques et sur l’utilisation de matériaux sensoriels : cuir, marbre, bois et bronze. Elle privilégie la lumière naturelle dont bénéficient toutes les salles de lecture.

Dès l’entrée dans le bâtiment, le visiteur est saisi par ses dimensions et sa clarté. Au-delà du grand hall d’accueil, le cœur du bâtiment renferme la King George III Collection. Installée dans la King’s Library Tower, écrin de verre haut de 6 étages, elle comprend 65 000 ouvrages. Cette bibliothèque demeure une bibliothèque vivante dont une cinquantaine de volumes sont empruntés chaque jour.

King 's Library Credit Paul Grundy

King ‘s Library Crédit Paul Grundy

Les documents du site de Saint Pancras sont stockés dans 4 étages de réserves en sous-sol.

Maquette British Library

Maquette British Library

Ils sont conservés à une température de 17 °C et un taux d’humidité de 50%. Une température plus basse permettrait certes une meilleure conservation des documents mais les variations de température entre les réserves et les salles de lecture conduiraient à l’apparition de condensation, fort nuisible à la conservation des documents. Cent personnes travaillent dans les réserves.

Accès aux documents

Les salles de lecture de la British Library sont accessibles à toute personne souhaitant consulter un document du catalogue. Ni les chercheurs, ni les doctorants ne bénéficient d’un accès privilégié.

Notre guide a, à ce sujet, souligné la différence entre la British Library et la BNF qui au pays de l’Egalité reste pour partie réservée aux chercheurs….

Les lecteurs consultent le catalogue en ligne et effectuent une commande bibliographique. Ils se présentent ensuite au service d’enregistrement afin d’obtenir une carte de lecteur (gratuite).

Aucune carte de lecteur n’est délivrée à une personne n’ayant pas effectué une commande bibliographique au préalable. Il est possible d’emprunter jusqu’à 10 documents par jour.

Pour obtenir une carte de lecteur (valable de 1 jour à 3 ans), il est en outre nécessaire de fournir un justificatif d’identité, un justificatif de domicile et de remplir un formulaire en ligne.

Le guide m’ayant proposé de me créer une carte de lectrice, j’ai eu la surprise de découvrir dans ce formulaire une question sur mon origine ethnique : blanc/métis/noir/indien …..Même s’il est possible de ne pas répondre à cette question, elle est tout de même surprenante pour une Française !

La carte de lecteur est ensuite délivrée par un documentaliste qui vérifie la pertinence de la commande et peut orienter le lecteur dans ses recherches. Deux cent cartes de lecteur sont délivrées par jour.

Le lecteur choisit ensuite une des 9 salles de lectures spécialisées. La subdivision thématique des salles de lecture facilite la recherche de références grâce à la présence de documentalistes spécialisés. Cependant n’importe quel document commandé peut être remis dans n’importe quelle salle de lecture.

Chaque salle comprend en outre des collections spécialisées en accès libre : ouvrages, encyclopédies, revues et des ordinateurs permettant l’accès aux 1 000 bases de données proposées par la British Library.

British Library Salle de lecture Credit Paul Grundy

Salle de lecture Crédit Paul Grundy

Stockage et plan de classement

La commande et la livraison des documents à partir des réserves sont gérées par le logiciel : Automated Book Retrieval System (ABRS).

Inimaginable pour les documentalistes, les documents ne sont classés ni par thème, ni par auteur, ni par date…mais par taille !

Il ne faut donc pas confondre stockage des documents dans les réserves et classement des documents d’une bibliothèque en accès libre. Ne répondant pas aux mêmes objectifs, ils ne sont pas fondés sur les mêmes principes d’organisation.

Ce système, que la British Library a été la première bibliothèque nationale à mettre en place en 1980 permet un gain considérable de place. Il s’inspire des principes établis par Antonio Panizzi, célèbre bibliothécaire d’origine italienne, conservateur à la British Library de 1837-1856.

Chaque document dispose d’un code barre indiquant sa localisation dans les réserves : n° d‘étagère (ShelfMark) et place sur l‘étagère (storage location).

British Library, écran de consultation

Ecran de consultation

Chaque étagère comporte des documents de taille similaire. Lorsqu’un document rejoint la British Library, il est stocké sur l’étagère correspondant à sa taille. Lorsque l’étagère est pleine, il en est créé une nouvelle pour les documents de même taille.

Le logiciel est relié au Mechanical Booking Handling System (MBHS) qui gère l’acheminement physique des documents. Ce système de 3km de long a été construit en même temps que la bibliothèque. Il permet de gérer 4 000 demandes par jour.

British Library, MBHS

MBHS

Une fois le document localisé dans une des 1 200 sections des réserves, il est acheminé dans une des 50 salles de distribution, uniquement accessibles au personnel de la bibliothèque.

British Library, salle de distribution

Salle de distribution

Lors de notre passage en salle de distribution, deux ouvrages en français sont arrivés des réserves : un ouvrage sur Lionel Jospin et un ouvrage d’Arnaud Montebourg ( !) destinés aux prêts interbibliothèques.

British Library, ouvrages

Ouvrages, salle de distribution

Le personnel de la bibliothèque vérifie ensuite la cohérence du document par rapport à la commande puis l’apporte en salle de lecture et le remet au lecteur.

Le délai annoncé de livraison est de 1h10mn mais le délai moyen de livraison est de 55 mn.

Développement des collections

Outre les ouvrages et documents britanniques et irlandais, la British Library mène une politique de développement de ses collections étrangères. Cette tâche est confiée à 100 conservateurs linguistes. Afin d’enrichir une collection riche de 85 000 documents en 66 langues, ces conservateurs disposent d’un budget de 1,6 million £ par an.

Ce sont les conservateurs eux-mêmes qui décident de ces acquisitions dans le souci de refléter la vie intellectuelle d’un Etat ou d’une zone linguistique.

C’est à ce titre que la British Library est considérée non comme la plus grande bibliothèque nationale mais comme la plus riche du monde.

Treasures

Enfin, la British Library recèle des trésors qui sont exposés en permanence et accessibles gratuitement dès le hall d’entrée.

  • Deux bibles de Gutenberg (1454-1455)
  • Le Codex Sinaiticus (4ème siècle)
  • Le planisphère de Contarini, première carte imprimée contenant le Nouveau Monde ;
  • Une lettre d’Henri VIII et Anne Boylen au cardinal Wolsey (1528)
  • Des œuvres manuscrites de Jean-Sébastien Bach, W.A. Mozart, Gustav Mahler, Benjamin Britten…
  • Des manuscrits et l’écritoire de Jane Austen
  • Le manuscrit d’Alice au Pays des Merveilles
  • Des manuscrits des Beatles
Manuscrit Jane Austen Credit Bristih Library

Manuscrit Jane Austen Credit Bristih Library

Chacun y trouvera un motif d’émerveillement….

Pour réserver votre visite de la British Library : http://www.bl.uk/events/general-guided-tour

Grille de la British Library

Grille de la British Library

BNF, 8 mars 2016

Cocktail à la BNF

Comme annoncé dans un précédent article, j’ai participé à la collecte de la BNF pour le rachat du bréviaire royal de Saint-Louis de Poissy.

Pour remercier les mécènes et donateurs, la BNF Richelieu a ouvert les portes de la salle ovale. Une occasion unique de visiter cette salle qui sera bientôt fermée pour travaux et qui est habituellement réservée aux étudiants en histoire de l’art et archéologie à partir du Master 1 et aux enseignants et chercheurs en histoire de l’art, personnels des administrations culturelles.

Petit reportage en images de cette soirée prestigieuse et exceptionnelle.

Dans la salle ovale, quand on rentre, ça donne çà ! Effet WAOUH garantit !

BNF, 8 mars 2016

Du beau monde pour accueillir le bréviaire : Karl Olive, maire de Poissy discute avec Bruno Racine, Président de la BNF (de dos)

BNF, 8 mars 2016

Les petites compositions florales sur les tables et les lampes vertes : j’aime beaucoup !

BNF, 8 mars 2016

A la BNF, on trouve aussi des lecteurs de micro-fiches, un truc que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître !

BNF, 8 mars 2016

Et des casiers en bois avec des fiches de catalogage ! Si toi aussi, tu as connu les cours de catalogage sur fiches, c’est que tu es une vieille documentaliste !

BNF, 8 mars 2016

Cocktail à la BNF, c’est chic non ?!

BNF, 8 mars 2016

Même le chauffage à fière allure !

BNF, 8 mars 2016

Certes la coupole de verre est un peu poussiéreuse mais lorsqu’elle sera nettoyée à l’identique de le petite partie témoin en bas à droite, elle retrouvera tout son éclat !

BNF, 8 mars 2016

Le discours de Bruno Racine pour remercier les donateurs et les mécènes

BNF, 8 mars 2016

Les invités se pressent autour des vitrines de présentations des manuscrits anciens

BNF, 8 mars 2016

Et le bréviaire, il est où ? Bien à l’abri sous sa vitrine (photo ville de Poissy)

Bréviaire Royal de Saint-Louis de Poissy

 

Mécénat Saint-Louis, l’objectif a été largement dépassé : http://www.bnf.fr/fr/acces_dedies/mecenat_partenariat/s.mecenat_saint_louis.html
Le manuscrit sera prochainement numérisé et accessible sur Gallica.
Toutes les photos ont été  réalisées sans flash et sans lumière du jour puisqu’il faisait nuit, ce qui explique cette lumière jaune particulière mais assez cosy.

 

New York Public Library Shop, décoration de Noël

New York Public Library shop

En 2011, j’ai eu la chance de visiter la bibliothèque publique de New-York. J’ai bien fait d’organiser cette visite guidée à l’époque car depuis les salles les plus prestigieuses sont fermées pour travaux pour plusieurs années. (Voir mon reportage de 2011).

La bibliothèque publique de New-York met le paquet sur les expositions temporaires (gratuites et de très pointues) pour faire patienter les visiteurs.
Si vous avez peu de temps à lui consacrer, rendez-vous au moins à la boutique qui est le paradis sur terre des bibliothécaires !

Ci-dessous un petit reportage photos avec quelques idées cadeaux. Je suis fan, c’est peu de le dire !
La boutique existe aussi en ligne :  http://www.thelibraryshop.org/

Ça manque en France, non ?

 

New York Public Library

La façade, novembre 2015

New York Public Library

Un des deux lions

New York Public Library Shop, la boutique

Une boutique au cœur même de la bibliothèque

New York Public Library Shop, la boutique

Paradis sur terre des bibliothécaires !

New York Public Library Shop, vitrine

The man who loved books too much

New York Public Library Shop, la boutique

On en rugit de plaisir !

New York Public Library Shop, les chaussettes

Grand choix de chaussettes

New York Public Library Shop, les magnets

Des magnets citation

New York Public Library Shop, les magnets

J’adore le To ‘Due’ List magnet !

New York Public Library Shop, bijoux

Les bijoux, en France voir aussi sur le site A Litlle Market

New York Public Library Shop, décoration de Noël

Les décorations de Noël et les cartes de vœux

New York Public Library Shop, écriture

Diverses incitations à l’écriture

Chaussettes livres

Mes nouvelles chaussettes studieuses !

 

Sketchbook Project

Brooklyn Art Library à New-York

Lors d’un récent voyage à New-York, j’ai visité le quartier de Brooklyn avec Elise qui possède sa propre agence de visites de New-York en français (New York Off Road) .

Elise ne pouvait pas me faire plus plaisir en me faisant découvrir The Brooklyn Art Library qui est à l’origine du Sketchbook Project.

Qu’est-ce que le Sketchbook Project ?

C’est un projet d’une bibliothèque collaborative de carnets d’artistes alimentée par des particuliers du monde entier. La bibliothèque contient environ 34.000 carnets créés par des personnes de plus de 135 pays.
Ce projet est né en 2006 à Atlanta puis à déménagé à New-York en 2009. La bibliothèque d’art de Brooklyn, au cœur de Williamsburg, est la vitrine permanente des collections qui peuvent être consultées par le public.

Sketchbook Project

Sketchbook Project

Concrètement comment cela se passe ?

Vous achetez un carnet vierge, vous le remplissez avec des dessins, une histoire, du texte, des collages, des découpages, des photographies, puis vous le renvoyez à la bibliothèque où il intégrera la collection. Selon la formule du carnet ($28 pour intégrer la collection et être disponible à la consultation sur place ou $63 pour être consultable sur place et numérisé donc consultable depuis internet) votre audience sera plus ou moins large.
Une partie de la collection voyage également dans un bibliobus spécialement conçu pour le projet dans les différents états américains et au Canada.
Pas besoin d’être un artiste reconnu, il y en a pour tous les goûts et tous les styles !

Sketchbook Project, carnets

Sketchbook Project, carnets vierges

Sketchbook Project, exemple

Sketchbook Project, exemple de carnet

Et les documentalistes là-dedans ?

L’ensemble des carnets ont été indexés dans une base de données par nom d’auteur, type de projet, pays, ville, état mais aussi par techniques (encre, peinture, pop-ups, photographie, aquarelle, couture, plié en accordéon, écriture…) ou par thèmes (mode, science, architecture, musique, technologie, voyage, abstrait…).

Sketchbook Project, vieux casiers (déco)

Sketchbook Project, vieux casiers (déco)

Même si tous les carnets sont exposés sur des étagères directement accessibles par les visiteurs, l’accès aux carnets n’est pas libre. Pour obtenir un carnet, vous devez faire une demande à un documentaliste en lui communicant les mots-clés de votre choix ou demander une sélection liée au hasard.

Le fait qu’un carnet sortira du lot des 34.000 carnets pour être consulté par un lecteur dépend donc de la demande du lecteur, de l’indexation qui a été faite par les documentalistes ou du hasard.

Sketchbook Project, vieux catalogue

Sketchbook Project, vieux catalogue (déco)

C’est comment sur place ?

L’endroit qui occupe un ancien bâtiment industriel, comme beaucoup de boutiques dans ce quartier, est tout simplement magique. Vous pouvez vous installer sur de grandes tables en bois pour consulter les carnets. J’imagine facilement comment cette bibliothèque d’art est une source d’inspiration sans limite pour tous les créatifs new-yorkais (milieu de la mode, du design, du graphisme, de la création d’une manière générale).

Sketchbook Project

Sketchbook Project

Sur place je me suis procurée l’ouvrage The Sketchbook project World Tour par Steven Peterman, Sara Elands Peterman  et Shane Zucker (les fondateurs du projet), Princeton Architectural Press, 2015, en anglais (également en vente sur internet). Ce livre est une sélection de pages de carnets avec des focus quelques artistes sous forme d’interviews. Les carnets sont répertoriés par continent ce qui permet de repérer quelques tendances graphiques liées à l’environnement culturel des auteurs.  256 pages d’inspiration et de motivation à consulter avant de réaliser votre propre carnet si l’angoisse de la page blanche vous saisit ! Il y a de tout, du très pro comme du très enfantin, de l’artiste reconnu comme du simple particulier qui aime dessiner ou écrire, ou coller, ou photographier, des carnets de vies, des carnets imaginaires, des carnets de voyages, des carnets d’observation. Impressionnant !

 

Sketchbook Project

Sketchbook Project, lumineuse idée

Sketchbook Project, le livre

Sketchbook Project, le livre

Comment je participe ?

http://www.sketchbookproject. com/participate

Sketchbook Project, envie d'écrire

Sketchbook Project, envie d’écrire ?

Comment j’y vais ?

Seul ? Brooklyn Art Library, 1030 A N. 3rd Street, Brooklyn, NY 11249

Accompagné ? par Elise bien sûr ! New York Off Road

Pour cette étape en particulier, j’ai été comme en apnée pendant toute la durée de notre visite, tellement j’étais excitée par cette découverte. Imaginez un peu mes deux passions (bibliothèque et carnets (de voyages/de vie)) rassemblées dans un seul et même endroit !

Ceci dit, je vous assure que l’intégralité de la visite de Williamsburg vaut la peine car il y a vraiment de superbes endroits à découvrir dans ce quartier et l’enthousiasme d’Elise (qui vient d’y déménager) est hautement communicatif ! C’est bien simple, je crois que c’est de loin ce que j’ai préféré de tout notre séjour New-Yorkais même s’il est difficile de comparer des activités qui n’ont pas toutes le même sens.

Sketchbook Project, rayonnages

Sketchbook Project, rayonnages

En attendant de réaliser votre propre carnet

Vous pouvez vous créer un compte et consulter les carnets numérisés en ligne :

http://www.sketchbookproject. com/

Sketchbook Project, rayonnages

Sketchbook Project, bientôt le votre ?

Médiathèque du Petit Picquey

Bibliotourisme Le Corbusier en Gironde

2015 marque le cinquantenaire de la mort de Le Corbusier.

L’occasion pour la médiathèque du Petit Piquey (Lège Cap Ferret) d’organiser une exposition sur les années que passa l’architecte au Bassin d’Arcachon.

Médiathèque du Petit Picquey

Médiathèque de Petit Picquey

L’occasion pour nous de faire un peu de bibliotourisme architectural.

L’exposition bien que petite en taille présente de nombreux dessins, peintures, photos et vidéos dont beaucoup d’originaux en provenance de la Fondation Le Corbusier. Jolie mise en scène dont l’unité de mesure est la cabane, une unité architecturale qui parle bien aux habitants du bassin.

Exposition Le Corbusier, Médiathèque de Petit Piquey

Projection d’un film dans une des cabanes

Tout comme l’exposition du Centre Pompidou, l’exposition de la médiathèque du Petit Piquey révèle des facettes moins connues du Corbusier comme ses dessins, ses peintures, ses photos, sa correspondance avec ses proches.

Exposition Le Corbusier, Médiathèque de Petit Piquey

Le Corbusier, Pêcheuse d’huîtres

Comme le dit Yannick Delneste, journaliste de Sud Ouest, « ces années de villégiatures font l’objet d’une exposition qui éclaire le personnage d’une manière inédite et moins rigide, plus humaine ».
En effet, une ombre plane sur le cinquantenaire de la mort de Le Corbusier. De nombreuses publications reviennent sur le passé politique trouble de l’architecte.
Point de polémique dans cette exposition où il est surtout question d’harmonie entre l’homme et la nature, d’équilibre des constructions (parfaite simplicité des cabanes), d’innocence « sauvage » et d’authenticité.

Le petit catalogue de l’expo est un joli souvenir d’une époque bienheureuse et malheureusement révolue sur le Bassin. Nombreux extraits de correspondances Edité à 1000 exemplaires uniquement c’est objet collector ! En vente à la médiathèque, 10 euros.

C’est la construction de la route qui a fait fuir Le Corbusier, on imagine mal sa réaction face à l’affluence touristique de l’été 2015 !

Je ne peux pas vous dire grand-chose de la médiathèque de Petit Piquey si ce n’est qu’elle était agréable, spacieuse, bien achalandée et particulièrement vivante en ce jour de pluie. Elle faisait plaisir à voir cette médiathèque car elle grouillait de visiteurs, venus pour l’exposition ou pour un petit moment de lecture à l’abri des éléments.

A la sortie de l’exposition, plusieurs ouvrages sur la thématique étaient mis en avant.

Exposition Le Corbusier, Médiathèque de Petit Piquey

Sélection d’ouvrages de la médiathèque sur Le Corbusier

Exposition Le Corbusier, mes années sauvages au Bassin (1918-1936) du 11 juillet au 23 septembre 2015 : http://www.mediatheque-legecapferret.fr/

L’association Pilitak en partenariat avec la ville de Lège-Cap Ferret propose une exposition consacrée aux vacances du célèbre architecte Le Corbusier sur le Bassin d’Arcachon de 1918 à 1936.

C’est la première exposition consacrée au rapport que Le Corbusier entretenait avec le Bassin d’Arcachon et son amour pour cette nature sauvage et authentique.

Cette exposition présentera le visage d’un Le Corbusier rêveur, créatif qui voit le bassin comme un refuge naturel. À travers cette exposition c’est aussi une partie de l’histoire de la presqu’île que nous découvrirons.

Exposition gratuite. Se renseigner au préalable sur les jours de fermeture et les horaires d’ouverture.

Salle culturelle Pauilhac
Médiathèque de Petit Piquey
avenue des écoles
33950 LEGE-CAP FERRET


Sur le même sujet, parce que nous aimons bien les années thématiques, nous avons vu :

La villa Savoye à Poissy

Bon plan, si la place est libre, possibilité de se faire bronzer sur une chaise longue du solarium de la villa Savoye.

http://www.villa-savoye.monuments-nationaux.fr/

Villa Savoye, Poissy

Villa Savoye, Poissy (78)

Villa Savoye, Poissy

Lire Les heures claires de la villa Savoye sur le toit terrasse de la vila Savoye, c’est raccord !

L’exposition Le Corbusier, mesures de l’homme au Centre Pompidou, Paris (29 avril – 3 août 2015)

https://www.centrepompidou.fr/cpv/resource/coy8gny/rzyodRb

La petite cité ouvrière de Lège Cap Ferret (1923-1924), à visiter avant ou après l’expo à la médiathèque

Avant celle de Pessac, la première collaboration entre Le Corbusier et l’industriel Henry Frugès qui souhaitait y loger les ouvriers d’une caisserie qu’il venait d’acquérir.

En face du poste de

secours. Elle ne se visite pas mais il est possible de voir l’extérieur des six logements individuels qui ont conservés leur vocation sociale (ils sont gérés par le bailleur Gironde Habitat). Attention à respecter la tranquillité des locataires.

 

Le Corbusier, cité ouvrière Lège Cap Ferret

Le Corbusier, cité ouvrière Lège Cap Ferret

Le Corbusier, cité ouvrière Lège Cap Ferret

Le Corbusier, cité ouvrière Lège Cap Ferret

Les quartiers Modernes Frugès à Pessac (près de Bordeaux)

http://www.pessac.fr/cite-fruges-le-corbusier.html

Une visite gratuite guidée de presque 2 heures dans la cité est organisée par la ville de Frugès. Vous apprendrez tout ou presque de cette cité jardin ouvrière voulue par l’industriel Henry Frugès et dessinée par Le Corbusier entre 1924 et 1926.

Visite dans la cité et visite de la maison témoin, une maison de type gratte-ciel acquise par la ville. C’est à la fois passionnant et d’une modernité renversante. Une visite qui nous questionne encore plusieurs jours après.

Le Corbusier, Les quartiers modernes Frugès

Le Corbusier, Les quartiers modernes Frugès à Pessac

Le Corbusier, Les quartiers modernes Frugès à Pessac

Le Corbusier, Les quartiers modernes Frugès à Pessac

Le Corbusier, Les quartiers modernes Frugès à Pessac

Le Corbusier, Les quartiers modernes Frugès à Pessac

Le Hors-série Télérama Le Corbusier, histoire (notamment) d’en savoir plus sur la face sombre du personnage mais pas que…

http://www.telerama.fr/tag/hors-serie-le-corbusier/

Le Corbusier, publications

Petite collection personnelle de documentation sur Le Corbusier, en bas à gauche le livret de l’expo du Petit Piquey