Veille collaborative

Formation Animer une veille collaborative, retour d’expérience par Natacha Couvert-Tarnowka

Veille collaborativeAnimer une veille collaborative : programme de la formation sur le site de l’ADBS :
http://www.adbs.fr/animer-une-veille-collaborative-142882.htm?RH=1410350879074

J’ai été intriguée par le concept de « veille collaborative » et je me suis demandé comment il était possible de mettre en place ce type de collaboration.

Avant tout, la veille collaborative est le prolongement de veilles existantes. Il faut donc établir une réflexion stratégique importante car elle implique nécessairement de l’humain, des outils et de l’organisation.

  • De l’humain: le professionnel de veille doit capter l’information pour que le dirigeant puisse prendre la bonne décision. Il doit donc aller à la rencontre de ceux qui détiennent cette information, notamment les experts du domaine, et adapter son comportement en fonction des différentes personnes. L’implication de tous est essentielle.
  • Des outils : les outils facilitent le travail des veilleurs et leur permettent de travailler en réseau. Il existe des logiciels spécialement conçus pour la veille. Google et les flux RSS seront très utiles également. Mais il ne faut pas négliger un outil important : les réseaux (réseaux sociaux, RSE, associations, etc …).
  • De l’organisation : Bien souvent la mise en place de ce type de veille est la volonté d’une hiérarchie. Cela nécessite donc l’implication des managers, une analyse des besoins et du benchmarking.

Animer une veille collaborative n’est pas aisé. Il faut savoir convaincre, faire comprendre le bien-fondé et les apports de la démarche à tous, même aux récalcitrants. Il est important de bien connaître les mécanismes de l’entreprise, de bien organiser et coordonner cette veille pour qu’elle puisse donner des résultats.

Je vous recommande de suivre cette formation car Jérôme Bondu, expert en veille, nous a montré de nombreuses facettes de cette veille collaborative et nous a donné les clés pour mettre en place un tel projet.

Natacha Couvert-Tarnowka
Documentaliste juridique – Archiviste

Librairie LGDJ

Visite librairie LGDJ hors les murs

Librairie LGDJLe 3 février 2015, le secteur Documentation juridique de l’ADBS organisait une visite de la librairie LGDJ. A cette occasion, le groupe a été accueilli par Monsieur Frédéric Etchart, Directeur Marketing & Développement et Responsable de la libraire LGDJ et Monsieur Vincent Decarpentrie, libraire. Ils nous ont présenté librairie LGDJ et ses spécificités, le nouveau site internet et ses fonctionnalités et l’évolution du métier de libraire juridique.

Les locaux de la librairie rue Soufflot n’étant pas destinés à recevoir un groupe de plusieurs personnes, il a été convenu que la réunion aurait lieu «hors les murs», au siège du groupe Lextenso Editions à Issy les Moulineaux.

Afin de ne pas alourdir, la page le compte-rendu de la visite peut être téléchargé ci-dessous.

Plan du compte-rendu

Présentation de la librairie LGDJ et typologie de ses clients
Le circuit du livre
Le nouveau site internet de la librairie et ses fonctionnalités : http://www.lgdj.fr/

Site internet LGDJ
Les salons professionnels
Quid du livre numérique ?
Amazon est-il un danger pour le libraire juridique ?
Vision prospective de l’évolution du métier de libraire juridique
Conclusion

Compte-rendu par Carole Guelfucci (Darrois Villey Maillot Brochier) et Katell Piboubès (STCPartners).
Compte-rendu de la visite de la librairie LGDJ  (document PDF de 7 pages).

Cour de l'Institut Catholique, EBD, Paris, crédit photo Stéphane Beguier

Compte-rendu du P’tit Déj PMB Services du 22 janvier 2015 à l’EBD

Cour de l'Institut Catholique, EBD, Paris, crédit photo Stéphane Beguier

Cour de l’Institut Catholique, EBD, Paris, crédit photo Stéphane Beguier

Le 22 janvier 2015, l’EBD accueillait le premier P’tit Déj PMB Services de l’année 2015.

L’équipe commerciale au grand complet nous a présenté les nouveautés de la version 4.1 et les développements de la future version 4.2.
Afin de ne pas alourdir cette page d’une énumération de nouvelles fonctionnalités, j’ai préféré insérer un lien vers le compte-rendu au format PDF.

Sachez que comme d’habitude avec PMBServices, ça foisonne d’idées pour développer l’outil. Certaines sont intellectuellement très stimulantes mais pas forcément d’application directe dans notre secteur juridique (géolocalisation, indexation par les concepts), d’autres me semblent à étudier de près comme le module FAQ et le module de veille.

Contenu du compte-rendu :

– Présentation de plusieurs portails, coûts de PAGEO et d’OpenClever,

– Nouveautés de la version 4.1,

– Développement de la future version 4.2,

– Module de veille, en cours de développement.

Lire le compte-rendu : Réunion PMB 22/01/15, compte-rendu (format PDF)

 

MOOC Wordle created by Macie Hall

De la doc aux moocs, interview de Nelly Violette

MOOC Wordle created by Macie Hall

Image Source: MOOC Wordle created by Macie Hall

Quel poste occupes-tu actuellement ?

Je suis chef de projet MOOC (Cours en ligne massifs et ouverts) à l’ENS Cachan

Quelle est ta formation d’origine ?

J’ai une formation littéraire. Après une hypokhâgne, j’ai enchaîné avec des études de langues (anglais, espagnol, français langue étrangère) puis un DESS de traductrice documentaliste scientifique et technique.

Comment es-tu passée de la documentation juridique aux MOOCs ?

J’ai profité d’un licenciement pour faire évoluer ma carrière et m’orienter vers la gestion de projet. Grâce à une collègue, j’ai découvert le MOOC Gestion De Projet de Rémi Bachelet de l’Ecole Centrale Lille, un des tous premiers MOOC en France pour lequel j’ai obtenu le certificat avancé authentifié. J’ai complété cette initiation en suivant juste après une formation intensive de Chef de projet multimédia. Peu avant la fin de ma formation, une annonce sur le blog de Matthieu Cisel, co-créateur du MOOC Gestion de Projet a attiré mon attention car le profil recherché devait combiner des connaissances sur les MOOCs, la gestion de projet et le domaine de la formation. Ayant été également enseignante aux Etats-Unis puis formatrice bénévole pendant une dizaine d’années dans une association et ayant suivi des cours à distance et en présentiel dans le cadre de cours du soir, je répondais à tous les critères et la balance a penché en ma faveur.

Quelles sont les points communs entre les deux fonctions ?

En premier, je dirais l’autonomie et la gestion des priorités. Le chef de projet est un chef d’orchestre qui doit gérer le planning, parer au plus pressé et concilier tous les impératifs humains et matériels. Le documentaliste doit aussi savoir gérer les recherches et les travaux qui lui sont demandés, concilier les demandes des uns et des autres dans un laps de temps limité.

Il faut également être débrouillard et savoir trouver des solutions à un problème inattendu. Le documentaliste peut avoir à pallier la défaillance d’un serveur, la fermeture d’un service et devoir tout de même trouver la réponse à la question qu’on lui a posée. Le chef de projet doit trouver une solution de repli si du matériel ou des ressources prévues ne sont plus disponibles.

Savoir bien rédiger est également  un point commun aux deux professions. Le chef de projet MOOC est garant de la qualité du contenu d’un point de vue lexical et syntaxique. Son français doit être impeccable tout comme pour le documentaliste qui est amené à rédiger des résumés ou des synthèses.

Enfin, la gestion de projet existe dans de nombreux métiers et un documentaliste qui doit mettre en place un système d’informatique documentaire ou un système d’archivage numérique ou encore de records management utilisent les méthodes de la gestion de projet même si c’est à une petite échelle.

Chef de projet par Merci Alfred

Les métiers déchiffrés par Merci Alfred

(Rapidement) comment fonctionne un MOOC ?

Un MOOC c’est un cours mis en ligne sur une plateforme numérique. En France, nous avons France Université Numérique (FUN) https://www.france-universite-numerique-mooc.fr/ créée par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. Cette plateforme repose sur un LMS (Learning Management System) qui est un CMS spécialisé pour la formation en ligne. Celle utilisée par FUN est Open EdX.

Pour créer un cours, il y a 3 types d’intervenants : une équipe pédagogique qui crée les contenus,  une équipe support (service audiovisuel, chef de projet) et une équipe technique pour la maintenance de la plateforme.

La spécificité des MOOCs est qu’au-delà des cours sous forme de vidéos (courtes en général) et d’exercices d’autoévaluation, une interaction est générée et encouragée entre les participants. Certains MOOCs incluent un projet à faire à plusieurs dans leur parcours et des équipes d’apprenants se forment via le forum de l’interface ou des outils externes de mise en réseaux. L’animation de cette communauté fait souvent partie de la fonction du chef de projet

Voir aussi : http://www.france-universite-numerique.fr/IMG/pdf/a_la_decouverte_des_mooc-2.pdf

Quels MOOCSs conseillerais-tu à des documentalistes qui souhaitent élargir leurs compétences ?

De nouveaux MOOCs sont publiés tous les mois, il est donc difficile de conseiller des MOOCs en particulier. En revanche, il y a des domaines qui vont être plus intéressants pour les documentalistes, comme l’informatique et la sécurité de l’information. De nombreux MOOCs existent sur cette thématique sur FUN et sur Openclassrooms http://openclassrooms.com/ . Il y a également des MOOC thématiques (droit, histoire etc.) qui peuvent être utiles.

Pour ceux qui s’intéressent au droit, il y a les MOOCs de l’université Panthéon-Assas qui sont achevés mais qui sont archivés sur http://openeducationeuropa.eu/, le MOOC Droit des entreprises de Bruno Dondero (https://www.france-universite-numerique-mooc.fr/courses/Paris1/16001S02/Trimestre_1_2015/about) et les MOOCs de Sciences-Po.

En archivage, Marie-Anne Chabin, spécialiste de l’archivage numérique vient d’ouvrir un MOOC « Bien archiver : la réponse au désordre numérique » https://www.france-universite-numerique-mooc.fr/courses/Paris10/10003/Trimestre_1_2015/about

http://www.marieannechabin.fr/2014/12/un-mooc-qui-bouscule/

Enfin, il existe des annuaires de MOOCs comme https://www.mooc-list.com/ ou http://mooc-francophone.com/liste-mooc-en-francais/

La participation à un MOOC peut-elle booster une candidature à un poste ?

Oui et j’en suis un bon exemple car la connaissance des MOOCs était un pré-requis pour le jury de recrutement et le fait que j’aie suivi la version avancée du MOOC gestion de projet  a montré ma capacité d’implication et d’autonomie.

Je pense par ailleurs que c’est un excellent outil pour démontrer à un employeur son intérêt pour un domaine et son aptitude à gérer son temps et s’auto-former.

Voir aussi : Les entreprises commencent à utiliser les Mooc pour recruter par Elodie Buzaud sur Cadremploi.fr, 1er octobre 2014

http://www.cadremploi.fr/editorial/actualites/actu-emploi/detail/article/les-entreprises-commencent-a-utiliser-les-mooc-pour-recruter.html

Nelly VIOLETTE, Chef de projet MOOC à l’ENS Cachan.

http://www.linkedin.com/in/nellyviolette

 

Knowledge Management arbre

Retour d’expérience sur la formation Knowledge Management 2.0 : enjeux et mise en œuvre par Anne Thébault

Knowledge Management arbre

Retour d’expérience sur la formation Knowledge Management 2.0 : enjeux et mise en œuvre par Anne Thébault

Voir le programme de la formation sur le site de l’ADBS : http://bit.ly/1xsENPC

Tout d’abord, je dois préciser que je me suis inscrite à cette formation pour moi et non dans le cadre du travail.

Je n’avais aucun projet en cours mais seulement un début de volonté de la part de mon entreprise de mettre en place un projet KM.

Je me suis donc présentée à la formation en pensant assister à une présentation technique sur les solutions KM existantes.

Dès les premières minutes, je me suis rendue compte que j’étais bien loin du compte.

Nous avons commencé par exprimer notre propre vision du KM en dessin (et oui j’ai pu mette à profit mes talents de graphiste).

Nous n’étions que 4 personnes à assister à la formation et nous avons eu énormément de temps de parole et de réflexion en binôme ou toutes ensemble. Nous venions d’horizons différents, avec des formations différentes et surtout des postes totalement différents.

Cela nous a permis d’ouvrir un peu la vision que nous avions du KM et de comprendre que les applications étaient bien plus vastes que nous l’avions pensé.

La formation en elle-même était dispensée par deux universitaires (Aurélie Dudezert et Kelly Sellin) très à l’écoute et plus proche de coach que de professeurs. Les concepts nous ont été clairement présentés avec beaucoup d’exemples, d’exercices et un lien constant avec nos (futurs) projets KM. J’ai vraiment eu le sentiment d’être assistée dans la construction de mon projet.

Finalement je suis sortie de cette formation avec une bonne idée de projet à proposer à mes associés, un argumentaire plutôt solide et une re-motivation bien utile. Cette formation m’a la fois permis de me lancer dans un nouveau projet motivant mais aussi de réfléchir à l’évolution de mon poste et de mon métier. C’était enrichissant à tous les points de vue.

Anne Thébault, documentaliste juridique

 

Cour de Cassation Grand' Chambre, crédit Cour de Cassation

Les sources du droit à l’aune de la pratique judiciaire par Natacha Couvert

Les sources du droit à l’aune de la pratique judiciaire, colloque du 11 décembre 2014, compte-rendu par Natacha Couvert-Tarnowka

Cour de Cassation Grand' Chambre, crédit Cour de Cassation

Cour de Cassation « Grand’ Chambre », crédit Cour de Cassation

Lien vers la page du colloque : http://bit.ly/1wCL10p

Petit rappel : La Cour de cassation est la plus haute juridiction de l’ordre judiciaire. Elle a pour rôle de contrôler la bonne application du droit par les juges judiciaires et elle assure l‘unité de l’interprétation des règles de droit. Elle ne rejuge en aucun cas les faits.

Le cadre est magnifique, la « Grand’ Chambre de la Cour de cassation » a été inaugurée en 1892. La décoration est éclatante, le plafond est orné de  lourds bandeaux de stuc doré, richement retravaillés. Des peintures de Paul Baudry, Elie Delaunay et Jules Lefèbvre couvrent la salle, dont les dimensions sont : 23 m sur 13m et 9m50 de hauteur.

Ce colloque propose d’examiner la place des diverses sources du droit dans la pratique judiciaire, sous le regard des historiens de la science juridique et des praticiens du droit. L’auditoire se compose d’étudiants, d’avocats, de magistrats et d’universitaires.

Programme :

Le fonds patrimonial de la bibliothèque de la Cour de cassation : perspectives de recherches

La Bibliothèque a été constituée dès les premières années du 19ème siècle. Elle dispose d’un fonds très ancien car elle avait une vocation encyclopédique, à l’origine. Néanmoins elle a su faire le lien entre le droit ancien et le droit moderne, et elle a su s’adapter aux nouvelles technologies.

La première partie du colloque se définit ainsi : « les sources de la jurisprudence » :

la typologie des normes
l’ordonnancement des normes : la valeur des codes
l’ordonnancement des normes : la place de la coutume

La seconde partie est consacrée à la « jurisprudence comme source » :

la place et la valeur des consultations et des mémoires
la place et la valeur des rapports et avis
la structure et la valeur de la décision
la diffusion de la jurisprudence comme source du droit

Il n’est pas possible de faire un résumé d’un colloque aussi riche, tant du point de vue historique que du point de vue légal. De nombreuses questions ont été soulevées et de nombreuses perspectives ont été évoquées.

Néanmoins, on peut dire que la Cour de cassation a réussi le virage du numérique : elle pense à la fois aux outils et au contenu. Le Centre de documentation, piloté par Jean-Paul Jean, président de chambre à la Cour de cassation, doit faire face à une pluie d’informations. Il doit alerter et trier l’information, faire preuve de méthode et de cohérence interne.

La diffusion de la jurisprudence de la Cour de cassation devient un enjeu important car il faut la valoriser. Pour y parvenir, elle doit être hiérarchisée et il doit y avoir moins de pourvois. Car plus les décisions sont nombreuses, plus il y a un risque de divergence.

Des réflexions sont menées sur les thèmes suivants :

– Qui comprend une décision de la Cour de cassation en dehors des praticiens du droit ?

– Faut-il envisager de faire un résumé ou une synthèse de ces décisions ?

– Faut-il mettre en place une politique de traduction ?

Il faut dire le droit et être compris.

Natacha Couvert-Tarnowka
Documentaliste juridique – Archiviste

Formation CIL

Documentalistes, intéressez-vous à la fonction CIL

Formation CIL

Qu’est-ce qu’un CIL ?

La fonction Correspondant Informatique et Libertés a été instaurée par la loi du 6 août 2004. Les entreprises et les organismes publics ont la faculté de désigner officiellement un CIL.
Le CIL accomplit des missions de contrôle interne de conformité à la loi informatique et libertés au sein de l’organisme dont il est CIL. Cette maîtrise des risques juridiques est d’autant plus importante que la plupart des manquements à la loi du 6 janvier 1978 sont pénalement sanctionnés.
Les fonctions de CIL s’exercent à temps plein ou partiel, en qualité de salarié ou de consultant externe.

Pourquoi désigner un CIL ?

  • Etre dispensé d’une grande majorité des déclarations (remplacées par le registre)
  • Disposer d’un conseiller interne (avec un accès facilité aux services de la CNIL, sur tous les projets informatiques, anticiper les évolutions légales)
  • Renforcer la sécurité juridique (mise en conformité et maintien de la conformité, sensibilisation)
  • Améliorer l’image (engagement pour la vie privée, responsabilité sociétale, réduction du risque de sanction surtout si elle est rendue publique).

Source : extrait du support HSC (slide 75/291)

Voir aussi :

http://www.cnil.fr/linstitution/missions/informer-conseiller/correspondants/pourquoi-designer-un-cil/

Qui peut être CIL ?

D’après la loi Informatique et Libertés, le CIL est une personne qui bénéficie des « compétences et des qualifications requises pour exercer ses missions. » Pas de diplôme particulier, pas d’agrément. Idéalement le CIL a une double compétence en droit et en informatique, plusieurs années d’ancienneté dans l’organisme et serait chef de service ou d’un niveau de responsabilité équivalent. Il peut s’agir d’une personne physique ou morale, d’un employé de l’organisme ou, sous certaines conditions, d’une personne extérieure à celui-ci.

En savoir + : la désignation du CIL en questions

http://www.cnil.fr/linstitution/missions/informer-conseiller/correspondants/questions-reponses/

Pourquoi un documentaliste (juridique) a-t-il des aptitudes pour être CIL ?

  • Rigueur. Organisation.
  • Compétence dans l’utilisation et l’administration de bases de données. Compétences informatiques.
  • Connaissances juridiques. Sens du respect de la règle de droit.

Où se former ?

A ce jour, il n’existe pas de diplôme CIL et pas de certification de personnes par la CNIL.

La CNIL propose des ateliers d’information gratuits, généralistes et thématiques, animés par ses propres experts.

Si l’on souhaite une formation concrète, pratique et opérationnelle, il est conseillé d’en suivre une auprès d’un organisme de formation piloté par des experts, des avocats, des juristes.

La formation que j’ai suivie était une formation de trois jours consécutifs organisée par la société Hervé Schauer Consultants, ci-dessous HSC (société de conseil en sécurité des systèmes d’information depuis 1989). Elle était prise en charge dans le cadre de mon Droit Individuel à la Formation (DIF).

Formation CIL 3 jours HSC : http://www.hsc-formation.fr/formations/cil_3jours.html.fr

Ce que j’ai pensé de la formation

Je ne pense pas que le poste de CIL soit une priorité pour les petites structures.
Après la formation, je continue de penser que cette fonction est tout à fait compatible avec les capacités techniques et juridiques des documentalistes juridiques.
En ce qui me concerne, je n’envisage pas à court terme de demander à être désignée CIL de mon employeur car je pense que cette tâche, pour être correctement exécutée, me demanderait d’abandonner d’autres fonctions. En revanche, j’envisage de m’intéresser aux problématiques informatique et libertés. Sans pour autant être désigné CIL, il est possible d’occuper une fonction de « référent ou relais CNIL« . L’activité de référent CNIL recoupe une grande partie des fonctions du CIL : sensibilisation à la loi informatique et libertés, enregistrement des déclarations ou établissement de dispenses de déclaration, tenue d’un registre des déclarations, interlocuteur privilégié de l’entreprise pour les questions relatives à la loi informatique et libertés, force de propositions pour les dirigeants.

Qui peut le plus peut le moins. Avec cette formation de trois jours sur la fonction CIL, on peut donc préparer le terrain et se sensibiliser au sujet ou prévoir d’exercer la fonction CIL avec tous les outils en main, notamment si l’on travaille dans une organisation/entreprise importante qui souhaite créer ce poste à temps plein ou à temps partiel.

La formation HSC se compose à la fois d’une analyse pointue de la loi du 6 janvier 1978 (exposé magistral) et d’exercices pratiques avec notamment une mise en situation sous forme de jeu de rôle particulièrement instructive. Son succès est, à mon sens, lié à la fois au professionnalisme de l’intervenant, Frédéric Connes, et à un support de cours particulièrement bien rôdé et détaillé. La formation aborde des points qui ne figurent pas forcément dans la loi de 78. Le formateur a pour but de nous initier à l’appréciation des risques et donc à une interprétation plus ou moins stricte des règles, ce qui serait impossible dans le cadre d’un atelier dispensé par la CNIL.
HSC ayant été la première société à être certifiée par la CNIL (pour leur formation initialement de deux jours), le formateur a un grand recul sur la fonction CIL et n’hésite à partager divers retours d’expérience qu’il a pu connaître via sa pratique ou ses anciens stagiaires.

A noter, HSC a déménagé fin octobre 2014 et dispense désormais ses formations au 185 avenue Charles de Gaulle à Neuilly-sur-Seine (face au métro Pont de Neuilly), locaux Deloitte.

Dans quelle mesure cette activité est-elle en devenir ?

Un nouveau débouché dans les métiers du droit en entreprise, en administration, collectivité locale ou association.

Compte-tenu des enjeux et des risques juridiques de plus en plus forts liés à cette réglementation, il y a actuellement un fort engouement pour cette fonction.

Près de 14 400 organismes ont déjà désigné un CIL (chiffres à jour à novembre 2014). Plus de 80 % des organismes ayant désigné un CIL relèvent du secteur privé .Plus de 80 % des organismes ayant désigné un CIL comptent plus de 1000 salariés.

La tendance au développement des CIL dans les entreprises et les administrations devrait se confirmer de manière très significative à moyen terme (2015-2017) dans le contexte d’un projet de règlement européen présenté par la Commission Européenne le 25 janvier 2012 qui prévoit de rendre la fonction de « Data Protection Officer » (DPO)  obligatoire pour les organismes publics et pour les personnes morales dont le traitement des données porterait sur plus de 5000 personnes concernées sur une période de 12 mois consécutifs.

Etat d’avancement du projet de Règlement sur la Protection des données à caractère personnel :

http://www.europarl.europa.eu/oeil/popups/ficheprocedure.do?reference=2012/0011(COD)&l=fr

Comment suivre l’actualité en rapport avec ce domaine une fois formé ?

Suivre l’évolution des textes

Sur Légifrance pour la loi informatique et libertés et sur Eurlex pour les directives et règlements.

Le groupe 29 (les « CNIL » européennes)

Sur le site de la CNIL

Par ailleurs, la CNIL met à disposition des CIL un site extranet qui permet notamment de consulter les dernières actualités sur les sujets et secteurs d’activité qui les intéressent

Association Française des Correspondants à la protection des Données à caractère Personnel (existe depuis 2004), AFCDP

En savoir + :

Le Guide du Correspondant Informatique et Libertés par la CNIL (édition 2011) :

http://www.cnil.fr/fileadmin/documents/Guides_pratiques/CNIL_Guide_correspondants.pdf

Le correspondant « informatique et libertés » par Guillaume Desgens-Pasanau, Préface de Alex Türk. – Paris : LexisNexis (Droit & Professionnels, Communication et commerce électronique), 2013. – 374 pages. – ISBN : 978-2-7110-1886-4

Code informatique, fichiers et libertés par Alain Bensoussan. – Bruxelles : Larcier (Les codes commentés Larcier), 2014. – 904 pages. – ISBN : 978-2-8044-7300-6

 

 

Bruno Bernard SIMON. – Vos recherches avec Google

Vos recherches avec Google par Bruno Bernard Simon

Bruno Bernard SIMON. – Vos recherches avec GBruno Bernard SIMON. – Vos recherches avec Googleoogle. – Paris : Editions Klog, 2014. – 159 p. ISBN : 979-10-922272-01-7

Ah Google ! On ne peut pas empêcher nos utilisateurs de l’utiliser, alors autant en connaître tous les rouages pour devenir les experts de Google et former les autres.

 

 

 

L’ouvrage de Bruno Bernard SIMON commence par une partie Comment fonctionne Google ? qui est tout simplement passionnante. Elle se lit presque comme une enquête. L’auteur, qui reconnait la surpuissance du moteur, ne dresse pas pour autant un portrait flatteur de la firme américaine. Les pratiques obscures (notamment pour le référencement et le classement des pages) sont dénoncées, les questions sur les dangers de la situation monopoliste sont posées : « Google n’a plus pour premier objectif de nous aider à trouver l’information désirée, son premier objectif est de conserver son monopole sur le marché de l’information en ligne, de maintenir sa cotation boursière de 244 milliards de dollars et d’engranger ses trente millions de dollars de recette quotidienne » (p. 47).

Dans ce chapitre vous en saurez plus sur le bestiaire de Google où comment  « pour les margoulins du référencement, Panda, pingouin et colibri sont par contre autant de puma, crocodile et aigles…  » (p. 46).

Ce livre s’adresse aussi bien au profane qu’au professionnel de l’information. Il incite ce dernier à jouer un rôle important dans la validation des sources et à informer l’usager sur les limites de la recherche via Google : « nous ne trouvons donc pas tout sur le Web sans payer pour l’information à valeur ajoutée ; nous devons avoir clairement à l’esprit cette limitation » (p. 56).

Puis à devenir expert de l’outil : « Ainsi Google, sans être directement opposé aux professionnels de l’information, ne les aide pas pour autant. Cette assertion ne reflète pas un réflexe anti-Google basé sur de mauvaises raisons émotionnelles : Google est un outil puissant et pertinent mais il n’est pas neutre. Il est donc important d’en connaître le fonctionnement technique que la stratégie pour mieux l’utiliser » (p. 54).

Ce qui nous amène à la partie Maîtriser Google qui aborde toutes les fonctionnalités de l’outil avec pour commencer un utile rappel de la logique booléenne p. 76 [mon avis : c’est fou le nombre de gens qui font de la logique booléenne bien ou mal sans le savoir; il est impératif de bien assimiler la logique booléenne pas seulement pour Google mais pour l’interrogation de toutes les bases de données].

Viennent ensuite les pages sur la syntaxe et les commandes de Google.

A ce stade, j’aurais deux suggestions à faire à l’éditeur :

–  proposer l’aide-mémoire de la syntaxe de Google à cheval sur les pages 88 à 89 sur une fiche cartonnée détachable de l’ouvrage, voire même déjà détachée sous forme de grand marque-page,

–  faire une mise à jour de l’ouvrage via newsletter jusqu’à la prochaine édition car comme le dit l’auteur lui-même : « la syntaxe et les commandes évoluent, certaines commandes sont retirées au fil du temps, d’autres ajoutées. Il est donc fortement conseillé d’aller régulièrement sur la page de recherche avancée pour surveiller l’évolution du langage documentaire de Google » (p. 91).

Pour expliquer la recherche, l’auteur revient à nouveau sur les principes d’indexation et de classement de Google. Son analyse des pages de résultats (SERP = Search Engine Results Page) est à la fois utile aux documentalistes et aux webmasters.

Une partie concerne les applications Google (Google livres, Google actualités, Google scholar).

A noter aussi un original chapitre sur des conseils pédagogiques pour former nos utilisateurs à Google, l’auteur qui est formateur lui-même, ne peut être que de bon conseil !

Je ne peux que recommander l’ouvrage de Bruno Bernard SIMON qui est à la fois clair, pratique et plutôt amusant à lire. Cet ouvrage concerne un outil. Il est donc forcément technique mais les nombreuses copies d’écran, les nombreux exemples et le style dynamique de l’auteur en font un apprentissage ludique.

Les articles concernant la stratégie de la firme Google ou les fonctions avancées de recherche se retrouvent facilement sur internet mais de manière éparpillée. Tel site retiendra un panel de fonctionnalités, tel autre retiendra une seule et unique fonctionnalité car elle est nouvelle.
Il est vraiment agréable d’avoir rassemblé dans le même ouvrage et au même endroit à la fois ce qui concerne la vision stratégique de la « pieuvre de Montain View » comme la désigne Bruno Richardot et l’utilisation experte de Google.

Site de l’éditeur : http://www.editionsklog.com/

Site de l’auteur : http://www.bbs-consultant.net/

Sa propre présentation de l’ouvrage : http://www.bbs-consultant.net/vos-recherches-avec-google

Chronique par JP Accart : http://www.jpaccart.ch/analyses-d-ouvrages/2014-vos-recherches-avec-google.html

Chronique par Bruno Richardot (ADBS) : http://www.adbs.fr/vos-recherches-avec-google-bruno-bernard-simon-142335.htm?RH=1216305435750

Journée Juriconnexion du 25/11/2014

Etre veilleur aujourd’hui… par Sandrine Esclangon

Lors de la journée Juriconnexion du mardi 25 novembre 2014 consacrée à la veille juridique, dans la session de l’après-midi, il a beaucoup été question de techniques et d’outils.

Journée Juriconnexion du 25/11/2014

Auditorium de l’EFB, crédit photo S. Esclangon

Les nouveaux outils présentés nous offrent plus d’efficacité, d’automatisation, d’exhaustivité et de sécurité dans la construction de nos veilles juridiques, sans compter les développements à venir qui sont très prometteurs.

La conclusion de Sandrine Esclangon, Documentaliste (Taj) a été particulièrement appréciée car elle replaçait la veille dans un contexte d’humains.
Elle insistait sur l’intelligence des professionnels de l’information à même de contrôler la fiabilité des outils et des sources, d’adapter les techniques et de mettre en place le « radar veille » dès le petit matin, de la revue de presse radio entendue en prenant son petit déjeuner en passant par les endroits informels de la collecte d’information (ascenseur, machine à café, couloirs).

Méthodes, outils, humains, tout concourt à faire de la veille juridique un atout stratégique !

Avec l’autorisation de l’auteur, je reproduis ci-dessous sa conclusion.


Conclusion

A l’écoute de toutes ces interventions, j’en conclus qu’être veilleur aujourd’hui n’est pas seulement faire confiance à une machine. Pour toutes les étapes que l’on vient d’évoquer, la surveillance par un professionnel de l’information reste indispensable.

Dès sa mise en place, les échanges avec les usagers pour délimiter le périmètre foisonnent de vocabulaire, mots clés, expressions, documents à exclure, méthodes à envisager. Le documentaliste connait son environnement technologique. Il est formé pour lancer les alertes et jongler avec les outils pour obtenir les résultats pertinents.

Dans le domaine juridique, les sources étant disparates et protéiformes, il ne suffit pas de cliquer 4 fois. C’est un travail d’équipe. Un ou plusieurs documentalistes dans un service travaillent pour plusieurs juristes, eux-mêmes veilleurs à leurs heures.

En continu, il faut rester vigilant et instinctif pour ajouter modifier des termes, chercher des traductions. Par exemple, on n’entendait parler que du crowdfunding il y a encore quelques mois, mais aujourd’hui on ne peut pas exclure l’expression « financement participatif ». Tout comme les stock-options dont la traduction française est longue et source d’erreurs : pluriels, singuliers, mots vides, traits d’union, apostrophe et tutti quanti.

Et ça, c’est mon cerveau qui me l’a dit.

Et puis, Ernst & Young est devenu E&Y. Je l’ai vu en haut de la tour à la Défense alors j’ai mis à jour mon alerte. Au hasard des tweets, je découvre un compte de la cour d’appel de Douai. Chic, enfin des arrêts qui tombent tout cuits ! Mais quelques gazouillis plus tard, mes yeux fixés à l’écran, je constate que j’ai peu d’infos intéressantes. A suivre quand même. L’outil étant pratique, j’évalue rapidement son contenu.

Parallèlement, je continue à surveiller mon sourcing au hasard de posts, pages, « think tank » et directions générales qui naissent au gré des publications au JO.

Un jour que je télécharge un k-bis, je vois que le site Infogreffe met en ligne des informations. Je pose une surveillance de page, mais hélas, je n’ai comme mise à jour qu’un changement de date. Je réfléchis donc à utiliser un « pipe », un filtre qui me permet de pouvoir lire de vraies nouvelles. D’ailleurs, en parlant de vraies nouvelles, combien avons-nous lu d’avant-projets de loi Macron, publiés par diverses entités à plusieurs endroits ?

C’est typiquement le type d’informations dont nous devons sans cesse évaluer la fiabilité.

Quelques jours sans actualités Bofip me paraissent suspects. Le fichier XML pour afficher le flux RSS a changé. C’est l’agent de la DGFIP qui me l’a dit. Donc je mets à jour l’url dans mon agrégateur et je vais tous les jours sur la page du site pour comparer si tout fonctionne bien. S’il n’y avait pas Raynald, je m’en serai rendu compte plus tardivement. Heureusement que j’ai des relations, merci Juriconnexion.

L’autre matin, j’écoutais une revue de presse à la radio qui a inspiré la nôtre, chez Taj le jour même. Un encart dans 20 minutes me rappelle l’ordre du jour du conseil des ministres.

A mémoriser : ne pas louper cette info pour l’expresso.

Devant la machine à café, Julie me demande où on en est du pourvoi en cassation de l’arrêt qu’elle attend. Je n’ai pas de nouvelles, car je n’ai pas moyen de le savoir que d’appeler directement le greffe de la Cour tous les jours.

Plus tard, je croise Christophe dans l’ascenseur qui, en se frottant le menton veut rajouter un nouvel article du code à suivre, car il attend des contentieux sur ce sujet. Il a eu les infos par la bande, le réseau, les bruits de couloir, François qui l’a dit à Paul, ces micros signaux qui déclenchent de nouvelles décisions et nouvelles connexions.

Tous les jours, je dois rester vigilante en attente des annonces, des mises en ligne, des modifications de notre environnement.

J’ai beau avoir un logiciel de veille, je ne peux donc pas totalement lui faire confiance. Il est performant, mais ne détecte pas tous ces petits détails, sauf le jour où, il affiche un dossier de presse mis en ligne quelques heures avant son communiqué qui sera publié sur une autre page, pas forcément liée, ou pas tout de suite.

Enfin, quand j’ai tout rassemblé, compilé, vérifié, agrégé, je prépare mon document à transmettre : électronique, clair, concis et proactif. Et je rêve d’un jour où je pourrais facilement tout envoyer sur une appli pour que l’usager puisse recevoir les informations qu’il a choisi, en réunion, en déplacement, dans le TGV, sans mot de passe, sans code en alphabet cyrillique, ni connexion bizarroïde.

Et pour ça, je continue à m’informer avec mes yeux et mes oreilles.

Encore une fois : merci Juriconnexion.

Sandrine Esclangon, Documentation –  cabinet Taj, sesclangon@taj.fr

Voir aussi, la conclusion d’Emmanuel Barthe, co-président de la Journée Juriconnexion sur son site : Deux visions de la veille dans les structures juridiques.

 

Corinne Dupin. Guide pratique de la veille

Guide pratique de la veille par Corinne Dupin

Corinne Dupin. Guide pratique de la veille

Corinne Dupin. Guide pratique de la veille : diagnostic, collecte, traitement, diffusion, valorisation, outils. Paris : Editions Klog, 2014. 119 p. ISBN 979-10-922272-00-0

 

 

 

 

 

 

Attention, l’auteur le précise dès son introduction, il ne s’agit pas d’un ouvrage technique sur la veille « les tutoriels sont légion sur le web et l’autoformation largement répandue« .
Il s’agit plus d’un guide proposant au veilleur une méthode de travail, des conseils en stratégie de positionnement dans l’organisation qui l’emploie, voire même un peu de psychologie des acteurs.

L’information sur la veille que l’on trouve sur internet consiste la plupart du temps en une information technique sur un nouvel outil à tester ou sur les évolutions d’un outil confirmé ou encore sur un comparatif d’outils et de techniques. A signaler dans ce sens : deux tableaux d’applications de veilles gratuites et payantes avec leurs avantages et leurs inconvénients pages 69 et 70.

Sur internet, l’information de méthodologie de veille existe bien mais elle se résume la plupart du temps aux paragraphes d’introduction de présentations PDF, Powerpoint ou SlidesShares. On y trouve des définitions et de schémas synthétiques concernant notamment les grandes étapes du processus de veille.

L’ouvrage de Corinne Dupin permet de prendre du recul sur la profession de veilleur alors que celui-ci s’inscrit en général dans une course effrénée à l’information.

De nombreux conseils pratiques illustrent les propos de l’auteur. Parmi les tableaux, le tableau 14 page 76 a retenu mon attention. Celui-ci répertorie les interactions possibles avec les clients/usagers. On apprend à agir différent selon que l’usager est geek, fureteur, autonome, partageur ou paresseux.

A ce propos, l’ouvrage de Corinne Dupin remet l’activité de veille dans un contexte collaboratif au sein de l’entreprise avec un pilote et des contributeurs qui participent au processus pas seulement en tant que lecteurs mais aussi en tant que collecteurs d’informations ou analystes. Cette vision collaborative de la veille, bien qu’elle soit très enthousiasmante, doit être plus ou moins facile à appliquer selon l’environnement professionnel. En cabinet d’avocats par exemple, la culture du secret est encore très forte, il pourrait être un peu plus difficile (mais pas impossible) de trouver des relais de veille.

Il est parfois salutaire de se poser pour réfléchir à sa méthodologie et aux évolutions de la fonction veille qui concerne tous les professionnels de l’information. L’ouvrage s’adresse à tous les veilleurs, du public comme du privé, expérimentés ou débutants.
Très intéressante bibliographie de ressources en fin d’ouvrage.

Comme le dit l’auteur :

ce ne sont pas les certitudes qui vont avancer mais les doutes…le veilleur doit assumer d’être un « fauteur de doute » ( !)

Doutons et veillons pour ne pas nous « laisser surprendre et POUR surprendre… . »

A noter : Corinne Dupin interviendra sur les aspects méthodologiques de la veille à la prochaine journée Juriconnexion qui aura lieu le mardi 25 novembre 2014.

Autre chronique de l’ouvrage par Jean-Philippe Accart dans son édito 86, oct.-nov. 2014 : Un nouveau « Guide pratique de la veille »http://www.jpaccart.ch/

Voir aussi le support de l’intervention de Corinne Dupin lors de la Journée annuelle Juriconnexion du 25/11/2014 consacrée à la veille :

Mise en place d’une veille : aspects méthodologiques